Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : le Mécanisme incitatif de financement agricole désormais opérationnel


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Juin 2018 modifié le 26 Juin 2018 - 01:48


Crédits photo : DR
Crédits photo : DR
Lomé, le 25 juin 2018- Le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) basé sur le partage des risques a été officiellement lancé ce lundi 25 juin 2018 au Centre des Expositions et Foires de Lomé (CETEF) par le Président de la République, Faure Gnassingbé.

La cérémonie s’est déroulée en présence de diverses personnalités dont le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), le Dr Akinwumi Adesina et de l’ancien premier ministre togolais, Gilbert Fossoun Houngbo actuellement patron du FIDA.

L’opérationnalisation du MIFA rentre dans le cadre de la politique de modernisation de l’agriculture togolaise voulue par le président de la République, Faure Gnassingbé qui dans sa vision entend faire du Togo le grenier de l’Afrique de l’Ouest.

Dans son intervention, le président de la BAD a rassuré le gouvernement togolais du soutien que compte apporter son institution à ce projet phare destiné à accroitre le financement de l’agriculture togolaise.

A l'endroit du Président Faure Gnassingbé, il a affirmé : « Je vous admire beaucoup. J'apprécie votre détermination à changer le visage du Togo surtout au plan agricole ». Il a particulièrement exhorté les banques à savoir qu'ils sont la colonne vertébrale de ce projet porteur pour le Togo et qu'elles doivent augmenter les prêts au secteur agricole avec des taux réduits.

Notons qu’en prélude à la cérémonie officielle de ce matin, une foire de trois jours a été organisée du 23 juin au 25 juin toujours sur le site du Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé. Cet événement à caractère commercial, a été marqué à son ouverture par un exposé suivi de la visite des stands par les officiels et d’une rencontre B to B.

Les stands de la centaine d’exposants qui sont tous acteurs de la chaîne de valeurs agricole, n’ont cessé d’accueillir des milliers de visiteurs. Les exposants sont en majorité composés des transformateurs, agriculteurs, assureurs et banquiers qui sont venus avec des équipements, techniques, des produits agricoles et financiers et disposés à donner au public toutes les informations sur les nouvelles conditions instaurées par le MIFA pour l'accès des agriculteurs au financement et le partenariat entre tous les acteurs.

Les assurances indicielles agricoles qui sont un genre spécial d’assurance destiné aux produits agricoles notamment le maïs, le riz, le sorgho et l’arachide et qui assurent pendant la sécheresse une indemnité automatique au souscripteur lorsqu’un événement inattendu survient, l’agrobusiness qui présente en un clic sur un écran la répartition géographique de tout ce qu’il y a comme terres cultivables au Togo ainsi que leurs dimensions, ont été présentés au public à cette occasion.

L’accueil favorable réservé par les agriculteurs et producteurs togolais et la forte mobilisation constatée à l’occasion du lancement ce jour du MIFA témoigne une fois de plus de leur adhésion totale à la politique de modernisation de l’agriculture enclenchée depuis plusieurs années par les plus hautes autorités.

Au Togo, l’agriculture est le moteur de la croissance économique. En 2017, elle a contribué à environ 38% du PIB national. Cependant, elle manque cruellement de financement pour se développer. Sur la période 2011-2016, seulement 0,3% des crédits bancaires ont bénéficié au secteur agricole et agro-industriel. Ce taux a même chuté à 0,2% l’année dernière.

Sur la même période, on a également constaté une baisse de 1% des allocations des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD).  Banques comme SFD expliquent ce contexte par la faiblesse de la culture financière et entrepreneuriale, l’absence de garantie de marché, l’inexistence de produits financiers adaptés au secteur agricole et la faible capacité d’évaluation des risques.

En adoptant MIFA, le gouvernement veut financer autrement le secteur agricole togolais pour accroître la productivité. MIFA ambitionne donc d’être le moteur pour l’octroi de prêts agricoles plus généreux de la part du secteur bancaire et parvenir en même temps à une baisse des taux d’intérêts.

La philosophie du projet selon les autorités est d’inciter le secteur agricole à s’engager dans la transformation. Au total, plus d’un million de producteurs devaient être favorablement impactés d’ici 2021 grâce à la stratégie d’agrégation, à travers des mécanismes tels que la professionnalisation des chaines de valeur, l’inclusion financière et les coopératives.

A terme, il permettra de générer des lignes de crédits jusqu’à 10 fois le capital d’amorçage investi dans un délai de 10 ans afin de porter les prêts agricoles de 0,3% à 5% du total des prêts bancaires.