Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tribune : "Notre réquisitoire contre la complicité active", Mahamat Nour Ibedou


Alwihda Info | Par Mahamat Nour Ibedou - 15 Mai 2017 modifié le 15 Mai 2017 - 01:01

Tribune : Un réquisitoire du secrétaire général de la CTDDH (Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l'Homme), Mahamat Nour Ahmed Ibedou, -publié dans son intégralité- à l'issu d'une conférence donnée par la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) au Centre Al-Mouna.


Le secrétaire général de la CTDDH (Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l'Homme), Mahamat Nour Ahmed Ibedou. Alwihda Info/D.W.
Le secrétaire général de la CTDDH (Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l'Homme), Mahamat Nour Ahmed Ibedou. Alwihda Info/D.W.
Mesdames Messieurs, camarades militants, chers invités

Comme nous l’avions prédit depuis longtemps, le Tchad a atteint le summum de la catastrophe et cela dans tous les domaines de gouvernance : politique, économique et sociale. Ceci est d’autant plus remarquable qu’en ce moment, notre pays a perdu tout repère : une économie en lambeau, une administration inexistante et surtout une politique sociale basée sur la planification systématique d’une misère destinée à asservir une population qui continue à souffrir le martyr depuis 1990.

En plus de l’accaparement de toutes les richesses nationales à son profit propre et à celui exclusif de ses parents, Idriss Deby a réussi à fabriquer au Tchad une classe minoritaire de maitres composée des membres de son clan et de sa famille et une classe majoritaire de serviteurs composée du reste des tchadiens qu’il s’était évertué à affamer pendant 27 ans. Comme si cela ne suffisait pas, sa police politique l’ANS (Agence Nationale de Sécurité) viole quotidiennement les Droits de l’homme en enlevant nuitamment des citoyens chez eux, en les incarcérant dans des geôles occultes, en les torturant et parfois en les éliminant physiquement ; Sa paranoïa vers la quête du pouvoir absolue pour lui et ses parents est tellement accentuée qu’elle en arrive à être pathologique ; c’est ainsi qu’il n’a pas hésité à verser dans la démesure en proposant de manière unilatérale la prolongation du mandat d’un parlement déjà illégal depuis 2015 ; plus, il ne s’était même pas gêné pour faire prendre des lois liberticides qui s’attaquent à des Droits fondamentaux tel que le Droit de grève.

De même, Il continue à interdire systématiquement toute action citoyenne et à réprimer dans le sang toute tentative de marches pacifiques ; violant constamment tous les droits constitutionnels et les libertés fondamentales des citoyens ; comme si tout cela ne suffisait pas, Toutes les forces dites de l’ordre à savoir la police, la gendarmerie, la garde nationale et l’armée sont toutes dirigées par ses proches parents et les derniers évènements de Miandoum, d’Abéché, Ngueli, Mongo et plus récemment Goré ont démontré à suffisance que tous ces corps sont constitués pour protéger systématiquement ses parents en cas de belligérance avec les autres communautés du pays.

La récente barbarie illustrée par le lâche assassinat d’une dizaine de prisonniers en voie de transfèrement à 55 kilomètres de Ndjamena nous démontre que la vie d’un parent de Deby équivaut à la vie de dix des autres tchadiens.

Tous ces agissements se déroulent dans l’indifférence internationale mais surtout sous l’œil bienveillant de la France, qui ne se contente pas seulement d’encourager ces dérives dictatoriales mais apporte en plus à DRISS Deby, un soutien actif et multiforme ; Tous les tchadiens et avec eux le reste du monde savent désormais que sans le Gouvernement français, le pouvoir de Deby n’aurait pas survécu jusqu’aujourd’hui ; les deux incursions des éléments armés dans la capitale ont révélé son empressement à venir à la rescousse du dictateur, sauvant in extremis un régime politique auquel elle tient beaucoup et pour cause ; pour le gouvernement français, Idriss Deby est un chef d’état d’autant plus précieux que son degré d’inféodation au pouvoir français n’a pas de limite.
Sur l’échiquier socio politique en Afrique, le Tchad est l’un des pays où la France possède toutes les cartes en main ; ce pouvoir lui est servi sur le plateau par nos acteurs sociaux politiques eux-mêmes qui arpentent presque tous les jours les couloirs de l’ambassade de France ;ainsi, s’y bousculent certains représentants des partis politiques d’oppositions, ceux du pouvoir et surtout ceux de la société civile. Fort de cette position centrale dans la vie socio politique de la nation, la France pouvait alors tout se permettre. S’étant assuré de la docilité de toutes les forces vives du pays, elle opte sans hésiter pour un soutien sans faille à Idriss Deby qui, pour l’occasion était devenu sur le continent, un pilier central de la Franceafrique.

