Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ARCHIVES

La langue arabe à travers l’histoire


Alwihda Info | Par - 22 Juillet 2011 modifié le 22 Juillet 2011 - 21:33


Le poète a repris le sujet relatif à la langue arabe qui a fait couler beaucoup d’encre et de salives. Des multiples réactions en provenance de plusieurs villes du pays ainsi que de l’extérieur sont tombées à la rédaction d’Alwihda actualités.

Il faut rappeler que le poète a abordé plusieurs sujets parmi lesquels « le rôle des chefs de partis arabophones accusés de prendre en otage la langue arabe ». Le poète estime que la langue arabe est passée par plusieurs étapes parmi lesquelles:

1/ Elle a fait sa parution grâce aux « marabouts »
2/ Elle a été reconnue comme langue officielle du pays grâce au Frolinat.
3/ Sa reconnaissance par le colonialisme qui l’a soutenue en intégrant les « marabouts » dans la fonction publique.

4/ la révolution estudiantine de l’institut du Roi Faysal en 1986 sous le règne de Hissène Habré.
Au moment où la dictature sévissait, ces étudiants dont les noms suivent (…) ont osé défendre publiquement la langue arabe bravant ainsi les interdits de la police politique dictatoriale du régime Habré. Grâce à ces étudiants qui ont connu la prison, la langue arabe a été reconnue par le président Hissène Habré. Sans oublier la conférence nationale souveraine de 1993 qui a d’une manière officielle reconnu la langue arabe comme deuxième langue officielle du pays.
 
Certains « réactionnaires » n’ont retenu de toutes les analyses de l’auteur que le passage suivant « la langue arabe a été reconnue par le président Hissène Habré. Ils ont fait de ce passage un débat « stérile » allant jusqu’à accuser le poète de défendre Habré et Alwihda d’être pro Habré !!! Pourtant l’auteur n’a jamais dit que la langue arabe a été officialisée par Hissène Habré mais il a tout simplement énuméré les étapes de la langue arabe au Tchad. Même le ministre de l’éducation nationale est intervenu dans le débat pour expliquer que la langue arabe n’a pas été officialisée par Hissène Habré! Il faut le répéter que personne n’a dit que la langue arabe est officialisée grâce à Hissène Habré mais ce dernier a apporté sa contribution dans l’épanouissement de la langue arabe au Tchad.
 
Harcelé par des réactions qu’il a jugées provocatrices, le poète revient à la charge et reprend la main dans un tout nouveau article. Il dit avoir approfondi ses recherches et quelle n’était sa surprise lorsqu’il a découvert l’ouvrage du Dr. Mahamat Saleh Ayoub chercheur et professeur à l’université du Roi Faysal. Le professeur Ayoub a retracé le parcours de la langue arabe au Tchad. Dans son ouvrage, le Dr. Ayoub dit: «  la langue arabe s’est imposée depuis le royaume de « Mamalik » et ceci malgré les tentatives vaines du colonialisme de l’étouffer. Finalement, le commandant militaire l’a reconnu et ila même accepté de recevoir le premier courrier en arabe en 1935 sous le numéro 764 15/2/1935م
Le Dr. Mahamat Saleh Ayoub a souligné que le commandant militaire français a  publié en 1954 un journal en arabe intitulé « Kawkab Altichad » puis  le 15 décembre 1959 soit après l’indépendance, le président Tombalbaye a autorisé l’enseignement de la langue arabe dans des établissements publics. En 1966, le Président Tombalbaye a signé un décret n° 1095 autorisant l’enseignement officiel de la langue arabe et le financement des écoles arabophones. En 1978, le président Felix Maloum a reconnu la langue arabe puis au temps du Président Idriss Deby, elle a été insérée dans la constitution du pays.  Par cet article, le professeur Mahamat Tahir dit vouloir bouclerle débat sur ce sujet et se libérer afin d’effectuer de recherches sur d’autres sujets.
 
Le poète Mahamat Tahir a publié plusieurs articles:
 
Dans un de ses articles, il a fustigé les alliances politiques. Il pense que ces alliances ont déçu les aspirations du peuple tchadien. « Ne voyez vous pas chers responsables des alliances inutiles que vos citoyens marchent les pieds nus, qu’ils se rabattent sur les stocks des termites pour se nourrir? ». Dans un autre article, il a demandé aux chefs de partis politiques arabophones d’arrêter d’exploiter la langue arabe qui est déjà reconnue par la constitution comme langue officielle du pays…...
Professeur au lycée, M. Mahamat Tahir Abdelkader aime la poésie et la littérature. Ce n’est pas pour rien qu’il s’attaque à l’injustice et à la corruption qu’il qualifie d’ennemis du développement. Mahamat Tahir attend depuis plus de 10 ans l’instruction de son dossier  d’intégration à la fonction publique! ‘Pour être intégré, je dois avoir des sous ou un parent bien placé. malheureusement je n’ai ni l’un ni l’autre’ ironise le poète.
 
Il se demande pourquoi oublie t-on d’aborder l’augmentation de salaire alors qu’on ne cesse de louer les réalisations faites durant les vingt dernières années. Son article qui a provoqué plus de réactions après celui de la langue arabe est: «  le silence profond ». Un autre professeur de l’Université Adam Barka d’Abeché lui a répondu en intitulant son article: « De quel silence parles tu »? On constate que les deux professeurs sont plongés dans une sorte de dialogue bilatéral, oubliant ainsi leurs lecteurs. Cet article sera publié en intégralité dans le prochain journal d’Alwihda actualités.
 
Pour découvrir les écrits du poète, veuillez vous procurer des numéros précédents du journal Alwihda Actualités ou allez sur www.alwihdainfo.com



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2011 - 20:38 Symposium sur la sécurité