Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Achat d’une villa : Samuel Mvondo Ayolo rétabli dans ses droits


Alwihda Info | Par - 24 Septembre 2020

L’acte de mutation au profit du Directeur du Cabinet de la présidence de la République signe par le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, Henri Eyebe Ayissi démontre de sa volonté de ne plus transiger avec la moralité dans son secteur.


Depuis quelques jours, une autre campagne de dénonciation calomnieuse est engagée par certains mercenaires de la plume contre le directeur du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, Samuel Mvondo Ayolo. Si par le passé certaines informations ainsi relayées peuvent revêtir des relents de vérité, donc inattaquables, d’autres par contre représentent un véritable tissu d’affabulations.
Il en est ainsi de la prétendue « foireuse opération d’acquisition d’une maison appartenant à la CNPS par Samuel Mvondo Ayolo », portée sur les réseaux sociaux par un activiste camerounais installé hors du pays, à la solde des personnalités tapies dans l’ombre au sein du sérail. Pourtant, selon une source digne de foi du ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, « le président de la République n’a jamais ordonné l’annulation du titre foncier de Mvondo Ayolo », son plus proche collaborateur du Cabinet civil. En effet, le 24 août 2020, le ministre Henri Eyebe Ayissi, qui mène une opération d’assainissement dans son secteur de compétence, a plutôt été induit en erreur, en décidant d’annuler le titre foncier du directeur du Cabinet civil, d’une villa acquise auprès de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Une situation qui connaitra par ailleurs un revirement, puis que Samuel Mvondo Ayolo sera rétabli dans ses droits, par l’intermédiaire de la CNPS qui aura bénéficié d’une mutation du titre foncier.
Une fois notifié de la décision du ministre des Domaines et du Cadastre et des Affaires foncières, le conseil du directeur du Cabinet civil va saisir le ministre Henri Eyebe Ayissi, en produisant un dossier détaillé avec des éléments qui avaient été volontairement soustraits du dossier. Une sordide besogne exécutée par le responsable de la Cellule juridique, après avoir passé une obscure entente avec le sieur Tyni Alexandre qui se réclamait de plein droit sur un titre foncier. C’est donc fort de nouveaux éléments du dossier produits le 4 septembre dernier, que le ministre va se rétracter. C’était à la suite de la réunion du 2 septembre, tenue à Yaoundé entre le ministre Henri Eyebé Ayissi et certains de ses collaborateurs des services déconcentrés de son département. A l’occasion, il a utilisé des mots justes pour fustiger les maux qui minent le secteur foncier au Cameroun. « Lorsque le constat des irrégularités est avéré, nous n’hésitons pas à sévir en prenant des mesures de régulation qui s’imposent, conformément à la réglementation en vigueur, et nous n’hésitons pas à également à sanctionner personnellement les collaborateurs lorsque leur implication dans ces dysfonctionnements est manifeste », avait alors prévenu le ministre Eyebe Ayissi. L’acte que vient donc de signer le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, en faveur de la CNPS, et par ricochet, au profit du directeur du Cabinet civil, démontre de sa volonté de ne plus transiger avec la moralité dans son secteur.
Cela étant, il est bien reconnu que la CNPS avait conclu un acte d’une propriété acquise auprès de feu André Boto à Ngon, contre quoi Alexandre Tyni va brandir un faux acte notarié de vente immobilière. Pour l’heure, un procès de la Caisse nationale de prévoyance sociale contre lui est pendant devant les Tribunaux. Comme quoi, on vient d’assister à un autre ramassis de mensonges, et à un prétexte pour donner libre cours à l’antipathie que certains portent à Samuel Mvondo Ayolo. Il convient de rappeler que la vertu s’appuie pour l’essentiel sur des faits réels, inattaquables, et non sur des affabulations teintées de diffamation.