Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Djibouti : Egocentrisme ou Suicide Politique Collectif ?


Alwihda Info | Par Hassan Mokbel - 5 Février 2016 modifié le 5 Février 2016 - 21:31


Hassan Mokbel
Hassan Mokbel
« Il y a deux manière de se perdre : par ségrégation murée dans le particulier ou par dilution dans l’universel. » A. Césaire. 

Depuis la déclaration de la candidature d’Ismaël Omar Guelleh, début décembre 2015, aux élections présidentielles d’avril 2016 dans le cadre d’un 4e mandat, il règne une atmosphère de clair-obscur sur la scène politique djiboutienne, en ce sens, qu’on a l’impression que tout part en vrille ; surtout du côté de l’opposition USN, qui est encore groggy, du terrible coup qu’elle a encaissée le 21 décembre 2015,mais reste, heureusement, encore debout.

Du côté du pouvoir et de la mouvance présidentielle tout semble aller comme sur des « roulettes » et il ne se passe pas une journée sans inaugurations de ceci ou de cela pour l’entier bénéfice de la campagne électorale déguisée…

Mais, permettez-moi, avant de continuer, de saluer la victoire de l’Iran qui a franchi une étape décisive, le samedi 16 janvier 2016, dans la réconciliation avec les Etats-Unis et les puissances occidentales :

« En fin de journée, après une gesticulation diplomatique empreinte de dramaturgie, écrit le New York Times, les Etats-Unis et les nations européennes ont levé les sanctions financières et pétrolières à l’encontre de l’Iran et débloqué quelque 100 milliards de dollars d’avoir gelés(91 milliards d’euros).

Je me réjouis de ce succès éclatant du gouvernement de l’Iran et du peuple iranien !!!

Outre le fait d’avoir fait exécuter le Sheik AL-NIMR, ce qui est en soi, un crime politique odieux, L’Arabie Sioniste, continue son bombardement aveugle et criminel contre la population civile yéménite… En s’alignant, pour des raisons pécuniaires, (campagne électorale oblige), derrière cette politique d’extermination d’une population et de la destruction de l’Etat du Yémen, le gouvernement djiboutien se fait complice des crimes de guerre et de crime contre l’Humanité commis par les, AL-SAOUD, dont il aura, un jour ou l’autre, à assumer la responsabilité…

Je ne peux m’empêcher de rendre un hommage particulier à l’Armée Arabe Syrienne qui a résisté pendant plus de quatre ans contre les terroristes-takfiriste-wahhabistes(Daesh,Al-Nosra et Cie) soutenus par l’Arabie Sioniste, le Qatar, la Turquie, les pays du Golfe et en sous-traitance par bien d’autres pays dont Israël…

Aujourd’hui, la Syrie, avec l’aide des forces aériennes russes, remporte victoire sur victoire et est en passe de reconquérir l’ensemble de son territoire national qui a subit la destruction et la désolation.

Pour revenir à Djibouti, il faut dire que les tenants du pouvoir, pris de panique devant la manifestation monstre du 20 novembre 2015 de la population djiboutienne rejetant le 4e mandat, ont commencé la campagne électorale sous le signe de la répression tous azimuts.
L’outil du déclenchement de cette répression a été le décret présidentiel du 25 novembre 2015 et, en apparence, le prétexte, a été les terribles attentats de Paris du 13 novembre 2015.

Pour préserver son pouvoir, Ismaël Omar Guelleh, est prêt à « tirer le diable par la queue. »

Albert Camus écrivait dans son ouvrage intitulé, "L'homme révolté", 
"Le jour ou le crime se pare des dépouilles de l'innocence, par un renversement curieux propre à notre temps, c'est l'innocence qui est sommée de fournir ses justifications."

Le 21 décembre 2015, Ismaël Omar Guelleh a mis en application la théorie « du premier coup décisif », c’est-à-dire, infligé à l’adversaire une « frappe » aussi massive que sanglante afin de le plonger dans la terreur.

Le massacre de BULDHUQO et l’assaut au domicile privé de Me Djama Amareh Meidal contre les membres du Haut Conseil de l’USN découlent de cette stratégie qui, pour le moment, n’a pas du tout produit l’effet escompté : la mise à terre de l’USN. L’enterrement définitif de l’accord du 30 décembre 2014 et la mise sous tutelle du Ministère de l’Intérieur de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) ont fini par révéler les véritables intentions du pouvoir djiboutien de ne pas accepter les règles de la compétition démocratiques devant prévaloir lors de ces élections.

