Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

La place des non-musulmans dans le système de la Choura


Alwihda Info | Par Kamal Znidar - 22 Septembre 2016

Islam et favoritisme sont oxymore. Cette religion comme elle dénonce l'esclavage, elle dénonce le favoritisme et milite pour une justice sociale et une égalité devant la Loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de statut socioprofessionnel, de sexe ou de religion.


L'Islam est une lutte contre toutes les sortes d'injustice. Sa Législation ne fait pas de distinction entre musulman et non-musulman. Les citoyens, qu'ils soient musulmans ou non, ils sont tous égaux face à la Loi.

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les citoyens du monde de l'Islam sont tous libres et responsables des affaires de leur monde. Ils ont tous le droit de participer à la vie politique de ce monde et font tous partie des systèmes de la Choura.

Dans ces systèmes, le non-musulman est un citoyen comme le reste des musulmans. Il bénéficie des mêmes droits que ceux dont bénéficient les musulmans et il est soumis aux mêmes lois, aux mêmes responsabilités et aux mêmes obligations à l'égard de la société.

Ces systèmes sont ouverts à tous les citoyens. Tout le monde est écouté. Tout le monde exerce librement ses droits (droit de vote, éligibilité, droit d'audit, liberté d'expression, liberté d'opinion, droit de réunion, liberté d'association).

Lors des réunions des assemblées de la Choura, en tant que citoyen du monde de l'Islam, le non-musulman a le droit de prendre la parole, accuser, s'opposer, émettre ou défendre une opinion, faire une proposition, etc.

Ce qu'il dit ou ce qu'il propose, peu importe qu'il soit conforme aux enseignements de l'Islam ou non. Quelle que soit la nature de ses propos ou ses propositions, dans tous les cas, ils vont être discutés et soumis au vote s'il le faut.

Les musulmans sont ordonnés par l'Islam de traiter justement et gentiment les non-musulmans et d'entretenir de bonnes relations avec eux. Ils ne sont demandés de couper les liens qu'avec ceux qui ont des antécédents dans la persécution des musulmans.

Dieu, dans Son Saint Livre, dit : {Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattu pour la religion et ne vous ont pas chassé de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattu pour la religion, chassé de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes} Versets 8-9 de la Sourate 60.

En tant que musulmans, nous devons détester pour les autres ce que nous détestons pour nous-mêmes. On déteste qu'on soit considérés des sous-citoyens au monde non-musulman, nous devons donc détester la même chose pour les non-musulmans de notre monde.

Le Messager d'Allah (que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui) dit dans un de ses nobles hadiths prophétiques : "Evite les interdits et tu seras alors le plus pieux des Hommes. Satisfais-toi de la portion qu'Allah t'a donné et tu seras alors le plus riche des Hommes. Sois bienfaisant envers ton voisin et tu seras croyant. Aime pour les autres ce que tu aimes pour toi-même et tu seras musulman. N'abuse pas du rire, car l'abus de rire fait périr le cœur".

Dans un monde musulman, les non-musulmans sont une minorité. Et les minorités, on doit tolérer leurs différences culturelles et religieuses, protéger leur liberté et leurs droits, et abriter leur identité de tout traitement injuste et toute loi arbitraire.

Dans un autre hadith prophétique, le Messager d'Allah (que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui) dit : "Aidez-moi dans ma mission et ma lutte en faisant du bien à vos faibles car Dieu ne vous donne Son soutien et votre subsistance que par égard pour vos faibles".

En contre partie, ils ne doivent pas nous trahir voire nous déclarer la guerre et doivent respecter nos lois "ces lois agrées par la majorité", coopérer avec nous pour faire progresser notre monde et apporter le bonheur à toutes les composantes de notre société.

LES LAÏCS DU MONDE DE L'ISLAM

L'Islam est une religion universelle. Son Message ne s'adresse pas seulement aux musulmans mais à tout le monde. Tout ce monde a le droit de s'exprimer librement sur ce Message et dire s'il l'a aimé ou non.

L'appréciation des choses varie d'une personne à l'autre. Il n'y a rien d'anormal dans le fait de voir ce Message, surtout le modèle politique qu'il propose, aimé par certains, détesté par d'autres. Ce qui est anormal, c'est le voir désiré ou rejeté par tout le monde.

Ceux qui rejettent ce modèle et militent pour un autre modèle (un modèle laïc à titre d'exemple), nous ne devons pas les exclure. Ceux-là, nous devons tolérer leurs divergences, les intégrer dans notre société, et faire d'eux nos partenaires dans le système de la Choura.

Être laïc est un choix que nous devons tous respecter. Et cette liberté d'opinion, par les lois, nous devons la protéger. Personne n'a le droit de censurer les laïcs, leur imposer d'adhérer aux mouvements islamistes ou les inquiéter dans leur lutte pour la laïcité.

Qu'ils appellent à la légalisation des relations sexuelles en dehors du cadre mariage, ceci est leur droit. Qu'ils appellent même à la légalisation de l'homosexualité et du mariage homosexuel, ceci est également un droit que nous devons respecter et protéger par les lois.

Dieu, dans Son Noble Livre, dit : {Ô les croyants ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l'équité : cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites} Verset 8 de la Sourate 5.

Respecter leur liberté d'opinion ne veut pas dire appliquer ce qu'ils disent. Ce qu'ils disent n'est ni plus ni moins qu'une simple proposition qui sera soumise à l'ensemble des électeurs qui diront leur mot final en votant pour ou contre ce qu'ils proposent.

