Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Vaillante, une série originale de l’UNICEF sur le mariage d’enfants


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Mars 2022

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) annonce que Vaillante, une mini-série originale qui met en lumière la question du mariage d’enfants, sera diffusée sur Canal + POP en Afrique de l’Ouest et du Centre à partir du 8 mars, pour commémorer la Journée internationale de la femme.


Le 8 mars, Vaillante sera dévoilée à des millions de téléspectateurs sur Canal+ POP en prime time. Chaque épisode de la mini-série en trois parties sera ensuite diffusé à une douzaine de reprises durant le mois.

« L’Afrique de l’Ouest et du Centre regroupe sept des 10 pays ayant le taux le plus élevé de mariage d’enfants dans le monde. Bien qu’il y ait eu une tendance à la baisse des taux de prévalence des mariages d’enfants dans la région, l’évolution est lente par rapport à d’autres régions. Ces baisses, inégales dans la région, sont encore plus menacées par les effets à long terme de la COVID-19, tels que l’interruption de l’éducation et les chocs économiques, ainsi que les conflits et l’instabilité dans la région ; nous avons besoin d’innover en ‘sortant des sentiers battus’ pour accélérer nos efforts, » a dit Marie-Pierre Poirier, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Vaillante, qui raconte les histoires imbriquées d’une enfant future mariée et d’une jeune activiste faisant campagne pour mettre un terme à cette pratique, fait partie de la démarche globale que l’UNICEF poursuit pour protéger les droits des filles et des femmes en Afrique. Le mariage d’enfants prévaut particulièrement en Afrique de l’Ouest et du Centre, où 2 filles sur 5 sont mariées avant leur dix-huitième anniversaire. Environ 1 sur 8 est mariée avant d’atteindre l’âge de 15 ans.

L’UNICEF travaille avec des adolescentes, des familles, des autorités religieuses et des communautés, pour faire évoluer les normes et les croyances liées au mariage d’enfants et qui constituent les fondements de l’inégalité de genre induisant cette pratique ; et pour permettre aux adolescentes de prendre leurs propres décisions ainsi que d’accéder aux services essentiels de base comme la santé, l’enregistrement des naissances, l’éducation, la protection de l’enfance, la sécurité sociale et la protection sociale. 

En outre, l’UNICEF agit auprès des gouvernements dans toute la région, pour renforcer ou instaurer des lois et des politiques permettant de mettre un terme au mariage d’enfants, ainsi que pour améliorer les capacités des gouvernements et des partenaires locaux, afin de renforcer la prévention et la résolution de la problématique du mariage d’enfants.

Ces mariages constituent un des nombreux risques qui pèsent sur la protection des filles et des jeunes femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre. Dans la région, 7 pour cent des femmes âgées entre 18 et 29 ans rapportent avoir fait l’expérience de la violence sexuelle pendant leur enfance, et seulement une petite minorité d’entre elles demande de l’aide à un professionnel, en raison de la culture du silence qui entoure ce problème, ainsi que des lacunes existantes en matière de disponibilité de services de protection et d’intervention de qualité.

L’UNICEF soutient les actions de prévention et de résolution de la violence, notamment sexuelle, à l’encontre des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre, en collaboration avec tous les acteurs clés, parmi lesquels les gouvernements, les partenaires institutionnels, les filles et les garçons, les familles et les communautés.

« En finir avec le mariage des enfants et la violence sexuelle constitue une des principales priorités de l’UNICEF pour les enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre et constitue une des clés de voûte du développement durable dans toute la région et le continent. Nous encourageons l’engagement continu des organisations régionales telles que l’Union Africaine et la Communauté Économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, » a dit Mme Poirier.

La diffusion de Vaillante, en partenariat avec Canal+, fait partie de l’initiative de responsabilité sociale d’entreprise de la chaîne, « Un mois, Une Cause », qui consacre le mois de mars aux droits des femmes et des filles. Canal + International est une des plus importantes chaînes privées en Afrique, avec plus de 6 millions d’abonnés, selon le groupe Canal +.