Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Intégration économique : l’ACET publie son rapport sur la transformation de l’Afrique


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Juillet 2021

L’élan créé par la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECAf) devrait participer à relever les défis transfrontaliers communs, y compris la création d’emplois compétitifs, la gestion des risques climatiques et la maitrise de l’innovation numérique.


Intégration économique : l’ACET publie son rapport sur la transformation de l’Afrique
Une plus grande collaboration régionale est essentielle pour réaliser le potentiel de l’Afrique. A cet effet, le Centre Africain pour la Transformation Economique (ACET) vient de publier son troisième Rapport sur la Transformation de l’Afrique (ATR) qui étudie le besoin critique pour les pays africains de poursuivre une plus grande intégration économique pour transformer le continent. « Intégrer pour transformer », le troisième rapport sur la transformation de l’Afrique (ATR) se fait le défenseur d’une Afrique économiquement transformée qui exploite les opportunités régionales grâce à une intégration et une collaboration renforcée mais aussi grâce à un leadership visionnaire.

Le rapport a été dévoilé lors de l’édition virtuel 2021 du Forum sur la transformation de l’Afrique 2021, auquel ont participé des dirigeants des secteurs public et privé, tels que la Fondation Mastercard et le Groupe de la Banque mondiale. L’ATR appelle clairement aux pays africains à travailler ensemble pour accélérer la transformation du continent et améliorer les vies de leurs populations respectives en créant plus des emplois, en renforçant l’innovation numérique et en gérant les impacts du changement climatique.

La dernière édition de l’ATR est publiée à l’heure ou la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECAf) est entrée en vigueur en ce début de l’année, donnant un nouvel élan au projet d’intégration du continent et affirmant l’engagement des pays africains à accélérer le commerce intra-africain et à stimuler la compétitivité de l’Afrique sur les marchés mondiaux. Comme l’affirme le Rapport de cette année, l’approfondissement de l’intégration régionale nécessite de poursuivre non seulement l’intégration des marchés régionaux, mais aussi d’accroître la collaboration régionale au sens large.
Il s’agit d’une avancée par rapport au deuxième ATR publiée en 2018. Le rapport souligne le besoin urgent pour les pays de s’investir au-delà du commerce et des marchés pour collaborer sur des projets tels que les infrastructures de transport, la libre circulation des personnes, une meilleure gestion des bassins fluviaux, la connectivité numérique transfrontalière et les systèmes de contrôle des futures épidémies de parasites et de maladies.