Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Vers l’atteinte de l’objectif « faim zéro » à l’école au Togo ?


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Novembre 2016 modifié le 23 Novembre 2016 - 23:18


Vers l’atteinte de l’objectif « faim zéro » à l’école  au Togo ?
Lomé, le 23 novembre 2016-Le premier forum national sur l’alimentation scolaire s’est ouvert ce mercredi et réunit plusieurs personnalités du secteur éducatif.

Cette première rencontre nationale sur l’alimentation s’est ouverte en présence du Premier ministre Selom Klassou et de plusieurs membres du gouvernement. Etaient également présents, la représentante de la Banque mondiale, Joëlle Businger, de la représentante du Programme Alimentaire Mondial.

« Pour notre pays, l’alimentation scolaire est un point d’entrée  pour la réalisation de plusieurs priorités nationales, et au-delà, pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable », a déclaré en ouverture le Premier ministre Selom Klassou. Le forum est placé sous le thème « Alimentation scolaire intégrée et développement local ». Pour Selom Klassou, l’alimentation s’intègre dans la vision du gouvernement pour un développement inclusif au Togo et est en phase avec les efforts visant notamment l’élimination de la faim, la promotion de l’éducation de qualité pour tous, la protection des enfants, le développement et la valorisation de l’agriculture, la promotion d’un développement local participatif et la promotion de l’emploi.

En effet, l’alimentation scolaire figure parmi la stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE) avec pour ambition d’atteindre un taux de couverture des cantines de 20 % à l’horizon 2020. « L’importance accordée à l’alimentation scolaire s’est concrétisée sur le terrain par la multiplication par cinq du nombre des élèves couverts par les programmes mis en œuvre par l’Etat de 2008 à 2016, atteignant ce jour, 85 000 élèves ».

Le programme soutenu par le PAM et la Banque mondiale a permis de servir dans des centaines d’écoles des milliers de repas à de nombreux écoliers. Ils ont aussi « permis d’enregistrer des avancées dans le domaine de la scolarisation avec une augmentation des taux de scolarisation des filles. Pour ce qui est des progrès économiques induits par ces programmes, une partie du financement du programme a servi à l’acquisition de produits agricoles locaux, offrant ainsi des importantes opportunités de revenus aux agriculteurs. En ce qui concerne l’emploi et le genre, il est encourageant de noter que plus de 2000 femmes ont travaillé dans les cantines sur la période 2015-2016 ». La représentante de la Banque mondiale a qualifié ces résultats d’ « encourageant ».

De son côté, la ministre du développement à la base a affirmé qu’aucun enfant ne peut penser à s’éduquer lorsqu’il doit passer la journée à chercher de quoi se nourrir. « Aucun élève ne peut être performant en ayant le ventre vide. Aucun élève ne peut être en pleine forme s’il doit parcourir de longues distances pour s’alimenter », a ajouté Victoire Dogbé. Le gouvernement poursuit donc ses efforts en la matière en vue de développer le secteur. L’allocation croissante des ressources au secteur primaire et secondaire général est passé par exemple passée de 90 901 290 000 FCFA en 2014 à 97 221 150 000 FCFA en 2016 et une prévision de 101 994 236 000 FCFA au budget gestion 2017 est à l’étude actuellement au niveau de l’Assemblée nationale. Le premier forum national sur l’alimentation scolaire sert donc de cadre de réflexion pour compléter les efforts du gouvernement.

Le Premier ministre Selom Klassou a déclaré que la contribution de qualité de tous les acteurs : enseignants, parents d’élèves, élèves, groupements de producteurs agricoles, collectivités locales, comités villageois de développement, partenaires au développement, permettra de réaliser le pari que se fixe le gouvernement à travers ce forum, celui de faire de l’alimentation scolaire, un levier pour atteindre la « Faim Zéro » à l’école, un accélérateur de l’éducation de qualité pour tous et un catalyseur du  développement local inclusif.