En dépit de la violence policière et malgré le verrouillage de l’espace d’expression démocratique, Ismaël Omar Guelleh et ses acolytes n’arrivent pas à briser la volonté de l’USN de s’opposer à leur politique dangereuse et néfaste pour la République de Djibouti.
Encore faut-il être capable de s’opposer d’une manière digne car les nouvelles en provenance du pays sont, pour le moins, alarmantes sinon décevantes ; il semblerait que l’USN envisage de participer aux élections présidentielles d’avril 2016 en désignant un candidat alors que les conditions d’un scrutin libre et transparent ne sont pas réunies… Et c’est là que l'on voit les dégâts causés par l’égocentrisme qui ronge le mental de certains de nos compatriotes.
Au-delà des candidatures délirantes, participer à cette élection n’a aucun sens si ce n’est de légitimer Ismaël Omar Guelleh et son 4e mandat. Cela équivaut à un coup d’épée dans l’eau… C’est une rouerie monumentale… Pire encore, c’est, purement et simplement, un abandon de la cause du peuple que l’on prétend défendre. Nul n’est en droit, quel que soit son statut personnel, de brader l’intérêt supérieur du Pays.

Dans un de ses livres dans lequel il décrivait le rapport dominants-dominés, Pierre Bourdieu, écrivait ;

« C’est un processus de soumission par lequel les dominés perçoivent la hiérarchie sociale comme légitime et naturelle. Les dominés intègrent la vision que les dominants ont du monde. Ce qui les conduit à se faire d’eux-mêmes une représentation négative… La violence symbolique n’est ni un processus d’influence, ni une vaste manipulation… c’est une CROYANCE COLLECTIVE qui permet de maintenir les hiérarchies… elle a pour effet la soumission des dominés sans que les dominants aient besoin d’avoir recourt à la force… Tout se fait d’une façon implicite et non consciente. Cela rend toute contestation ou toute révolte extrêmement difficile. »

C’est effarant de constater que cela s’applique parfaitement à la situation qui prévaut à Djibouti.

Il suffit de voir, Ismaël Omar Guelleh, euphorique, entamant un pas de danse en plein pays de Adaylou, pour se rendre compte de cette triste réalité… Il peut, désormais, se targuer d’avoir réussi à soumettre une bonne partie de « l’Intelligentsia » afar atteinte d’une myopie politique « dégénérative... » C’est peu de dire que la direction du FRUD-QAGABA a créé un profond sentiment d’aliénation et de désespoir… Chanter des louanges et danser le « Horra » et le « Malabo » pour un bourreau qui s’évertue à marginaliser un pan entier de la communauté nationale est synonyme d’un suicide politique collectif…

En tous les cas, Ismaël Omar Guelleh n’est pas aussi serein qu’il veuille le faire croire et par conséquent, il ne faut pas se laisser prendre facilement aux apparences.

D’abord, le chef de l’Etat djiboutien est tenu en échec stratégique par les résistants du FRUD qu’il n’arrive pas à « éradiquer ».Tant que ces combattants sont dans les Monts de Mabla, de Goda, de Moussa-Ali et autres, il aura un os en travers de sa gorge qui va l’empêcher de dormir tranquille à Haramous ou à Beit-Al-Wali.Il est parfaitement conscient, mieux que quiconque, que la flamme de résistance que les combattants du FRUD empêchent de s’éteindre, risque de devenir le feu de l’enfer dans lequel va brûler ce régime dictatorial qui dure depuis plus de 38 ans ; il y a quelques jours, les résistants du FRUD ont vaillamment repoussé une énième offensive de l’armée djiboutienne; 

Ensuite, la mobilisation de la majorité de la population djiboutienne contre le 4e mandat et son refus de cautionner une politique ultra-clanique dont le bilan est très largement négatif a mis les nerfs à rude épreuve du gouvernement djiboutien qui a opté pour la fuite en avant en usant de la force…

Ceux qui ont été massacrés le 21 décembre 2015 à BULDHUQO à l’instar de ceux assassinés le 18 décembre 1991 à ARHIBA, étaient des martyrs djiboutiens dont on a sacrifié la vie sur l’autel du tribalisme et de la bêtise humaine… « Deux choses sont infinies, disait Einstein, la bêtise humaine et l’univers ; et je ne suis pas vraiment sûr de la deuxième. »

En tout état de cause, ce n’est pas le moment de lâcher la pression contre ce régime qui fait feu de tout bois ( massacres, tortures, emprisonnements arbitraires, mensonges, démagogies et autres inaugurations des chantiers bidons) pour dissuader les djiboutiens de le contester…

Beaucoup des djiboutiens et moi-même exhortons l’USN à ne pas se salir les mains en participant à ces élections et à ne pas réduire à néant l’effort consenti depuis février 2013.
L’avenir de la République de Djibouti n’est pas accroché à ce 4e mandat et encore moins aux « samaras » d’Ismaël Omar Guelleh.

Djibouti va rester et c’est ce régime-là qui va, tôt ou tard, et le plus tôt serait le mieux, disparaître.

Nous tous djiboutiens sommes embarqués sur le même bateau ; sachons transcender l’égoïsme, l’individualisme et mettons en avant la valeur qui nous unis, l’Intérêt suprême de la République de Djibouti. L’éviction d’Ismaël Omar Guelleh ne signifie nullement sombrer dans le chaos.