Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CINEMA

Un documentaire sur Fela Kuti pour ouvrir l’unique festival célébré simultanément en Europe et en Afrique


Alwihda Info | Par FCAT - 27 Avril 2019 modifié le 27 Avril 2019 - 15:51

L’actrice Rossy de Palma, muse de Pedro Almodovar, prononcera le discours d’inauguration et sera l’ambassadrice du FCAT 2019. 82 films sont programmés et répartis entre deux villes de deux continents différents, Tarifa (Espagne) et Tanger (Maroc).


© FCAT
© FCAT
Tarifa - La 16ème édition du Festival de Cinéma Africain s’est ouverte à Tarifa par un gala inaugural mené par l’actrice Rossy de Palma, laquelle vient tout juste de terminer le tournage d’une série britannique, Little Birds,dans la ville.
 
À l’ouverture du FCAT 2019, le maire de Tarifa, Francisco Ruiz et le député du Développement Économique et des Services citoyens, Jaime Armario, du conseil général de Cadix étaient présents, ainsi qu’un grand nombre de cinéastes et d’invités de cette nouvelle édition du festival.
 
Le film ouvrant la 16 ème édition du FCAT de Tarifa met en avant la musique et une haute référence de « l’afrobeat », le nigérien Fela Kuti, à travers le documentaire Meu amigo Fela (Mon ami Fela). Le réalisateur brésilien Joel Zito Araújo, présent à l’inauguration du festival, a pu présenter son long-métrage aux côtés de l’experte de Fela Kuti, Sagrario Luna.

Ainsi, dès son premier jour, le FCAT marque le thème de l’afro-descendance latino américaine grâce à la vie complexe de ce musicien qui se met à nu devant son grand ami et biographe officiel, l’afrocubano Carlos Moore. Kuti fut le pionnier de l’afro-beat et un des musiciens africains les plus connus et aimés, tant pour la qualité de ses musiques que pour son engagement sans failles contre l’injustice des dictatures et des multinationales. 
 
Rossy de Palma, une femme qui se distingue par sa prise de position sur l’Afrique, a été nommée à ce gala inaugural ambassadrice d’honneur du FCAT, hommage à sa sensibilité et son engagement envers le continent et le cinéma africain.
 
Plus de 80 films ont été répartis en deux sections officielles - Hypermétropie y En Bref - et en six sections parallèles  - Histoires africaines-américaines, La troisième Racine, Afroscope, Regards d’Espagne, Ghana en quatre actes, et Hommages - dont 29 Premières, et une Première Mondiale pour le documentaire La vida perra (Chienne de vie), de Pablo Macías, un hommage à l’écrivain Angel Vázquez y au Tanger international.
 
Les films projetés proviennent de vingts pays africains (Egypte, Ethiopie, Libye, Rwanda, Burkina Faso, Somalie, Mozambique, Lesoto, Kenya, Soudan, Maroc, Afrique du Sud, Tunisie, Algérie, Ouganda, République Démocratique du Congo, Angola, Madagascar, Ghana, Mauritanie), de quatre pays sud-americains (Colombie, Brésil, République Dominicaine, Mexique) dans la section La troisième Racine, et quatorze proviennent des États-Unis.
 
Les membres du jury officiel de cette édition du FCAT ont également été présent lors du gala d’inauguration : le réalisateur de Suiza-Burkina Faso, Bernie Goldblat, l’experte en cinema africain, June Giovanni et le distributeur Enrique González Kuhn. À eux se sont joints les cinéastes Nasib Farah, réalisateur du Dernier Guerrier, Philippa Herrman réalisatrice de La Nouvelle Lune, Reem Saleh, réalisatrice de Al Gami’ya, Naziha Arebi, réalisatrice des Terrains de la Liberté y Mario Mabjaia, acteur de Mabata Bata.