Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : un chef traditionnel arrêté avec deux jeunes chimpanzés à Yaoundé


Alwihda Info | Par - 13 Mai 2022


Au cours d'une opération menée par les agents de la délégation régionale des Forêts et de la Faune de la région du Centre, un chef traditionnel a été arrêté à Yaoundé pour détention illégale de deux bébés chimpanzés.

L’opération a été réalisée avec la collaboration de la police, et a bénéficié de l'assistance technique de LAGA, une organisation d'appui à l'application de la loi sur la faune. Les chimpanzés ont été découverts, enfermés dans une cage en fer, dans la résidence du chef en question, où il avait également placé d'autres animaux et oiseaux, dont un paon.

Lors de l'arrestation, il a menacé d’abattre les deux chimpanzés à l’aide de son arme. Malgré ses menaces, il a été arrêté et emmené dans les locaux de la police. Selon une source proche de l'affaire qui s'est exprimée sous anonymat, le chef traditionnel avait acheté lesdits chimpanzés à Djoum (région du Sud), et avait été appréhendé lorsqu’il tentait de les revendre.

Des carcasses et des parties de certaines espèces protégées, dont une tête et une main de gorille, ainsi qu’un pangolin, ont été retrouvés dans son réfrigérateur.

Les autorités traditionnelles sont des auxiliaires de l'administration et sont censées contribuer à l'application des lois, y compris celles relatives à la faune. Elles sont donc tenues de collaborer avec le gouvernement pour lutter contre le trafic illégal d'espèces sauvages. Par le passé, certains chefs traditionnels ont joué un rôle remarquable dans ce sens.

En 2008, le Fon Ndofua Zofoa et ses notables ont secouru deux grands singes piégés dans une forêt voisine à Babungo. Le Fon, en collaboration avec la délégation régionale des Forêts et de la Faune du Nord-Ouest, a prodigué les premiers soins aux animaux avant de les emmener d'urgence au zoo de Mvog-Besti à Yaoundé. Les chimpanzés font partie des espèces menacées et sont protégés par la loi de 1994 sur la faune.

Cette loi stipule que toute personne trouvée, en tous temps et en tous lieux, en possession de tout ou partie d'une espèce protégée, est passible d'une peine de prison de 1 à 3 ans, ou d'une amende pouvant atteindre 10 millions de FCFA.