Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Massacre et pogrom anti-musulmans


Alwihda Info | Par DANGABO MOUSSA - 15 Septembre 2013 modifié le 15 Septembre 2013 - 21:38


Crédit photo : Sources
Crédit photo : Sources
Au moment où une forte délégation centrafricaine composée des hommes d’église, chrétiens et musulmans, conduite par le Ministre en charge de la Communication, se réunissent en ce moment à Rome pour trouver une issue pacifique de sortie de crise en République Centrafricaine, la ville de Bossangoa enregistre encore une action terroriste : un imam égorgé et tous les membres composant sa famille ainsi que les fidèles sont massacrés, et brûlés dans la mosquée.

Notre organisation est la seule à réagir en condamnant vivement cet acte terroriste. Face à cet acte barbare ; nous déplorons le silence des organisations centrafricaines de défense des droits de l’homme. En 2011 déjà plus 11 mosquées ont été détruites et des cimetières musulmans ont été profanés dans la capitale Bangui durant la crise de 2013.

Nous invitons Mgr Nzapalenga à condamner énergiquement cet acte odieux et les organisations humanitaires à en faire de même, comme le faisait en son temps Mgr Ndayen de l’église Saint Mathias à Bangui.

Il ressort de ce constat macabre qu’après un changement violent de régime, il y a toujours des mécontents, des nostalgiques en quête de revanche.

C’est le lieu de dire ici que nous devons nous ressaisir et penser sérieusement à l’avenir de notre pays et du continent. Ceux qui convoitent notre pays doivent se frotter les mains et dirent que nous faisons le sale boulot à leur place : ils sont trop nombreux ces nègres, vendons leur des armes, attisons la haine ethnique, encourageons la division des dirigeants et de ses élites, après une fois que le pays est vidé et qu’il n’y a personne pour nous résister, nous commencerons par déverser le trop plein de chômeurs en rade chez nous comme cela s’est fait en Australie et en Nouvelle-Zélande où les populations autochtones étaient décimées, réduites à une poignée d’alcooliques et mendiants dans les villes comme Cambrera et Wellington.

Les Rapport de l’ONU et des Experts en armement font état de ce qu’en République Centrafricaine les milices telles que les Balawa, Karako, Sarahoui, ex-mutins n’ont toujours pas été désarmé. (La République Centrafricaine : Une étude de cas sur les armes légères et les conflits, Par Éric G. BERMAN, 2006). Plus récemment, on note la présence d’autres milices telle Cocora, etc.
A l’allure où vont les choses les faux-seleka risquerait eux aussi de se constituer en milice.

Si l’on veut réussir le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion (DDR), il faudrait cesser de faire la politique de l’autruche en prenant le taureau par les cornes. Et le Ministre en charge de DDR a du pain sur la planche. Car en effet, le problème de désarmement ne doit pas cacher la question de fond ,celle de la répartition équitable de richesses du pays longtemps hypothéquées par ses élites.

Depuis le plan d’ajustement structurel imposé dans les années 1980, les pauvres ont été oubliés et un grand désordre s’est installé durablement dans le pays et plus généralement en Afrique. Écoutez un témoins : « La déroute sur tous les plans(idéologique, politique et économique) du système institué en Afrique noire par de Gaulle et entretenu par ses successeurs, y compris les socialistes de François Mitterrand, est aujourd’hui une évidence, sur laquelle je crois inutile de revenir, le procès étant d’ailleurs jugé. En revanche, il peut être passionnant et instructif pour l’avenir de démontrer les engrenages de ce désastre » (Mongo Beti).

Notre organisation invite toutes les forces vives du pays et de la diaspora à se mobiliser pour soutenir la transition.

Notre pays sombrera pas ; le Président de transition Michel Djotodia, comme le souligne le Ministre Prosper Ndouba « on ne peut reprocher au président Michel Djotodia de vouloir chercher à rassembler les Centrafricains en se refusant à la tentation de pratiquer la chasse aux sorcières contre les anciens dignitaires vereux de la bozizie qui ont longtemps bénéficié de l'impunité et qui peuplent encore énormément l'administration centrafricaine hélas. »

Seul le bien être social du peuple centrafricain doit compter pour nous. Pour atteindre ce Bien être social, les forces vives et l’État doivent déployer un effort d’éducation et d’instruction des paysans qui constitue plus de deux tiers de la population active.

