Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Elections USA-2012 : La lutte est très serrée


Alwihda Info | Par - 28 Octobre 2012 modifié le 28 Octobre 2012 - 10:12


© Image Globe
© Image Globe

A une semaine de la présidentielle américaine, la lutte entre Obama et Romney est extrêmement serrée. Après les 3 débats (Romney a gagné le premier et Obama les 2 autres), ils sont coude a' coude selon les sondages. Maintenant c'est au peuple de trancher le 6 novembre prochain. Rappelons que dans sa façon de diriger le plus puissant pays, Barack a la volonté de faire très attention, de ne pas adopter des positions trop radicales, de sacrifier parfois ses principes. Pourquoi? parce que le président a un pouvoir limité. Il fait face au congré (dominé par les opposants republicains depuis un peu plus de 2 ans), a' la cours suprême et au département d'état. Ces freins ont amené Barack a' gouverner, malgré lui, au centre.

Si on considère les sondages et l'augmentation du cote de la popularité de Romney depuis sa victoire spectaculaire au premier débat, la réélection de Barack ne sera pas du tout facile. Mais les états-uniens ont intérêt de donner un 2ieme mandat au président sortant. La raison la plus valable est tres simple: Si on pense a' tous les précédents présidents, pendant leur premier mandat, ils apprenaient a' être présidents. On se souvient d'eux grâce aux réalisations de leur 2ieme mandat (même le plus médiocre George W. Bush s'est amélioré a' la fin de son 2nd mandat). Ceci dit, le président Obama a un grand pouvoir de persuasion, de leadership, bien plus que des pouvoirs nominaux ou institutionnels, et c'est au cours d'un 2ieme mandat que ces pouvoirs s'exercent davantage.

Ces temps ci, les attaques contre Obama étaient plus que nombreuses. Ce qui fait mal, si des américains de souche se permettent certains langages orduriers, on peut comprendre. Mais le fait que des immigrants venus a' l'adolescence aux USA et qui ont eu la chance d'avoir la "green card" raconter des bêtises est inacceptable. Je fais allusion a' Dinesh D'Sousa, né en Inde en 1961 et arrivé aux États-Unis a' l'âge de 15 ou 16 ans. Ce dernier raconte des conneries a' dormir debout sur Obama a' travers ses livres et films. Pour son information, Obama est bel et bien né aux USA, a etudié et grandi aux USA avec une mère américaine. Sa mère a bcp fait pour son pays avant de mourir. Ce n'est pas par hasard si Obama devient president.

D'Sousa, véritable sosie de Mr. Bean (le comédien anglais qui ne parle pas), reprend dans l'un de ses films de propagandes une thèse qu'il avait exposée dans "Best Seller", intitulé "The roots of Obama's rage" (les racines de la rage d'Obama). Selon ce grand détracteur, on ne peut comprendre Barack sans parler de son économiste de père. "ce socialiste africain alcoolique, en colère contre le monde qui l'empêchait d'atteindre ses reves anticolonialistes, fixe désormais la politique de la nation (americaine) a' travers la réincarnation de ses rêves dans son fils". Quelle mouche a piqué l'indien immigrant dont son pays aussi a connu la colonisation? Pour rappel, il a suffi de 10 000 soldats britanniques d'aller coloniser un peuple de 100 millions a' l'époque qui est en l'occurrence l'Inde, le 2ieme pays le plus peuplé au Monde après la Chine. C'est comme si un seul soldat anglais a pu coloniser 10 millions d'indiens (environs toute la population du Tchad). Incroyable mais vrai. Donc D'Sousa aurait avoir honte de parler négativement sur le père d'Obama parce que ce dernier avait des rêves anticolonialistes. En quoi ca concerne barack qui est né et qui a grandi aux USA et qui a vu qu'une seule fois son père a' l'âge de 10 ans? Que D'sousa revienne sur terre et qu'il cherche d'autres arguments pour dénigrer Obama. Au championnat de la mauvaise foi, D'Sousa bat a' plate couture Michael Moore. A ses yeux, le fait que Barack n'ai rencontré son père qu'une seule fois n'a pas diminué mais décuplé l'influence que celui ci a eu sur lui. Franchement, c'est de n'importe quoi.

