Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

CEMAC : nomination à la tête du lobby de l'industrie énergétique africaine


Alwihda Info | Par APO - 8 Avril 2020

Un ancien directeur des actifs pétroliers de l'État et entrepreneur nommé à la tête du lobby de l'industrie énergétique africaine dans la région de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (« CEMAC »).


CEMAC : nomination à la tête du lobby de l'industrie énergétique africaine. © AEC
CEMAC : nomination à la tête du lobby de l'industrie énergétique africaine. © AEC
MALABO, Guinée Equatoriale - La Chambre africaine de l'énergie a nommé Leoncio Amada Nze, fondateur et PDG d'APEX Industries, en tant que président pour la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (« CEMAC »), qui se compose de six États: le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République du Congo et la Guinée équatoriale. Leoncio est basé à Malabo où il agira au nom de la Chambre dans toutes les initiatives avec les secteurs public et privé de la région.

La nomination de Leoncio intervient à un moment stratégique où les marchés pétroliers africains ont besoin de leadership et d'unité pour préserver la continuité des opérations pétrolières et gazières dans l'industrie alors que les prix du pétrole s'effondrent et que les économies souffrent de confinements. Il représente également la prochaine phase de croissance de la Chambre Africaine de l'Energie dans la région de la CEMAC, où elle est déjà active depuis plusieurs années.

La région de la CEMAC est une province pétrolière bien établie en Afrique et l'une des plus grandes régions productrices de pétrole et de gaz du continent. Elle a été au cœur de plusieurs efforts de coopération énergétique panafricaine au cours des dernières années, en particulier dans le domaine de la monétisation du gaz, et son industrie des services locale n'a cessé de croître en raison de réglementations solides mais pragmatiques en matière de contenu local. Les pays de la CEMAC se concentrent actuellement sur les efforts de monétisation du gaz pour alimenter les industries et créer des emplois, qui sont des priorités clés partagées par la Chambre et ses partenaires.

Dans son rôle, Leoncio contribuera aux principales priorités de développement de la Chambre, en particulier le développement du contenu local et le renforcement des capacités nationales, la monétisation du gaz, l'autonomisation des investisseurs énergétiques et le plaidoyer pour des réformes politiques. En outre, Leoncio soutiendra des initiatives qui facilitent les affaires dans la région et encouragera les investissements dans le pétrole et le gaz et les segments clés de l'industrie de l'énergie. Il rejoint la Chambre après une carrière réussie dans le secteur public en tant qu'ancien directeur général des entités d'État au ministère des Mines et des Hydrocarbures, et plus récemment en tant que fondateur et PDG de la société privée de services APEX Industries.

« Leoncio apporte l'équilibre parfait entre le secteur public et le secteur privé avec une solide expérience de travail en collaboration pour résoudre les problèmes de l'industrie » a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l'énergie. « Il sait comment bâtir une entreprise privée de bas en haut dans notre industrie et comment dialoguer avec les autorités gouvernementales afin que les intérêts de l'industrie soient entendus. Il jouera un rôle clé dans les efforts de la Chambre pour diriger un dialogue public-privé productif dans notre industrie et pour promouvoir davantage le renforcement des capacités et l'investissement en Afrique », a-t-il ajouté.

« Cette nomination est un honneur pour moi et j'ai hâte de travailler avec l'organisation de l'industrie énergétique la plus influente en Afrique qui représente toutes les facettes des industries du pétrole et du gaz et des énergies renouvelables », a déclaré Leoncio Amada Nze. « Ce qui est primordial en ce moment, ce sont les initiatives et les réformes qui rendront notre industrie plus forte et plus résistante que jamais. Il est temps pour le secteur privé local et international de la région de se rassembler et de défendre l'avenir de notre industrie », a-t-il ajouté.