notre pays étant toujours considéré du point de vue des responsables français comme une zone militaire, il est donc géré par le ministère de la Défense Français ; ce qui fait que quand il y’a un problème au Tchad, c’est les responsables du Ministère de la Défense et les milieux militaires qui sont les premiers consultés et leurs avis sont souvent déterminants dans les prises de décision concernant notre pays ; il convient de noter au passage que l’actuel chef de département français de la Défense est devenu pour l’occasion le principal protecteur et parrain d’Idriss Deby auprès du gouvernement français ; pour les autorités de la puissance colonisatrice, le mot Tchad rime avec zone militaire ce qui fait qu’elle en arrive jusqu’à oublier parfois qu’il existe des êtres humains qui y vivent.

il est remarquable du reste que quand le président français se rend dans des pays africains représentant des relais de croissance économique certains comme la Cote D’ivoire, l’Afrique du Sud ou le Nigeria, il est toujours accompagné par une escouade d’hommes d’affaires et on y parle, investissements et économie dans des partenariats à peu près gagnants gagnants.

A l’inverse, quand un chef d’état français arrive dans notre pays, il est toujours accompagné du Ministre de la Défense ou du chef d’état-major des armées française ;

Idriss Deby qui a compris le parti à tirer d’une armée nombreuse et opérationnelle en cette période de lutte contre le terrorisme s’est rapidement érigé en relais commode de la France pour l’influence de laquelle il a sacrifiés beaucoup de vies humaines tchadiennes ; des chaires à canon dont les veuves et les orphelins abandonnés à eux-mêmes en sont réduits à mendier dans les ronds point de Ndjamena. Ces vies humaines tchadiennes, la France n’en a cure ; de toute façon, il en a toujours été ainsi et l’histoire de la conquête de l’Afrique et celle de sa colonisation qui était ponctuée d’évènements tragiques et inhumains l’illustre à merveille. Même après les « indépendances » le gouvernement Français ne s’était jamais préoccupé de la qualité des gouvernances pratiquées dans notre pays et partant du sort des populations tchadiennes.

Il ne peut en être autrement parce que les autorités françaises, mieux que ceux de n’importe quel autre pays connaissent le calvaire permanent qu’a toujours vécu cette population tchadienne ; calvaire du fait de la gouvernance calamiteuse des régimes politiques qu’elle a contribué activement à installer et à soutenir au Tchad.

De l’abominable torture des lycéens dont la vidéo à fait le tour du monde jusqu’aux massacres de Miandoum, Goré, Ngueli, Mongo et Abéché en passant par les sanglantes répressions des manifestations pacifiques et les abominable tortures et disparitions d’opposants et ceux des militaires ayant voté pour les candidats de l’opposition lors des dernières élections présidentielles d’Avril 2016, le silence complice de la France avait édifié tous les tchadiens .Ceux-ci avaient eu suffisamment l’occasion de prendre la mesure de l’ampleur du soutien apporté à Deby par le gouvernement français ; ce soutien est d’autant plus engagé qu’il en arrive à être suspect aux yeux des observateurs : cette logique est mise en évidence par le gel récent par le gouvernement français des avoirs de certains opposants armés en exil en France ; à notre sens, ce sont plutôt les avoirs appartenant à Deby et à ses parents en France et qui sont volés au peuple tchadien qui méritent plus d’être gelés ; cet acte est d’autant plus gratuit et indécent qu’il nous a démontré jusqu’où le gouvernement Français est capable d’aller dans ce soutient aveugle au tyran ; désormais, le gouvernement français en arrive à traiter tout adversaire d’Idriss Deby comme si c’était le sien ; est toute aussi suspecte , la récente proposition du gouvernement français d’organiser une conférence des donateurs en faveur du système d’Idriss Deby, alors que personne n’ignore la gestion scabreuse des ressources du Tchad . la France sait très bien que la destination finale de ces fonds ne sera ni plus ni moins que les comptes en banques d’Idriss Deby et de ceux de sa famille.

