Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Elections des Maires au 7ème Arrondissement : Me Nadji Madou a sacrifié son propre fils


Alwihda Info | Par AZOUD Gédéon - 12 Octobre 2018 modifié le 12 Octobre 2018 - 20:21

Samedi 6 octobre dernier, un nouvel exécutif pour la commune du 7ème arrondissement de la capitale du Tchad a été installé par le délégué du gouvernement auprès de la Mairie de N’Djaména dans une atmosphère passionnée et surchauffée. Ainsi, Ahmat Mahamat Guemé, MPS, devient le Maire titulaire. Me Nadji Madou, d’ASRI et Yoramdjiel Gisèle, du RNDT Le Réveil, respectivement premier et deuxième adjoint, tous deux de la majorité présidentielle.


Maître Nadji Madou. Crédits photo : DR
Maître Nadji Madou. Crédits photo : DR
Cette installation vient mettre un terme à la situation quelque peu opaque dans cette commune, gérée depuis juin 2018 par un maire intérimaire après que l’ex-Maire, Elsepa AKODMO ait été destituée pour faux et usage de faux, faux en écritures publiques, népotisme, gestion opaque des biens de la commune, etc.

Depuis lors, la population de ce plus grand arrondissement du Tchad attendait de voir un nouveau Maire qui puisse prendre les rênes de leur commune qui, somme toute, a plus de défis que jamais. Au grand dam de tous, ce jour-là, alors que les conseillers issus partis d’opposition siégeant à cette commune ont claqué la porte, les trois conseillers sont propulsés, par un coup de théâtre, à la tête de commune. Les conseillers de l’opposition dénoncent une désignation télé-programmée par les forces obscurantistes tapis dans l’ombre, ce, au mépris des textes qui gouvernent en la matière. Le jeune maire Ahmat Mahamat Guemé a annoncé sa couleur en promettant la fin « de désordre », d’où qu’il vienne. Mais les autres, rient dans leur barbe. La réaction du président du Rassemblement pour la Démocratie et le Socialisme au Tchad (RDST), Marting Félix Kodjiga, par ailleurs conseiller de la commune y voit une prolongation des désordres dans cet arrondissement. « Ce sont les autorités de nos pays qui sont à l’origine de désordre dans ce vaste arrondissement », a-t-il laissé le dimanche 7 octobre.

Et, le ridicule dans tout cela !

S’il est quelque chose qui semble plus être un événement dans cette démarche qui ne surprend toutefois pas, c’est bien l’installation de Me Nadji Madou dans la fonction de Maire Adjoint. En effet, ce juriste enseignant-chercheur, administrateur avéré, chef de parti politique, ex-candidat à l’élection présidentielle de 2011, ex-préfet au département du Batha Est, ex-conseiller à la primature… est devenu un adjoint au Maire. L’on se souvient que lorsqu’il était encore Préfet à Oum-Hadjer, Me Nadji Madou a répondu à un journaliste qui lui a demandé pourquoi, il s’est rabattu à ce poste avec tous ses titres, que c’est parce qu’il aime son pays et qu’il accepte de servir l’Etat n’importe où. Très bien ! Ce qui aurait fait d’ailleurs que le président de la République l’ait nommé conseiller à la Primature avant qu’il ne voit sa chance voler en éclat. Mais, pour le cas d’espèce, peut-il avoir d’argument pour soutenir son ascension à la commune.

En effet, le conseiller qui a assuré l’intérim durant les quatre mois, qui a jalonné la période d’après Elsepa AKODMO, Dr Allaïssem, est un militant du parti ASRI de Me Nadji Madou. Au lieu de se battre pour maintenir son disciple ou, au pire des cas, le positionner dans les postes Adjoints, Me Madou a choisi de sacrifier son fils politique à son propre profit. En désespoir de cause, Madou s’est rabattu au poste d’adjoint. Voilà un ridicule de taille. En tout état de cause, le leader du part Alliance Socialiste pour un Renouveau Intégral (ASRI), n’a plus raison. Et, même si le ridicule ne tue pas φ



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 05:52 Réflexion sur le système sanitaire du Tchad