Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti: La LDDH a recensé 4 exécutions extrajudiciaires


Alwihda Info | Par Sylvie Delhaye - 12 Décembre 2016 modifié le 12 Décembre 2016 - 16:23

Ligue Djiboutienne des Droits Humains BP 2578 Cite HAYABLEH – Balbala Djibouti – République de Djibouti Djibouti, le 12 Décembre 2016


Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H) LDDH – COMMUNIQUE de PRESSE Le 10 Décembre 2016 A l’instar des ONG de défense des droits de l’homme de par le monde, la LDDH célèbre la journée internationale de la Déclaration Universelle des droits de l’homme. Dans notre pays, l’exercice de la protection et la promotion des droits humains est parfois périlleux. Ainsi, le Président a été emprisonné durant 45 jours sans aucune raison valable et le Secrétaire General a été blessé. En République de Djibouti les violations des droits humains sont souvent violentes et parfois mortelles. La LDDH a recensé 4 exécutions extrajudiciaires. Il s’agit de 2 jeunes qui ont succombé à la torture infligée dans la Brigade de Gendarmerie de TADJOURAH et puis 2 autres qui ont été mitraillés au pied de Mont Moussa Ali. Les arrestations ont été quasi quotidiennes : un jeune Alisabien a été incarcéré pour avoir mis en ligne la soif due au manque d’eau dans la ville d’Ali-Sabieh. Les anciens prisonniers politiques de l’Affaires BULJOUQO restent toujours interdits de voyage à l’étranger pour se faire soigner. Les prisonniers politiques au nombre de 13 croupissent toujours dans la Prison de GABODE. Torturés sauvagement HOUMED GOHAL et YOUSSOUF BADOUL qui ont respectivement 2 fractures de l’avant bras et 5 cotes cassées n’ont eu aucun soin nécessaire. Signer les conventions internationales, adhérer aux déclarations universelles et élaborer des lois constitutionnelles protégeant les droits humains est beau mais malheureusement les respecter et les appliquer, restent toujours du domaine utopique pour le djiboutien. Le Pouvoir djiboutien doit mettre fin à l’impunité dont bénéficient les auteurs des violations. La pratique de la torture doit être sanctionnée par les autorités. La force doit être au service de la Justice et non le contraire LDDH – Ligue Djiboutienne des Droits Humains BP 2578 Cite HAYABLEH – Balbala Djibouti – République de Djibo