Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Déficit de produits sanguins en Côte d'Ivoire : La polyclinique Farah mobilise son personnel pour sauver des vies


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 25 Septembre 2017 modifié le 25 Septembre 2017 - 00:06

Cette nouvelle polyclinique équipée de matériels de pointe, qui vient repositionner la Côte d'Ivoire comme hub médical dans la sous-région ouest-africaine a posé un acte de portée sociale et solidaire, à travers cette opéartion de don de sang initiée par son PDG.


Le besoin annuel en produits sanguins en Côte d’Ivoire est estimé à près de 240 000 poches, selon le Centre national de transfusion sanguine (Cnts). Ainsi, pour répondre aux appels incessants de cette banque de sang visant à combler le déficit récurrent en produits sanguins, la polyclinique Farah a mobilisé son personnel à plus de 60%, pour une opération don de sang.

Dénommée : « Je donne mon sang, je sauve une vie », l’opération a vu également la participation des familles de patients bénévoles. Elle s’est déroulée le 21 septembre, dans les locaux de cette nouvelle structure sanitaire privée, sise à Abidjan-Marcory.

Pour son Président directeur général (Pdg), Dr Walid Zahreddine, cette opération représente « un message en interne, pour véhiculer des valeurs, telles que le don de soi, la solidarité, la citoyenneté…. Et également montrer l’engagement de la directeur à apporter sa touche d’aide au Cnts, qui a un besoin annuel estimé à près 240 000 poches de sang ». Il a ajouté : « Nous voulons à travers cet acte citoyen montrer l’exemple à d’autres structures, à nous emboîter le pas, pour combler le déficit criard de poche de sang et sauver des vies humaines ».

Le responsable des services de prélèvement et de la distribution des produits sanguins au Cnts, Dr Tchimu Jérémie a exprimé la gratitude du directeur, Dr Konaté Seydou qu’il représentait, à l’ensemble du personnel de la polyclinique. Ainsi qu’à son Pdg, pour cette opération de mobilisation et d’engagement en faveur du don de sang. Qui d’après lui, va permettre de « renforcer le stock de produits sanguins au niveau de la banque de sang ».

Il a rappelé que le don de sang est « un acte volontaire, bénévole qui ne nécessite pas de compensation financière ». Et cela, a-t-il poursuivi, « consiste à se faire prélever une partie de son sang ou de ses dérivées, en vue des transfusions médicales ». Parlant de la politique menée par le Cnts, en vue de renflouer les stocks de produits sanguins, le représentant du Dr Konaté Seydou a insisté sur le rapprochement des centres de transfusion auprès des populations, par une déconcentration.

Ainsi, a-t-il dit : « Nous sommes passés de 4 centres de transfusion en 2002, à 27 en 2017, sur le territoire national ». Avant d’ajouter qu’il y a des équipes mobiles qui sillonnent tout le territoire, en plus des nombreuses campagnes de sensibilisation de la population, à participer aux dons de sang.

Le responsable des urgences de cette polyclinique, Dr Nasser Mohamed, a annoncé pour sa part, que cette opération de « don de sang bénévole qui est un acte civil, sera renouvelée tous les six mois », au sein dudit établissement sanitaire. Ce, en vue de contribuer activement à combler le déficit criard en de poches de sang dans les hôpitaux.

Il a enfin relevé les dons de sang doivent être réguliers et constants, car la durée de vie des produits sanguins est limitée (5 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges).

La polyclinique Farah : Un pôle sanitaire sous-régional

Rare établissement de soins et de santé en Côte d’Ivoire certifié Iso 9001, cette nouvelle polyclinique dispose d’un plateau technique des plus performants de la sous-région ouest-africaine. Touche chose qui va repositionner la Côte d’Ivoire sur l’échiquier d’un hub médical au sein de cet espace régional et même au-delà. Cela va par conséquent freiner le flux massif de patients vers l’étranger (Afrique du nord, Europe, etc.), qui reste très couteux. Et attirer également toute cette sous-région.

Elle est dotée d’une banque de sang en interne, sous l’autorisation du Cnts, permettant de stocker des poches, pour répondre aux besoins des malades. Accueillant déjà ses premiers patients depuis près de 3 mois, son inauguration officielle est prévue dans les semaines à venir. Son Pdg a opté pour une politique de gestion visant à rendre accessible des soins de qualité à toutes les couches de la population.

Avec environ 350 employés permanents et de nombreux vacataires, la polyclinique Farah a été bâtie en immeuble de plusieurs niveaux selon les normes internationales, dans le quartier chic de Marcory-Résidentiel, plus exactement à la rue des Bahias, place Donwahi. Une fierté pour la Côte d’Ivoire toute entière qui aspire à être émergent à l’horizon 2020, sous le leadership de son Président, Alassane Ouattara.

Son slogan : « Le cœur pour vous écouter. La compétence pour vous soigner », colle bien à la réalité, de par l’accueil de qualité et d’amabilité, dont fait preuve son jeune, dynamique et attentionné personnel à tous visiteurs. Bravo !