Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Des femmes africaines de grande renommée ont lancé Rouse


Alwihda Info | Par AMA - 9 Décembre 2019


Des femmes africaines de grande renommée ont lancé Rouse. © DR
Des femmes africaines de grande renommée ont lancé Rouse. © DR
MARRAKECH, Maroc - Deux sommités africaines du monde des médias et anciennes présentatrices de CNN, Zain Verjee et Isha Sesay, ont lancé leur nouvelle coentreprise Rouse le mois dernier à Marrakech. Avec le soutien et le partenariat total de la République du Togo, Verjee (originaire du Kenya) et Sesay (originaire de la Sierra Leone) ont organisé une rencontre à l’hôtel boutique Jnane Tamsna. Rouse a rassemblé un groupe de quarante femmes d’ascendance africaine venu du monde entier, une expérience unique en son genre avec trois jours de conférences, d’activités et de discours centrés sur les thèmes des “déchirures et de l’harmonie” qui viennent être ces forces disruptives dans leur vie. Rouse, que Verjee et Sesay ont cofondé avec les entrepreneurs Chidi Afulezi et Suneeta Olympio, a été conçu comme une plateforme de rencontres et d’échanges pour les femmes d’ascendance africaine afin de connecter, se ressourcer et construire une fraternité mondiale de « Rouse Woman » qui collaborent sur des projets, des efforts créatifs et des thématiques.

Depuis leur départ de CNN, Verjee et Sesay ont toutes deux observé qu’il existe un espace plus vaste à explorer dans le cadre du rapprochement entre les femmes pionnières du continent et les femmes de la diaspora africaine, notamment les femmes nord-américaines et européennes.

« Nous voulions rassembler des femmes de toutes ces régions géographiques, dit Sesay, elles ont des expériences, des points de vue et des histoires à partager. Quand je voyage, ce sont ces femmes que je rencontre et il n’y avait pas de plateforme pour les réunir afin d’avoir de vraies conversations et de véritables formes de collaboration. Ce sont toutes des femmes d’ascendance africaine qui veulent des interactions inspirantes, une authentique fraternité mondiale et des moyens de faire mieux et plus, tant sur le plan personnel que professionnel. »

L’équipe Rouse voulait montrer que le concept traditionnel des conférences était contre les conventions avec un minimum de panels, un cadre intime, aucun traitement VIP et des conversations franches. Le beau cadre du Jnane Tamsna s’est prêté à un décor en plein air que l’équipe Rouse a baptisé « The Clearing » et qui a fourni aux participantes un espace physique et mental pour se ressourcer. Les règles de Chatham House ont été observées dans « The Clearing » par les participantes de Rouse afin de protéger la vie privée et la liberté de parler sans crainte pour tous les invités.

Rouse Talks, la série de monologues et de dialogues personnels de l’équipe qui comprenait l’interaction avec le public, allait de la réimagination de la maternité à la quête du silence de la voix négative intérieure tout en traitant les thématiques du pouvoir et du but. « The Clearing » a fourni un cadre de discussion ouvert sur le pouvoir de la vulnérabilité, la recherche du soi authentique et la recherche d’une fraternité mondiale.

La République togolaise est devenue le principal partenaire de lancement de Rouse et adhère pleinement à l’opinion des fondatrices selon laquelle il faut trouver de nouvelles façons de raconter l’histoire des femmes d’ascendance africaine, et dans cette optique, de nouvelles plateformes, collaborations créatives et conversations ouvertes sont indispensables. Yawa Kouigan, chargée de la communication pour la République du Togo déclare : « Historiquement, les femmes ont été au cœur de la vie de notre pays. Elles maintiennent l’économie de base tout en jouant un rôle clé en tant que piliers des familles. Elles occupent aujourd’hui des positions de premier plan dans l’administration, les sciences et la politique. Nous soutenons naturellement des initiatives comme Rouse qui visent à reconnaître et à promouvoir les femmes dans leur essence et à trouver des façons uniques de raconter nos histoires.”

Verjee a remercié la République du Togo d’avoir permis la tenue de la première édition de Rouse et d’avoir permis aux quatre co-fondatrices de rester fidèles à leur vision. “Les pays africains cherchent des moyens de raconter leurs propres histoires en engageant des agences occidentales pour qu’elles les racontent à leur place. Au lieu de cela, ils devraient se tourner vers leurs propres populations talentueuses pour raconter ces histoires, qui sont plus authentiques et plus pertinentes », a-t-elle dit. « Merci au Togo d’avoir fait un acte de foi et d’avoir fait confiance à Isha et à moi pour organiser quelque chose de spécial qui aura un impact et suscitera des changements sur le continent et au-delà. Rouse Women va changer le monde. »


Parmi les autres sponsors de Rouse figuraient GE Africa, qui a organisé une soirée spectaculaire au musée Dar Si Said, et le groupe OCP, qui a organisé une expérience dans le désert où les « Rouse Women » ont pu échanger des idées qui étaient stimulantes, éducatives et exaltantes. L’équipe de Rouse est déjà à la recherche d’un site, sur le continent, qui accueillera l’édition 2020 et ajoutera des éléments bien pensés qui lui donneront une toute autre dimension et qui auront un impact pour les participantes et les soutiens.

« Nous sommes déjà en train de définir ce que sera Rouse en 2020 et 2021. Il s’agit d’une œuvre africaine et tous les événements auront lieu sur le continent afin de mettre en valeur l’Afrique et cette femme perturbatrice et puissante aux ascendances africaines », a déclaré Sesay. Verjee a ajouté : « C’est une période très excitante pour nous quatre, et nous attendons avec impatience ce que l’avenir réserve à Rouse, et notre capacité à posséder et à changer les récits avec des partenaires qui peuvent sortir des sentiers battus et porter nos histoires à de nouveaux sommets.»