Il nous a donc paru évident qu’un tel soutien à IDRISS Deby ne peut pas être justifié par la seule lutte contre le terrorisme. les célèbres largesses dispensées par Deby en mal de notoriété à chaque visiteurs étrangers de marque et certaines informations concordantes nous amènent à conclure que près de la moitié de nos pauvres ressources pétrolières auraient servi à amadouer des dirigeants français. L’emballement de départ de François Hollande contre la gouvernance calamiteuse de Deby a cédé après quelque temps, la place à un soutien dont l’ampleur ne pourra pas être expliquée par la seule lutte contre le terrorisme. Les valeurs et autres principes défendus par les dirigeants français de gauche avaient donc fondu comme neige au soleil ; les fameuses valises de la Franceafrique ont bel et bien passées par là.

Il est évident que sans son influence en Afrique, la France perdra inévitablement son statut de puissance Européenne. Cette puissance ne repose pas seulement sur ce mécanisme du Franc CFA avec son fameux compte d’opération tenu par le trésor français qui continue à générer injustement et à moindre frais plusieurs centaines de milliards aux finances françaises ; ce qui lui donne le statut de puissance moyenne, c’est aussi et surtout l’influence qu’elle possède en Afrique à travers la présence de ses militaires sur le sol africain. S’agissant du Tchad, mis à part les modestes services offerts par son antenne médicale, aucun avantage de la présence des militaires français n’est perceptible ; au contraire les bruits assourdissants de ses avions continuent à provoquer des nuisances telles que dans certains quartiers comme GOUDJI ; KLEPMAT, HILLE HOUDJAD etc., des cas de folie, de fausses couches et de troubles de sommeil des enfants sont souvent enregistrés.
Ce que le peuple tchadien endure en ce moment est unique en Afrique ; en soutenant et en accompagnant donc Idriss Deby dans ses violations perpétuelles des droits de l’homme dans son pays, en l’encourageant dans ses expéditions punitives contre ses concitoyens , le gouvernement français pose là, un acte qu’il n’aurait jamais accepté pour son propre peuple une seule seconde ;
L’odieuse tentative d’enlèvement de 103 de nos enfants présentés comme des orphelins du Darfour, par l’Association française « Arche de Zoe » activement aidée en cela par l’armée française basée au Tchad plus précisément dans la ville d’Abéché, les peines légères infligées aux dirigeant de cette sinistre Association par les tribunaux français, la fameuse phrase « j’irai les chercher quoi qu’ils aient fait » prononcée par N Sarkozy alors président de la France : tous ces faits sont révélateurs de ce que représentent la vie des enfants tchadiens et celle de leurs parents aux yeux du gouvernement français ; en fait , si le sort du peuple tchadien n’intéresse pas le gouvernement français, à nous, notre peuple nous est cher et son bien être est et restera notre préoccupation de tous les instants ; nous sommes au vingt et unième siècle et il est temps pour nous de nous débarrasser à jamais de ce complexe avilissant vis-à-vis de cet ancien maitre qui aurait dû faire son mea culpa, s’il avait un tant soit peu de considération pour les anciens peuples colonisés . ou sont partis les valeurs défendue par la France, le chantre des Droits de l’homme ?

Les élections présidentielles françaises à venir ne nous concernent pas, et les récents débats entre les candidats est révélateur de ce que représente l’Afrique aux yeux des politiciens français ; aucune allusion n’a été faite à l’Afrique.

Que ce soit donc la gauche ou la droite, nous ne nous faisons pas d’illusion sur un éventuel changement

Étant complice actif de tous les agissements démoniques d’Idriss Deby et de son clan, le gouvernement Français n’est pas très loin des agissements des anciens colons pour qui le petit indigène n’est rien moins qu’un sous homme.

Etant entendu que la colonisation en soi est une des formes des violations les plus abominables des Droits de l’Homme, nous sommes en droit de penser en ce moment, qu’il n’est pas superflu d’ouvrir une petite page de ce que notre peuple a enduré du fait de la colonisation française.

