Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

La venue du Pape François en Centrafrique: du pain bénit


Alwihda Info | Par CPR - 13 Novembre 2015

Les Poudres que dégagent nos canons, nos roquettes, nos grenades sont plus polluantes que les voitures Volkswagen !


1,6

La venue du Pape François en Centrafrique: du pain bénit
Déjà le 29 octobre 2015, le CPR avait lancé un appel aux responsables politiques centrafricains de se mobiliser pour favoriser cette visite.
En effet la venue du Saint Père, le Pape François en Centrafrique est une véritable bénédiction pour ce pays à plusieurs titres.
-les retombées économiques: les catholiques du Cameroun, du Tchad, du Congo-Brazzaville, du RDC, du Soudan, de l'Angola et même de France, d'Espagne, d'Italie, du Brésil, de la Pologne, bref du monde entier devaient converger vers Bangui. C'est déjà une économie liée au tourisme.
-la Paix: cette Haute Autorité Religieuse et Morale, selon les traditions et les valeurs propres aux Africains, a le pouvoir de Réconcilier les Centrafricains. Car en Afrique, un Sage qui intervient ne fusse que par sa présence dans une scène de ménage, dans un conflit quelconque, les protagonistes se serrent la main et enterrent définitivement la hache de guerre.
Or en Centrafrique d'aujourd'hui, tout est bon pour racketter la générosité internationale. Le silence et le manque de mobilisation de la classe politique en dit long.
En cette veille de la COP21, il convient de constater que les effets du changement climatique ne concerne pas seulement l'environnement, le milieu végétal, animal, glacier ou marin, l'Homme en fait partie, il est acteur et victime du changement climatique. Les Poudres que dégagent nos canons, nos roquettes, nos grenades sont plus polluantes que les voitures Volkswagen. Pensons-aussi à interdire ces choses-là puisque le Pape François est aussi en première ligne de la lutte contre ce changement climatique.
La dégénérescence est aussi humaine. Il faut donc une écologie humaine et financière en Centrafrique.

Michel Chantry, secrétaire-général du CPR, le 13.11.2015