Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Coronavirus - Burundi : Addendum au Plan de réponse humanitaire 2020


- 19 Septembre 2020


Office for Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA)

Objectif de l’addendum

Le Burundi, comme tous les pays du monde, fait face à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et à ses effets sur la survie et les conditions de vie des populations. Après avoir enregistré ses premiers cas le 31 mars 2020, le Gouvernement du Burundi a annoncé le 3 juillet 2020 une campagne de test de masse qui a débuté le 6 juillet.

Télécharger le rapport : https://bit.ly/3mEvbRc

Grâce à cette campagne, qui devrait couvrir l’ensemble du pays, le nombre de test effectué a atteint, à la date du 6 août, 16 373 (contre 2 615 avant la campagne) et le nombre de cas confirmés est passé à 401 (contre 191 avant la campagne).

Bien que la probabilité de survenance de chocs, y compris sanitaires, ait été prévue dans le cadre des projections effectuées lors de l’élaboration de l’Aperçu des besoins humanitaires (HNO) et du Plan de réponse humanitaire (HRP) 2020 du Burundi, l’ampleur et l’impact d’une pandémie telle que la COVID-19 n’avaient pas été envisagés.

Dans le cadre de la prévention et de la réponse à cette pandémie, les mesures prises par les différents Gouvernements ont impacté la production et les chaînes d’approvisionnement, y compris au Burundi. Ces mesures ont un impact sur le transport et les coûts des biens, particulièrement ceux importés. Pour continuer à apporter une assistance aux plus vulnérables, les acteurs humanitaires ont dû adapter leurs programmes afin de se protéger et de ne pas exposer les bénéficiaires à des risques de transmission. Ainsi, des mesures spécifiques de protection relatives au respect de la distanciation physique et à l’hygiène ont été prises. Le respect de ces mesures lors de la mise en œuvre de l’assistance humanitaire, qui requiert souvent des rassemblements importants de personnes, affecte non seulement le coût des interventions mais aussi leur durée. Par ailleurs, les acteurs humanitaires ont dû prévoir des interventions spécifiques pour participer aux efforts du Gouvernement dans le cadre de la prévention et de la réponse à la pandémie. Enfin, les zones prioritaires définies dans le HRP ont dû être révisées pour prendre en compte l’impact de la COVID-19 sur l’exacerbation des vulnérabilités aiguës des populations et la réponse à leurs besoins.

La COVID-19 apparait au Burundi dans un contexte de vulnérabilité importante. Malgré les efforts du Gouvernement et des partenaires humanitaires visant à améliorer les conditions de vie des populations, des poches de vulnérabilité aiguë et des besoins chroniques persistent. Selon le HNO 2020, 1,74 million de personnes sont en besoin d’assistance humanitaire, parmi lesquelles 630 000 ont été ciblées par le HRP 2020. Dans le cadre de la réponse telle que définie dans le HRP initial, les provinces situées à l’est et au nord du pays ont été priorisées en raison d’une présence importante de rapatriés et de personnes déplacées internes (PDI) ainsi que de la précarité de la situation de sécurité alimentaire dans ces localités.

Le Burundi est sujet à divers chocs qui fragilisent les populations les plus vulnérables. L’ exposition aux désastres naturels récurrents, principalement dans les provinces situées le long du littoral du lac Tanganyika et dans les provinces du nord et nord-est, impacte la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations ainsi que leurs conditions de vie. Les déficits hydriques dans certaines localités et les pluies torrentielles sont également à l’origine de déplacements internes de populations à la recherche d’abris et de nouveaux moyens de subsistance. En outre, la saison des pluies constitue un terrain propice aux flambées régulières de maladies à potentiel épidémique, dont le paludisme.

La fin de 2019 et le début de 2020 ont été marqués par la survenance de catastrophes naturelles. Ces chocs ont particulièrement impacté les provinces situées à l’ouest du pays et fragilisé davantage les populations des zones affectées. Le nombre PDI est passé de 104 0001 en décembre 2019 à 135 0002 en mai 2020. Parmi ces PDI, 83 pour cent ont été déplacés en raison de catastrophes naturelles contre 77 pour cent en fin 2019.

En date du 30 juin, le Burundi accueille 78 712 réfugiés et demandeurs d’asile abrités majoritairement dans 5 camps de réfugiés. La présence prolongée de cette population continue à exercer des pressions sur les communautés dans un contexte de pauvreté et de vulnérabilité importantes. Parallèlement, le processus de rapatriement des réfugiés burundais venant de la Tanzanie entamée en 2017 continue. Au total, 86 147 rapatriés ont été enregistrés de septembre 2017 à juin 2020 parmi lesquels 6 4273 l'ont été de janvier à juin 2020. Le Président élu en mai 2020 a invité les réfugiés à retourner dans leur pays d’origine, ce qui pourrait impacter les mouvements de retour d’ici la fin de l’année 2020.

Prenant en compte ces défis, l’objectif de cet addendum est d’intégrer l’impact de la COVID-19 sur la continuité des activités du HRP et de servir de cadre de planification pour les interventions visant à répondre aux effets directs et immédiats de la COVID-19 sur les populations les plus vulnérables. Il traitera également de la réponse aux besoins liés aux récentes inondations.

Distribué par APO Group pour Office for Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA).

Source : https://www.africa-newsroom.com/press/coronavirus-...