Que la majorité accepte ce qu'ils proposent comme changements politiques ou législatifs ou le refusent, personne n'a le droit d'aller à l'encontre de la volonté populaire… Ceux qui vont chercher à imposer par la force leur avis minoritaire doivent être sanctionnés par les lois.

Respecter leur liberté d'opinion ne veut pas également dire fermer les yeux sur leur violation de la Loi. Les lois s'imposent à tout le monde. Qu'on soit laïcs ou non, d'accord avec leurs prescriptions ou pas, on doit les respecter… sinon on risque d'encourir une sanction.

LA POSITION VIS-A-VIS DES ISLAMOPHOBES

L'Islam, comme il a été déjà dit, est une religion universelle qui s'adresse à tout le monde. Une partie de ce monde va aimer cette religion et lancer des fleurs sur son enseignement. Et une partie du reste va l'haïr et haïr ses adeptes à un point inimaginable.

Ces derniers n'ont pas le droit de censurer ceux qui lancent des fleurs sur l'Islam et expriment qu'il est la meilleure religion au monde. Et les premiers n'ont pas le droit de chercher la censure des personnes qui crachent non-stop sur leur religion et leur identité.

Tout le monde est libre. Et cette liberté d'expression des islamophobes est garantie par l'Islam. Ceci est écrit noir sur blanc au Coran, ce Livre détourné de son sens et présenté par certains comme source religieuse qui ordonne aux musulmans de raser tous ses opposants.

Dieu, dans Son Saint Livre, dit : {Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d'entre les Hommes et les Djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l'auraient pas fait ; laisse-les donc avec ce qu'ils inventent} Verset 112 de la Sourate 6.

Ce message est clair. "Laisse-les donc avec ce qu'ils inventent" et pas "met-les en prison" ou tue-les". Il est tout sauf appel au génocide et à l'extermination de tous ceux qui s'opposent à l'Islam et critiquent ses enseignements comme ils l'avancent certains musulmans.

Les islamophobes, on est ordonnés de discuter avec eux d'une bonne façon. Nous devons les écouter et traiter avec sérieux leurs demandes, avis et propositions. On mettra de coté nos sentiments et on se comportera avec eux comme on agit avec le reste des non-musulmans.

Dieu, le Très Haut, dit dans Son Noble Livre : {La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux} Verset 34 de la Sourate 41.

Mais s'il s'avère qu'ils n'assistent à nos réunions que pour créer le chaos et cracher sur l'Islam et les musulmans, on ne va pas nous détourner et nous éloigner d'eux conformément aux textes 68 de la Sourate 6 et 199 de la Sourate 7… mais on va les exclure de nos réunions.

Aussi, s'ils émettent des appels à la chasse des musulmans, leur persécution ou leur extermination voire au renversement du système islamique par la force, ils seront arrêtés et jugés pour incitation au crime ou apologie du terrorisme.

UN NON-MUSULMAN, A LA TETE DU MONDE MUSULMAN

Dieu, le Tout Puissant, dit dans Son Saint Livre : {Ô les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous-mêmes : ils ne failliront pas à vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s'est manifestée dans leur bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner !} Verset 118 de la Sourate 3.

Dans un second texte coranique, Allah dit : {Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Allah une preuve évidente contre vous ?!} Verset 144 de la Sourate 4.

Et dans un troisième et dernier texte coranique, Il dit : {Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes} Verset 51 de la Sourate 5.

Ces trois textes coraniques sont clairs. Ils ne parlent pas -certes- des mêmes sujets : le premier parle des islamophobes, le deuxième des mécréants qu'ils soient islamophobes ou non, et le dernier des gens du Livre. Mais les trois s'accordent sur le même point.

En Islam, dans le monde musulman, il est strictement prohibé de voter pour un non-musulman. Que ce non-musulman soit islamophobe ou non, cette religion nous interdit de soutenir sa bataille politique et voter pour lui dans les élections.

Cet ordre divin -lors de sa première lecture- peut choquer certaines personnes, non-musulmanes et aussi musulmanes. Mais avec un peu de recul, ces personnes trouveront qu'il n'y a rien de choquant dans cette prescription coranique.

En tant qu'islamistes, c'est tout à fait normal qu'on ne votera pas dans nos sociétés pour un non-musulman qui lutte pour un système non-islamique. Logique qu'on ne va pas offrir nos voix à un politicien qui milite pour des lois et des politiques qui s'opposent à nos principes.

Agir autrement, ne pas soutenir la bataille politique d'un Homme (homme ou femme) qui défend nos idéaux et voter pour un autre ou une autre qui bataille pour des valeurs et des visions politiques opposées aux nôtres, ça sera insensé… stupide !

Chacun vote pour la personne qui le représente et porte ses valeurs et ses idéaux. Et nous, les partisans des modèles islamiques, ce n'est pas un non-musulman qui va entièrement défendre nos conceptions politiques et législatives dans notre monde musulman.

Ceci dit, cette position est la position de l'Islam. Et les positions islamiques sont des propositions qui ne cherchent pas à s'imposer par la force. "Nulle contrainte en religion", ça fait partie des principes sacrés de l'Islam et un des piliers majeurs de son modèle politique.

Les musulmans des sociétés musulmanes sont libres d'agir comme bon leur semble. Ils sont libres de ne pas être islamistes et être laïcs ou tout ce qu'ils veulent. S'ils veulent offrir leurs voix à un non-musulman, personne n'a le droit de les empêcher de le faire.

Si ce non-musulman gagne sa bataille politique grâce au vote des musulmans, nous -les partisans des modèles de l'Islam politique-, nous devons accepter la défaite et respecter les diktats de la volonté populaire.

(*) Kamal Znidar, écrivain marocain, auteur du livre "Islam : meilleure religion au monde"