Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Condamnation de l'Arche de Zoé : Le décryptage d'un couple "démoniaque"


Alwihda Info | Par Moussa Guetane M. - 16 Février 2013


Eric Breteau (à droite) et Emilie Lelouche ont annoncé qu'ils ne se rendraient pas au procès, qui s'ouvre lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. Photo : PASCAL GUYOT/AFP
Eric Breteau (à droite) et Emilie Lelouche ont annoncé qu'ils ne se rendraient pas au procès, qui s'ouvre lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. Photo : PASCAL GUYOT/AFP
Condamnation d’Éric Breteau et Émilie Lelouch (Arche de Zoé)

Après plus cinq ans de questionnements et d’incertitudes, la justice française vient de condamner ce mardi 12 février 2013, le couple infernal Éric Breteau, et sa compagne Émilie Lelouch, a trois ans de prison, dont deux années d’emprisonnement ferme dans la nébuleuse affaire d’enlèvement de 103 enfants présentés faussement comme des orphelins du Darfour. Ce méphistophélique couple qui vivait en Afrique du Sud était venu écouter la délibération du jugement et a été immédiatement mis sous mandat de dépôt.

Le coupe et leur complice avaient enfilés le manteau de l’humanitaire pour tenter d’exfiltrer des enfants tchadiens présentés indûment comme des orphelins du Darfour nécessitant des soins médicaux en France. Beaucoup avaient pour la circonstance des bandages sur le corps pour tenter de déjouer la vigilance des services de sécurité tchadien. Ces enfants avaient la chance de pouvoir rester sur la terre de leur ancêtre, le Tchad. Nous appréhendons mal la destination que leur vouaient les voleurs d’enfants et leurs complices. Étaient-ils destinés à alimenter un marché de trafiques de personnes ou d’organes humains? Avaient-ils la chance de connaitre leur histoire une fois en France? Pourquoi ne sont-ils pas condamnés pour outrage à la cour en riant aux éclats face à la juge?

Nous nous réjouissons de la dissolution et de la condamnation de l’association Arche de Zoé à 100.000 d’euros. Quatre autres prévenus ont quant à eux écopés de peines allant de six(6) mois à un(1) an d’emprisonnement avec sursis, maigre consolation par rapport à la gravité de l’affaire. Imaginons que des Africains à la place des membres de l’Arche de Zoé, la condamnation serait aussi cinglante qu’exemplaire, mais comme il est question de « petits nègres », la justice française n’a pas d’état d’âme et d’intime conviction pour accoucher ce verdict qui ira en se réduisant. Les condamnations seront par le biais des remises des peines, libres comme le vent dans les mois à venir, narguant les enfants et leurs parents désemparés par cette affaire.

À voir le sourire narquois d’Éric Breteau et leur éclat de rire avec sa conjointe lorsque la présidente de la séance annonce que les 103 enfants étaient des tchadiens et non des orphelins du Darfour. Ce couple démoniaque, mafieux et sans foi, ne se souci guère de la souffrance infligée aux enfants et leurs familles sans compter les préjudices financiers et moraux. Que les soient-disant « humanitaires » sachent que les enfants en Afrique et partout dans le monde, ne sont pas des objets, de marchandises et de simples pacotilles qu’on irait chercher dans une boutique ou une brocante. La réaction improbable des accusés nous frustrent aux plus hauts niveaux, nous laissant dire que le gouvernement du Tchad doit leur interdire à vie le territoire Tchadien et redoubler de rigueur en adoptant des textes de lois sur l’adoption des enfants tchadiens.

Jamais des familles tchadiennes, pauvres qu’elles soient, ne pourraient vendre ou céder leur enfant à des présumés bandits cachés sous la bannière de l’humanitaire. Nous saluons l’engagement du gouvernement dans sa défense des enfants volés à leur famille par Éric Breteau et Émilie Lelouch et leurs complices. Nous demandons le dédommagement des victimes et leur parent pour les préjudices moraux et physiques. Nous saluons et félicitions également l’engagement personnel du conseil de l’état tchadien, notre ami, Maitre Philippe Houssine et toute son équipe.

Le combat juridique ne fait que commencer, les condamnés ont plus d’un tour dans leur sac. Ils sont capables de tous les subterfuges pour réduire leur peine et avoir au plus vite leur libération conditionnelle. Nous ne seront pas étonner de voir le verdict frappé d’un appel de la part des délinquants que sont Éric Breteau, Émilie Lelouch et leurs complices. Notre pays ne sera jamais un asile de touristes sexuels ni un sanctuaire pour trafiquants de personnes. Nos services de sécurité mettront à nue vos visées nuisibles et votre commerce illégal.