Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Des attaques par logiciel espion contre des cibles politiques au Moyen-Orient


Alwihda Info | Par ESET - 5 Octobre 2019 modifié le 5 Octobre 2019 - 13:12

Les chercheurs d’ESET ont découvert une backdoor dotée de fonctionnalités intéressantes et apparentée au logiciel malveillant utilisé par le tristement célèbre groupe Stealth Falcon.


© DR
© DR
Stealth Falcon est un groupe de cybercriminalité actif depuis 2012 qui cible les journalistes et les activistes politiques au Moyen-Orient. Certains analystes l’associent au Project Raven, une initiative qui impliquerait d’anciens agents de la National Security Agency (NSA). Pour en savoir plus, cliquez ici.

Des informations techniques limitées sur Stealth Falcon ont déjà été rendues publiques, notamment une analyse du composant principal du malware – une backdoor en PowerShell qui se propage via un document infecté joint à un e-mail malveillant.

Les chercheurs d’ESET ont découvert une backdoor exécutable inédite qu’ils ont nommée Win32/StealthFalcon. Ils ont constaté un petit nombre d’attaques par ce malware aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite, en Thaïlande et aux Pays-Bas ; dans ce dernier cas, la cible était une mission diplomatique d’un pays du Moyen-Orient.

Les travaux d’ESET ont mis en évidence des similarités entre la backdoor exécutable récemment découverte et le script PowerShell doté de capacités de backdoor précédemment attribué au groupe Stealth Falcon. Les chercheurs d’ESET considèrent ces similarités comme une preuve solide que les deux backdoors sont l’œuvre du même groupe.

Win32/StealthFalcon utilise une technique relativement inhabituelle pour communiquer avec son serveur de commande et contrôle (C&C) : le service de transfert intelligent en arrière-plan (BITS), un composant standard de Windows.

Par rapport aux méthodes de communication traditionnelles via des fonctions d’API, le mécanisme BITS passe par une interface COM, ce qui le rend plus difficile à détecter. Fiable et furtive, cette approche a également davantage de chances d’être autorisée par le pare-feu de l’hôte.

Outre son mode de communication C&C inhabituel, Win32/StealthFalcon fait appel à des techniques avancées pour empêcher sa détection et son analyse, assurer sa persistance et compliquer l’analyse criminalistique.