Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire : Les douaniers et transitaires à la frontière avec le Ghana formés à la facilitation du commerce


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 19 Mars 2018 modifié le 19 Mars 2018 - 08:29


Renforcer les capacités des acteurs frontaliers de Noé (frontière ivoiro-ghanéenne), notamment, les agents des douanes et les déclarants en douane (transitaires), en vue de réduire d’une part, le temps et le coût des procédures de franchissement à la frontière. Et d’autre part, les sensibiliser sur l’Accord de facilitation des échanges (Afe) de l'Organisation mondiale du commerce (Omc), plus spécifiquement en son article 8.

Tel est le but de l’atelier de renforcement des capacités de quatre jours, organisé conjointement par le projet Leadership in public financial management II (Lpfm II), financé par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid) et l’Alliance Borderless en partenariat avec le cabinet Nathan Associates Inc.

A la clôture des travaux dudit atelier le 16 mars, le directeur pays du projet Lpfm II, Félix Kouakou a souligné qu’il était important d’instruire les douaniers et déclarants en douane aux frontières sur l’Afe de l’Omc, en vue faciliter sa mise œuvre. Il a relevé que la Côte d’Ivoire a identifié comme priorité l’article 8 de l’Afe de l’Omc, après l’avoir ratifié le 8 décembre 2015.

Félix Kouakou a également signifié qu’au-delà de l’Afe, la formation a également porté sur les modules de la classification des marchandises, du Schéma de libéralisation des échanges (Sle) et du Tarif extérieur commun (Tec) de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao).

Selon lui, les dispositions de cet article 8 stipulent : « la coopération et la coordination entre les organismes présents aux frontières portant sur l’harmonisation des jours et des horaires de travail, puis, des procédures et des formalités. Ensuite, la mise en place et le partage d’installations communes, ainsi que des contrôles conjoints. Et l’établissement d’un guichet unique pour le contrôle à la frontière ».

Toute chose qui a suscité avant la tenue de l’atelier, une réunion conjointe entre les acteurs frontaliers de Noé (Côte d’Ivoire) et ceux d’Elubo (Ghana). Selon le conseiller au commerce du Centre frontalier d’information (Cfi) de l’Alliance Borderless à Noé, Iba Tia, cette rencontre qui s’est déroulée le 13 mars à Noé, a réuni les acteurs des secteurs publics et privés des deux pays, y compris les agents des douanes et de police, les déclarants en douane, les transporteurs et commerçants.

« L’objectif pour nous, à travers cette rencontre était d’harmoniser les procédures de dédouanement aux frontières entre la Côte d’Ivoire et Ghana, pour une facilitation du commerce », a-t-il déclaré. Non sans expliquer que le Cfi de l’Alliance Borderless a pour rôles entre autres, la diffusion d’informations sur les différents textes et protocoles régissant le commerce et le transport régional. Et aussi d’assurer le suivi et l’évaluation du temps de passage à la frontière, etc.

Signalons que le projet Lpfm II soutient la mise en œuvre de l’Afe de l'Omc en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Sénégal. Quant à l’Alliance Borderless, elle est une association du secteur privé œuvrant pour la facilitation du commerce et du transport des marchandises en Afrique de l’Ouest.