Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte D’Ivoire / Relance des activités de l’Anopaci : Cap sur la validation de la synthèse des travaux des faîtières


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 27 Février 2018 modifié le 27 Février 2018 - 11:13


Des travaux des faîtières
Des travaux des faîtières
Faire la synthèse des rapports des différents travaux d’ateliers réalisés par les faîtières membres de l’Association nationale des organisations professionnelles agricoles de Côte d’Ivoire (Anopaci), en vue d’aboutir à sa validation. Tel est l’objectif de l’atelier qui s’est ouvert ce lundi 26 février à la Résidence des hôtes à Anyama.

Selon le vice-président de l’Anopaci, Thomas Kouadio-Tiacoh, représentant le Président du conseil d’administration (Pca), N’goan Aka Mathias, « c’est un atelier-bilan qui entre dans le cadre de la redynamisation de notre organisation, après que la crise militaro-politique qu’a connu la Côte d’Ivoire l’ai fortement ébranlée ».

Il a ajouté : « La validation de ces documents contenants les axes stratégiques et le plan d’actions prioritaires va constituer la relance des activités de l’Anopaci, qui ambitionne se positionner comme un partenaire crédible vis-à-vis de l’Etat, des bailleurs de fonds, etc. ».

Soulignant que l’Anopaci à vingt années d’existence, Thomas Kouadio-Tiacoh a relevé que le processus de relance de ses activités a démarré depuis 2015, par la remobilisation de ses membres.

Au nom du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, la directrice régionale des Grands ponts et du district d’Abidjan, Ya Silué Naminata a indiqué que la tenue de cet atelier est « un tournant déterminant pour les filières agricoles ». Elle a enfin signifié que la professionnalisation des filières agricoles et la redynamisation des coopératives sont l’une des priorités du ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly.

Signalons que l’Anopaci composée d’une trentaine de faitières membres, a pour mission entre autres, d’assurer la défense des intérêts des producteurs, de valoriser le métier d’agriculteur, de promouvoir la professionnalisation de l’agriculture, etc. Puis, de faire face aux défis du monde agricole. Notamment, les problèmes de productivité de semences, le changement climatique, les problèmes d’intrants, etc.