Sans vouloir citer tous les traitements infra humains subis par les africains en général et les tchadiens en particulier, nous évoquerons simplement les massacres les plus importants effectués durant l’occupation et la colonisation. Nous citerons par exemple ceux perpétré par les colons français en pays Day ; dans le sud du pays où certains chefs traditionnels avaient refusé de se plier à leur diktat consistant à imposer cette culture de rente qui est celle du coton , des centaines de nos compatriotes y trouvèrent la mort, certains avaient été atrocement torturés ; il convient de ne pas oublier les 6000 tchadiens déportés du sud et du centre du pays qui périrent lors des travaux forcés pour la construction du chemin de fer Congo Océan , Nous citerons également les massacres de Bebalem et ceux perpétrés au coupe- coupe sur des oulémas à Abéché, les villages rasés dans le bahr El Ghazel ainsi que certaines expéditions punitives effectuées à l’Extrême Nord du pays principalement au B.E.T où les militaires français avaient eu à raser les tètes des femmes ! Etc…

A quoi nous sert notre statut d’intellectuels si nous devons continuer à cautionner par notre mutisme ce soutien ignoble à Idriss Deby ? Pendant combien de temps allons-nous continuer à nous taire face à ce qui s’apparente à des crimes contre l’humanité perpétrés avant et après la colonisation ?

Pendant combien de temps allons-nous continuer à nous aplatir devant les dirigeants d’un pays qui soutient le bourreau des tchadiens ? Nous n’avons pas le droit d’avoir peur de dénoncer ce soutien parce qu’il s’agit du bien être des tchadiens ; parce qu’il s’agit de notre dignité, parce qu’il s’agit simplement de notre droit de vivre décemment comme les autres peuples.
Cette dignité et cette fierté ont été hélas mises à mal une fois de plus par Idriss Deby qui, en accueillant récemment avec tous les honneurs, la candidate aux présidentielles françaises Marine Le Pen a tout simplement trahit le pays. Pendant que tous les chefs d’état Africains avaient refusé que Madame Le Pen ne foule leurs sols, Idriss Deby en la recevant devient la honte non seulement du pays, mais de l’Afrique toute entière.

Pour notre part, nous affirmons en notre qualité de défenseur des Droits de l’Homme que cette femme incarne et incarnera toujours tout ce que nous avons toujours reprouvé et condamné : l’exclusion, la xénophobie, le racisme et l’intolérance.

Il est toutefois nécessaire de préciser que notre petit réquisitoire contre la complicité active et la responsabilité du gouvernement français dans le calvaire que continue de subir notre peuple ne doit pas être considérée comme une croisade anti française gratuite ; ce sont les agissements du gouvernement Français qui sont incriminés ici.

Le peuple français qui reste toujours attaché aux valeurs héritées de la révolution française continue à mériter notre respect ; nous savons que ce peuple possède une opinion à travers certaines des représentations progressistes qui incarnent les valeurs universelles que doit faire sienne toute société humaine qui se respecte. ; nous sommes convaincus que le gouvernement français ne dit jamais la vérité au peuple français concernant sa politique en Afrique ; C’est ainsi que lorsque nous avions eu l’immense privilège d’assister à l’université d’été du parti d’Europe Ecologie Les verts de 2013 à l’Ille, nous avions d’abord été édifiés par le climat de fraternité et de considération de la personne humaine qui y régnait , ensuite par les différents discours qui y étaient tenus.

Dans la salle, la spoliation de l’Afrique par le gouvernement français à travers les multinationales qui soutiennent des chefs d’état Africains corrompus, les déversements des déchets toxiques sur le sol du continent ; l’exploitation à outrance du sous-sol africain par les multi nationales à moindre frais et souvent sans acquittement de leurs obligations fiscales était dénoncés avec virulence par les intervenants. Nous saluerons toujours l’attitude de ceux des français (majoritaires du reste) qui respectent les Africains et qui pensent qu’en tant qu’êtres humains, nous avons aussi le droit à une dignité et l’accès au bien être comme tous les autres.

Nous vous remercions de votre aimable attention.

Le secrétaire général de la CTDDH (Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l'Homme), Mahamat Nour Ahmed Ibedou.



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 23:59 Voilà pourquoi les États-Unis soutiennent Israël