Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : un taux de croissance de 4,8 % attendu en 2021


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Juillet 2021

C’est ce qui ressort de la deuxième session de l’année, du Conseil national de crédit (CNC), présidée le 15 juillet 2021 à Lomé, au nom du ministre de l’Economie et des Finances, par le conseiller du président de la République, Simfeitcheou Pre.


Une vue de la ville de Lomé. Illustration ©️ DR
Une vue de la ville de Lomé. Illustration ©️ DR
La réunion s’est déroulée en présence du directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Kossi Tenou. A cette occasion, le conseiller du président de la République, Simfeitcheou Pre, a souligné avec satisfaction les signes de la reprise économique. Selon lui, le taux de croissance devrait atteindre 4,8% en 2021, contre 1,8% l’année dernière, dans un contexte de maîtrise des taux d’inflation et d’endettement. Bien plus, cette croissance sera soutenue par tous les secteurs d’activité, en particulier le tertiaire, avec une contribution attendue à 2,9%.

Quant aux secteurs primaire et secondaire, leurs contributions sont projetées à 1,0% et 0,9%. Le gouvernement togolais fonde de grands espoirs sur la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), qui « constitue la nouvelle pierre angulaire de la stratégie industrielle et de positionnement de notre pays en tant que hub logistique sous-régional », selon Simfeitcheou Pre. Mais, cette reprise ne pourra pas se faire sans le financement de l’économie par les banques et les systèmes financiers décentralisés. En effet, le montant des nouveaux crédits mis en place au premier trimestre 2021 s’est élevé à 195 milliards de FCFA, en hausse de 54% par rapport à l’année précédente.

En ce qui concerne les crédits octroyés par les institutions de microfinance aux opérateurs économiques, ils ont crû pour atteindre 37 milliards au premier trimestre 2021, contre 36 milliards un an auparavant. Le taux d’intérêt débiteur moyen est en léger repli (7,6, contre 7,7%). C’est certes modeste, mais c’est un signe de l’engagement du secteur bancaire. Les entreprises et les particuliers bénéficiaires de la mesure de report d’échéances ont déjà remboursé plus du tiers du montant global reporté, ce qui encourage les banques et les systèmes financiers décentralisés à accorder de nouveaux crédits, a indiqué Simfeitcheou Pr. Il s’est félicité de la digitalisation progressive des services bancaires.

En effet, 12 des 13 banques opérant au Togo offrent une solution numérique à leurs clients, y compris la banque mobile. Il faut rappeler que le CNC est un observatoire des évolutions économiques du Togo qui se réunit quatre fois par an. Il rassemble, entre autres, les représentants du secteur bancaire et de la micro finance, ceux du ministère de l’Economie et des Finances, de la BCEAO, du patronat, de la Chambre du commerce et des associations de consommateurs.