Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Togo : La Banque mondiale satisfait de l’avancement du PGICT


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Février 2017 modifié le 23 Février 2017 - 07:10


Togo : La Banque mondiale satisfait de l’avancement du PGICT
Lomé, le 22 Février 2017- Le  Ministère de l’Environnement et des Ressources forestières a organisé ce mardi à Lomé un atelier sur l’avancement du Projet des Gestions Intégrées des Catastrophes au Togo (PGICT). C’était en présence des experts de la Banque Mondiale en séjour actuellement au Togo.

L’objectif  de la rencontre est de faire le bilan à mi-parcours du PGCIT depuis son démarrage en 2014 et d’entrevoir  avec la délégation de la Banque Mondiale présente à Lomé les perspectives d’avenir. L’atelier a également servi de cadre d’échange entre les détenteurs de projet et l’équipe de la Banque Mondiale, ensuite entre les communautés bénéficiaires et les agents du ministère de l’environnement.  

En termes de bilan, grâce au PGCIT, le Togo  a pu renforcer ses actions en faveur de la réduction des catastrophes, de la gestion durable des terres et lutter contre les changements climatiques. Le projet a permis également en 4 ans la création de 17 000 emplois.

La responsable de la délégation de la Banque Mondiale, DAHLIA LOTAYEF a exprimé à l’issu de la rencontre sa satisfaction. Elle a également félicité l’ensemble du gouvernement ainsi que  le chef de l’Etat pour leur engagement à faire du PGICT une réussite pour l’intérêt des populations bénéficiaires.

Le ministre de l’environnement et des ressources forestières André JOHNSON a par ailleurs plaidé en faveur des porteurs de projet pour plus de financement de la part de la Banque Mondiale. « Les demandes de financement soumis à la Banque Mondiale par les porteurs de projet sont pour la plupart sans suite. Sur 500 demandes de financement de projet en 2016 à peine une centaine ont été retenus et sont en cours d’exécution », a ajouté le ministre André JOHNSON.

Soulignons que le PGICT est un projet du gouvernement togolais, financé par le groupe de la Banque Mondiale. Il capitalise une diversité d’actions de grandes envergures avec un impact réel aux niveaux national et local. Le projet devrait prendre fin en juillet prochain.