Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Déstabilisation de la Libye : Le G5 Sahel rappelle la responsabilité de la communauté internationale


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Décembre 2019


Le président de la République du Niger, Mamadou Issoufou. © PR Niger
Le président de la République du Niger, Mamadou Issoufou. © PR Niger
Les chefs d'Etat du G5 Sahel ont décidé ce dimanche, au regard des nombreuses attaques enregistrées dans la zone des trois frontières (Burkina-Mali-Niger), de "mobiliser davantage de forces dans le Fuseau Centre particulièrement affecté par l’action des groupes armés terroristes". Ils se sont concertés au cours de la 4ème session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel, délocalisée à Niamey au Niger.

Ils se sont convenus d'accélérer l’opérationnalisation de la Force Conjointe du G5 Sahel et de procéder à une révision de son concept d’opération stratégique pour tenir compte de l’évolution de la menace.

"Rappelant la responsabilité de la Communauté internationale dans la situation d’insécurité au Sahel due à la déstabilisation de l’Etat libyen, les Chefs d’Etat l’appellent à une plus grande mobilisation dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Ils l’invitent à adhérer au Partenariat international pour la stabilité et la sécurité au Sahel (P3S) adopté au Sommet du G7 à Biarritz", selon le communiqué final.

Les dirigeants africains ont également "souligné l’importance et la nécessité urgente d’assurer les services sociaux de base et la présence effective de l’Etat dans les zones fragiles, en veillant à la consolidation du triptyque Peuple-Gouvernement- Forces de Défense et de Sécurité."

Ils ont convenu de "renforcer davantage leurs alliances et de mieux coordonner leurs actions sur le plan politique et stratégique et d’instruire les Forces de Défense et de Sécurité pour une coordination efficace au niveau opératif et tactique."

"Conjurer définitivement la menace terroriste"

A l'issue de leur conférence, les chefs d’Etat ont lancé un appel aux Etats de la région pour un renforcement de la coopération entre les services de sécurité et de renseignement, dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

Ils en appellent également à la communauté internationale pour "continuer à appuyer les efforts du G5 Sahel tout en renforçant son soutien en vue de conjurer définitivement la menace terroriste."

Les chefs d’Etat réitèrent leur appel au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour examiner favorablement leur requête de placer le mandat de la Force conjointe du G5 Sahel sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies et de renforcer celui de la MINUSMA.