Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Afrique et Moyen-Orient : IFC investit 5,6 milliards $ pour le développement du secteur privé


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Juillet 2020


Afrique et Moyen-Orient : IFC investit 5,6 milliards $ pour le développement du secteur privé. Illustration © DR
Afrique et Moyen-Orient : IFC investit 5,6 milliards $ pour le développement du secteur privé. Illustration © DR
NAIROBI – La Société financière internationale (IFC), institution membre du Groupe de la Banque mondiale, a engagé lors de l’exercice 2020 5,6 milliards de dollars en faveur du développement du secteur privé au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, avec comme objectif de soutenir la création et la croissance des entreprises ainsi que l’emploi face aux conséquences de la pandémie de COVID-19 (coronavirus).

IFC a en outre mobilisé près de 2 milliards de crédits commerciaux à court terme afin de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME).

Dans le détail, entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020, IFC a investi 4,6 milliards de dollars en faveur d'entreprises privées en Afrique subsaharienne. Soit un montant supérieur aux engagements atteints au cours de l’exercice 2019, qui étaient ressortis à 4,1 milliards de dollars, et ce malgré les difficultés opérationnelles causées par la pandémie.

Ces investissements ont porté sur les secteurs de la santé, de l’agro-industrie, de l’énergie solaire, du financement du logement et des infrastructures, ainsi que sur le financement des PME. Ils ont notamment concerné des pays en situation de fragilité et de conflit, dans lesquels IFC a engagé plus de 1,2 milliard de dollars.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où la pandémie a provoqué une baisse de la production pétrolière, des recettes touristiques et des transferts d’argents, IFC a investi plus de 1 milliard de dollars, notamment pour soutenir la construction d'hôpitaux et de cliniques en Iraq, en Jordanie, en Égypte et au Maroc.

« Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique réalisaient des progrès importants avant que la pandémie de COVID-19 n’éclate, et IFC s’employait à soutenir ces avancées en contribuant à libérer l’investissement privé et à créer des marchés et des opportunités, » souligne Sérgio Pimenta, vice-président d’IFC pour le Moyen-Orient et l’Afrique. « À la suite de la crise économique engendrée par la pandémie, nous nous sommes mobilisés pour entretenir cet élan et aider nos clients à préserver leur activité et sauvegarder des emplois qui sont indispensables à la croissance économique et aux moyens de subsistance. Nous saluons la ténacité et la résilience des petites, moyennes et grandes entreprises qui sont les piliers des économies d’Afrique et du Moyen-Orient et nous continuerons à les soutenir lors la prochaine phase de la crise et jusqu’à la reprise. »

En plus de ces investissements, l’appui d’IFC au Moyen-Orient et en Afrique a pris la forme de services-conseil, dont le montant s'est chiffré à plus de 590 millions de dollars répartis sur quelque 376 projets destinés à améliorer l’environnement des affaires et les politiques d’investissement, tout en mettant en avant et en créant de nouveaux marchés dans des secteurs prioritaires. Sur l’ensemble de ces projets, 45 % se sont évertués à améliorer l’égalité entre les femmes et les hommes.

Plus généralement, les activités d’investissement et de conseil aux entreprises de IFC au Moyen-Orient et en Afrique ont notamment permis d’étendre l’accès des petites entreprises aux financements, de mieux relier les petits agriculteurs aux marchés, de remédier aux perturbations des chaînes d’approvisionnement causées par la pandémie et d’accroître l’accès à l'électricité et à des sources d’énergie renouvelable.

Depuis l’apparition du coronavirus, IFC s’est employée à aider le secteur privé à atténuer l’impact de la pandémie et ses répercussions économiques. Au mois de mars, IFC a annoncé le déploiement d’un mécanisme de financement accéléré de 8 milliards de dollars destiné à soutenir les entreprises touchées par la pandémie. A ce jour, elle a engagé plus de 3,5 milliards de dollars à l’échelle mondiale. Sur cette enveloppe, IFC a investi 517 millions de dollars dans des entreprises d’Afrique et du Moyen-Orient, 66 % de ce montant étant dirigés vers des pays éligible aux fonds d’aide de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds du Groupe de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.

Voici un aperçu des entreprises ayant reçu l’appui d’IFC :

· En Côte d’Ivoire, IFC a octroyé un prêt de 25 millions d’euros à NSIA Banque Côte d’Ivoire, pour permettre à cette dernière de consentir de nouveaux crédits aux entreprises à court de liquidités du fait de la pandémie de COVID-19.

· En Égypte, IFC a prêté 100 millions de dollars à la Commercial International Bank afin d’aider cet établissement à accroître son soutien aux clients et entreprises subissant les effets de la pandémie.

· Au Kenya, IFC a fourni un prêt de 50 millions de dollars à Equity Bank Kenya afin que celle-ci puisse augmenter ses crédits en fonds de roulement ou commerciaux en faveur des PME.

· En Mauritanie, IFC a alloué 35 millions de dollars dans le cadre d’une ligne de crédit d’un montant de 200 millions de dollars structurée par la Société Générale et destinée à permettre à la compagnie Addax Energy S.A. d’assurer des importations d’énergie essentielles.

· Au Nigéria, IFC a octroyé des prêts d’un montant total de 200 millions de dollars à Access Bank, FCMB et Zenith Bank pour soutenir le financement de PME opérant dans des secteurs en proie à des difficultés de trésorerie et d’accès aux crédits commerciaux.

· En Ouganda, IFC a fourni un prêt de 4 millions de dollars, dans le cadre d’un financement plus large de 6,5 millions, à l’International Medical Group (IMG), filiale de Ciel Healthcare Limited, pour permettre à ce prestataire de services de soins de faire face aux répercussions du coronavirus sur ses activités.

Depuis le mois de mars, dans le cadre de son mécanisme de financement accéléré COVID-19, IFC a mobilisé 886 millions de dollars au titre de son programme mondial de financement du commerce (GTFP) afin de soutenir les PME du Moyen-Orient et d’Afrique opérant dans les chaînes d’approvisionnemen