Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Afrique : atelier sur les interactions entre les médias et l'administration fiscale


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 28 Mars 2018 modifié le 28 Mars 2018 - 08:37

L’ATAF a formé les médias africains au renforcement de leur capacité sur la gestion de l’administration fiscale.


Le Forum sur l’Administration Fiscale Africaine, a lancé ce lundi 26 mars 2018, au Camptel Hôtel Group, en Afrique du Sud, un atelier de formation sur la gestion de l’administration fiscale africaine destiné aux journalistes africains et aux chargés de communication des administrations fiscales africaines venus des quatre coins du continent.

Cette première journée a été consacrée à l’exposition de trois thématiques, entre autres, sur l’importance de la fiscalité dans l’édification et le développement des nations sur le continent, le travail du Forum sur l’Administration Fiscale Africaine dans le domaine de la fiscalité internationale, la mobilisation des ressources intérieures, les flux financiers illicites et la couverture des affaires dans le médias africains focalisée plus précisément sur les questions liées à l’utilisation, l’accès à la libéralisation de la technologie dans les secteurs de médias.

Cette première séance de travail a permis aux journalistes africains présents et aux responsables de communication en matière fiscale d’explorer le rôle de médias dans l’éducation, l’information, la critique et la mise à nu des manquements constatés par les citoyens pour amener à se conformer à la politique fiscale en vue de permettre aux Etats d’assurer leurs rôles régaliens. Il s'agit également d’aider les journalistes à maitriser le traitement de l'information à travers des articles pertinents sur la fiscalité qui puissent avoir des impacts positifs sur la société.

Les différents panelistes encouragent les administrations fiscales à prendre des dispositions en associant des acteurs qui puissent les accompagner dans la vulgarisation à travers le canal des médias qui jouent un rôle de reflet de l’administration fiscale vis-à-vis des citoyens.

En outre, ils plaident pour le principe d’une fiscalité bien établie, une législation plus simple, une politique fiscale transparente qui doit tant être valable pour les citoyens que pour les hommes politiques. Selon eux, la fiscalité doit figurer en bonne place dans la politique fiscale d’un Etat qui devrait logiquement se prémunir d’un système judiciaire efficace, d’un cadre anti-corruption fort, ponctué d’un principe de bonne gouvernance afin d’assurer la vitalité d’un Etat.

Ces panoplies de mesures précitées doivent permettre de discipliner les contribuables afin qu'ils répondent à leurs obligations fiscales lorsque le gouvernement se montre à la fois crédible et responsable dans la gestion rigoureuse de la politique fiscale. Ainsi, la presse peut intervenir dans l’évaluation des administrations fiscales.

Officiant la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le secrétaire exécutif du Forum sur l’Administration Fiscale Africaine, Romeo Nkoulou Ella, a indiqué que l’acquittement du citoyen de ses obligations fiscales contribue à l’édification d’une société juste et équitable. Il a énuméré quelques obstacles, entre autres, l’inscription de plus de 200 PME (Petites et Moyennes Entreprises), les tentatives de rapprochement entre les citoyens et l’administration fiscale, et l’insuffisance de mise en balance entre la recette fiscale et la trésorerie.

Le directeur de publication du journal en ligne Alwihda Info, Djimet Wiche, faisant partie de premier groupe de paneliste, a évoqué les répercussions négatives de lois fiscales qui ont littéralement mis à terre certains médias tchadiens. Il a notamment déploré le cout élevé de l’imprimerie, le paiement de la TVA et la location de siège et locaux qui ont conduit la plupart des journaux à disparaitre ou battre de l’aile.