Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Bassin du Lac Tchad : les terroristes perfectionnent leur mode opératoire, s'inquiète l'ONU


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Décembre 2020

L’envoyé de l’ONU en Afrique centrale a souligné, mercredi, au Conseil de sécurité que l’insécurité qui touche les Etats de l' ne peut être traitée que dans le cadre d’une coopération régionale également élargie à l’Afrique de l’Ouest et aux Grands lacs.


Les rives du Lac Tchad. Illustration © Alwihda Info
Les rives du Lac Tchad. Illustration © Alwihda Info
Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l'Afrique centrale, François Louncény Fall, a appelé à « traiter la crise dans le bassin du lac Tchad de manière globale ».

Dans le bassin du lac Tchad, « Boko Haram continue d’être une menace sérieuse avec la multiplication des attaques et des enlèvements », a déploré M. Fall.

Le Représentant spécial a indiqué que les groupes terroristes ont continué d'intensifier leurs attaques au Cameroun et au Tchad et de perfectionner leur modus operandi. Lors d’une récente attaque dans la nuit du 24 au 25 novembre dans la région de Ngouboua sur le lac Tchad, quatre soldats tchadiens ont été tués et environ 16 autres ont été blessés après que leur bateau a apparemment heurté un engin explosif improvisé.

« On ne saurait trop insister sur la nécessité de traiter la crise dans le bassin du lac Tchad de manière globale, notamment dans le cadre de la Stratégie régionale de stabilisation, de redressement et de résilience des zones du bassin du lac Tchad affectées par Boko Haram », a déclaré M. Fall.

Malgré les difficultés dues à la pandémie de Covid-19, le Plan d'action régional de la stratégie a été finalisé et les huit territoires les plus touchés sont maintenant en train d'élaborer leurs Plans d'action territoriaux, relève ONU Info.

Le Représentant spécial a, une fois de plus, appelé à la générosité des membres du Conseil de sécurité et des autres partenaires pour fournir les ressources nécessaires à la mise en œuvre rapide de cette Stratégie régionale, « afin de permettre aux populations du bassin du lac Tchad de bénéficier du dividende de la paix qui, en retour, renforcera leur résilience à la radicalisation et à l'extrémisme violent ». 

Réinsérer les désengagés, privilégier une action concertée 

Interrogé par Alwihda Info, le président du Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme (CEDPE), Dr. Ahmat Yacoub Dabio, a préconisé de "réinsérer les milliers de désengagés de Boko Haram" car "c'est une bombe à retardement". 

Dr. Ahmat Yacoub Dabio a suggéré également de "réagir maintenant et en se basant sur une action concertée qui engage toutes les armées du bassin du Lac Tchad appuyées par Barkhane et la communauté internationale". 

L'édition 2020 de l'Index global sur le terrorisme révèle que le Tchad est le 34ème pays le plus impacté par le terrorisme dans le monde. L'impact est grandissant pour le Tchad qui avance de quatre places, avec notamment des conséquences économiques. En 2019, l'impact économique du terrorisme est estimé à 447,3 millions de dollars au Tchad.