Évitons l’emploi diarrhéique du terme « Al-Qaïda » dans le cas de la Centrafrique, c’est une construction extérieure à l’Afrique. Ce terme est sans avenir, creux et sans horizon pour nous. C’est un piège à con. Mais ce qu’on a peine à se figurer, c’est le degré que doit atteindre, dans l’esprit des centrafricains, la confusion entretenue par certains « évolués » ou « indigènes ».

DANGABO MOUSSA
Président de l’Association Africaine pour la Défense des Droits Humains et Libertés Fondamentales(AADDHLF)
57, Rue Karl Marx
94500 Champigny sur Marne (France)
dangabomoussa@yahoo,fr



1.Posté par Choni bé ti ala le 18/09/2013 11:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'importe quoi. Ou étais tu quand la Seleka egorgeait les gens à Bangui ?tu as denoncé quoi? Et quand le raz de bol des paysans eclate tu cries au loup. Mais vous êtes mauvais vous musulmans là ! Mechants comme pas possible, mais on a vu, vous verrez

2.Posté par Boubourou Ismael le 18/09/2013 13:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou la! la!, on a osé tuer des musulmans? Quels crimes! astraforlai, décidément ces "Congo" ne respectent rien.
Tu peux prouver qu'il y a eu massacre de musulmans? c'est vrai que les centrafricains ont des "gana pointes," (fusils artisanaux) contre des kala! le rapport est d'un coup contre deux cents, et les kala, c'est vous qui les avez en ce moments.
Les centrafricains n'en ont pas fini de compter leurs morts, et vous osez faire de la manipulation d'information pour vous victimiser... Les musulmans et tchadiens musulmans de la fomac ou seleka tuent à qui mieux mieux, avec la bénédiction de djotomerde et les imams nous demandent jusqu'à ce jour de patienter qu'ils aient fini d'abord....
Le jour où les sud-tchadiens sauront qu'ils sont vos prochaines cibles nous commencerons peut -être à compter les morts de part et d'autre.
mais de quoi sera fait demain?

3.Posté par Jeo Jré le 19/09/2013 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avant l'arrivée de Djotodia et de la Seleka, il n'y avait pas de haine ni de division entre musulmans et chrétiens ( chrétiens qui constituent 95% de la population centrafricaine). Cela n'existait pas et meme si le pays avait des problemes, au moins l'administration fonctionnait, on tuait pas comme ça dans la rue. La République Centrafricaine a hébergé les tchadiens pendant 30 années de leur guerre civile. La RCA a connu de nombreux coups d'Etat, mais cette invasion tchado-soudanaise... non, on avait jamais vu ça. En plus ils viennent s'en prendre exclusiment aux chrétiens meme le mausolée de Boganda a été saccagé sous prétexte qu'on doit pas honorer les morts. Ce n'est pas la culture centrafricaine. Et les musulmans centrafricains prenaient partie pour ces criminels. heureusement que ce pays est vraiment chrétiens car il ya le pardon. Nous voulons la paix, les criminels tchado-soudanais doivent rentrer dans leur pays, le contingent tchadien complice de la Seleka doit rentrer au Tchad. Que Dieu bénisse la RCA

4.Posté par Régis le 19/09/2013 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que c’est en représailles de souffrance exercée par les rebelles tchadiens et soudanais sur la population locale centrafricaine qu’a eu lieu ce massacre de s musulmans dans cette localité qui n’est pas la leur, en plus ce massacre n’est qu’une goutte dans l’océan , si nous faisons les statistique à partir d’une étude comparative aux chrétiens tués par les musulmans tchadiens et soudanais de la coalition salafiste Séléka. Les centrafricains doivent défendre leur territoire et terroir contre l’invasion des étrangers.

5.Posté par koné le 19/09/2013 17:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah la centrafrique encore dans la merde à cause des centrafricains de merde!!!!

6.Posté par Boganda Junior le 20/09/2013 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dangabo. Si tu n'as rien à dire, je te conseille de lire le Coran.. Il y a des choses très intéreessantes dans le Coran que vous violez à plein gré, que vous foulez au pied.
.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.