N'en déplaise aux détracteurs a' l'image de D'sousa, Obama a de bonne chances de devenir le premier président sortant a' être réélu a' la maison-blanche malgré un taux de chômage qui avoisine le 10%. En 1980, le taux de chômage etait de 7,5% lorsque les électeurs ont montré la porte a' Jimmy Carter. Comment expliquer l'avance du candidat démocrate même si les principaux indicateurs économiques devraient annoncer sa défaite? La réponse tient en partie a' Mitt Romney, bien sur. L'ancien gouverneur du Massachusetts a' non seulement du mal a' établir un contact avec les électeurs, mais également a' leur expliquer ses propositions pour relancer l'économie. En outre, l'américain lambda sait que l'économie va mal a' cause de 2 guerre impopulaires dont l'administration Bush a déclenchées en Afghanistan et Irak. Et puis, il y'a aussi cette vidéo secrète dans laquelle Mitt Romney exprime du mépris, devant de riches donateurs, pour les 47% d'américains qui ne paient pas d'impôt. Le camp de Barack a diffusé 3 pubs dévastatrices exploitant les propos du candidat républicain sur ces "47%". "Je ne parviendrai jamais a' les convaincre qu'ils devraient prendre leur vie en main et devenir responsables d'eux-mêmes", entend-on dire le candidat multimillionnaire dans la dernière de ces publicités, pendant que défilent a' l'écran des images d'américains ordinaires, notamment des anciens combattants et des travailleurs qui ne gagnent pas assez d'argent pour avoir a' payer l'impot sur le revenu. Selon plusieurs experts, Mitt Romney ne se remettra peut-être jamais de ces pubs négatifs. Autres raison qui pourraient aider Obama d'être réélu. Obama a fait, une fois, une annonce qui a eu l'effet d'une bombe dans le monde des immigrants illégaux. Désormais les jeunes de 29ans et moins arrivés illégalement aux USA avant l'age de 16ans (le fameux age de D'Sousa a’ son arrive’) qui étudient et qui n'ont pas de casier judiciaire pourront recevoir un Permis de Travail, renouvelable indéfiniment. Cette annonce inédite est une vraie victoire. Car presqu'un millions des jeunes pourraient en profiter.

Décortiquons un peu aussi les débats entre Romney et Obama. Le premier débat etait une victoire de Romney, la' rien a' dire. Mais sur les 2 derniers, Obama a gagné sur toute la ligne. Des les debuts du duel au 2ieme et 3ieme débat, le président est passé a' l'offensive, accusant son rival de préconiser une politique étrangère non seulement "erronée et téméraire", mais également très "éparpillée". "Chaque fois que vous avez proposé une opinion, vous avez eu tort. Non seulement vous avez eu tort, mais vous avez également suscité de la confusion en envoyant des messages contradictoires a' nos soldats et a' nos alliés" a déclaré Obama. Barack a aussi dominé la majorité des échanges et prononcé les phrases les plus mémorables. "La guerre froide est finie depuis 20 ans", a t'il déclaré en rappelant que le candidat républicain avait rangé la Russie au premier rang des ennemis géopolitiques des Etats-Unis. Et après que Mitt Romney eut déploré que la US Navy a moins de navires qu'en 1917, Obama a rétorqué: "Nous avons aussi moins de baïonnette et des chevaux. Nous avons ces choses appelées Porte-avions." Enfin, une question sur la Chine a permis a' Obama de porter un coup de plus a' Romney. "Le gouverneur a raison. Il est familier avec les entreprises qui exportent des emplois vers l'étranger, parce qu'il a investi dans des entreprises vers l'étranger." a t'il conclu.

Pour terminer, je donne mon propre point de vue. Comme je l'ai dit dans mon article précédent, si les américains voulaient coute que coute élire un blanc et cela quelque soit les efforts faites par Obama, la' c'est autre chose. Sinon Obama va gagner sur toute la ligne et même si les sondages de deniers jours montrent le contraire. Je m'explique:  Dans cette course, Romney lui même qui s'est fait le plus de tort. Son refus de divulguer de revenus (pourtant son propre a bel et bien fait quand il etait candidat (malheureux) dans les année 1970 si j'ai un bon mémoire), ses anciens comptes bancaires suisses, ses investissements aux iles caimans et ses propos sur les "47% d'américains qui dépendent du gouvernement" ont projeté de lui une image bien plus préjudiciable que tout ce que ses rapports d'impôts auraient pu contenir. Ajouter a' cela sa maladresse en public et sa détermination apparente a' supprimer les programmes sociaux chers a' la classe moyenne, et vous avez l'impression d'un homme qui a réussi, certes, mais surtout qui n'a pas de coeur. Les etats-uniens admirent le succés, mais ils veulent des chefs qui les comprennent, particulièrement lorsqu'ils traversent des périodes difficiles. Des personnes très riches ont été élues a' la maison blanche. Qu'on pense a' Franklin D. Roosevelt et a' John F. Kennedy. Cependant, peu importe ses qualités de gestionnaire, peu importe la grogne au sein de l'électorat, aucun candidat n'est devenu président si, aux yeux des américains, il ne les comprenait pas ou ne se préoccupait pas de leur sort. Tous nos vœux en espérant que Barack Obama soit reconduit. Merci pour votre lecture et bonne journée.

Votre ami et frère,

Mahadjir.Fils
Amérique du Nord.
www.enfantdutchad.com