Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Un atelier africain pour une lutte efficace contre le braconnage


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 14 Février 2017 modifié le 14 Février 2017 - 11:04


Un atelier africain pour une lutte efficace contre le braconnage
Lomé, le 13 février 2017-Le ministère de l’environnement du Togo, le ministère américain de la justice, les procureurs et des juges de cinq pays d’Afrique (Gabon, Ghana, Niger, RDC et Togo), sont depuis ce lundi en atelier à Lomé pour définir une politique de lutte contre le braconnage.

Cet atelier qui va durer cinq jours va aboutir à la mise en œuvre d’une politique commune de lutte contre le braconnage et le trafic d’espèces protégées. Un trafic qui contribue négativement à la disparition des espèces protégées.

L’atelier s’est ouvert en présence du ministre de l’environnement et des ressources forestières, André Johnson, et de son collègue de la Justice, Pius Agbetomey. C’était également en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Togo, David Gilmoor. Afin de lutter efficacement contre le braconnage, les acteurs ont décidé de mener une lutte efficace et commune. Il s’agit de « commencer par mettre fin à l’offre relativement importante et à une forte demande venue d’Asie ».

Durant cet atelier, les acteurs vont s’atteler à définir un cadre favorisant des sanctions uniformes et plus lourdes contre les trafiquants. Conscients du danger qui guette ces espèces animales, les participants sont unanimes pour dire que la détection et la répression doivent s’amplifier pour mettre fin à ce phénomène.

Il faut rappeler tout de même que le gouvernement togolais a fait des efforts dans la lutte contre ce phénomène.  En témoigne les près de 200 kg d’ivoire saisis en 2016, près de 7000 kg en 9 ans.