Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) fait le bilan de ses quatre années d’existence


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 14 Avril 2018 modifié le 14 Avril 2018 - 21:51


Lomé - Le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) a tenu ce vendredi 13 avril 2018 à Lomé une conférence de presse pour faire le bilan des quatre (4) ans d’opérationnalisation de ses activités depuis son lancement le 25 janvier 2014. Aussi, pour s’entretenir sur les questions de remboursements des crédits des bénéficiaires et des ressources financières mises à la disposition des IMF, ses prestataires de services Financiers PSF Partenaires.

A fin mars 2018, sur les plus de 60 milliards décaissés par le FNFI sur les quatre (4) années, le taux de remboursement des institutions de micro finance (IMF) vers le FNFI est de 92,3%, alors qu’en fin 2016, ce taux était de 85,3%.

Pour le directeur général de cette institution étatique qui promeut l’inclusion financière, le secret de cette performance se trouve dans le professionnalisme.

« Le FNFI a très tôt démontré le contraire de ce que la majorité de la population pensait comme quoi, c’était des ressources financières qu’il fallait distribuer. Le professionnalisme avec lequel nous avons mené nos actions sur le terrain et surtout notre mode opératoire qui est le faire-faire », a déclaré Yves Gnaba, DG du FNFI. Il a élargi les interventions notamment aux services financiers avec 586 645 renouvellements de crédits qui ont été effectués soit au total 1 448 456 micro crédits octroyés pendant quatre (4) ans d’activités.

« Nous avons mis en place un mécanisme de suivi qui nous permet d’être sur le terrain aux côtés des partenaires pour s’enquérir de comment les choses marchent, de leurs difficultés et de réagir dans une rétroactivité  permanente (…) Les principales actions s’inscrivent dans le cadre des orientations de la Feuille de route du Secrétariat d’Etat. Le FNFI doit œuvrer à relever les défis du secteur de l’inclusion financière à travers la professionnalisation du secteur en mettant l’accent sur la formation des acteurs », a-t-il ajouté pour relever les perspectives qui s’inscrivent en cette année 2018.

Ce mode opératoire consiste à mettre le crédit à la disposition des populations par les IMF qui sont plus proches des populations et qui en amont, administrent une éducation financière pour que le bénéficiaire potentiel soit en condition de rembourser le crédit.

Le taux de remboursement des bénéficiaires aux IMF est de 81,3% à fin 2016. Les chiffres de remboursement des bénéficiaires aux micro-finances à fin 2017 sont en cours de compilation.

Des quatre (4) années d’opérationnalisation du FNFI, on retient que 861.811 personnes ont bénéficié des six (6) produits mis à leur disposition avec 44,3 milliards de francs CFA. Au total, 1.448.456 micros crédits ont été octroyés au cours des quatre (4) années avec une enveloppe de 72,8 milliards.

Le FNFI s’est doté d’un plan d’action au titre de l’année 2018, notamment l’identification de nouveaux canaux de distribution, l’offre de nouveau produits et la digitalisation des services financiers. A Plus de quatre (4) années après son lancement, le FNFI a lancé six (6) produits de crédit dont trois (3) de base et trois (3) spécifiques et (un) 1 produit d’assurance au profit de la population vulnérable.

Les produits de crédit de base sont l’APSEF, l’AGRISEF et AJSEF, les produits de crédits spécifiques sont le produit de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour l’Inclusion Financière des Femmes Vulnérables PAIFFV destiné à des cibles spécifiques. 139 436 nouveaux bénéficiaires ont été touchés par AGRISEF, APSEF, AJSEF, PAS et PAIFFV pour un montant total de crédits débloqués par les PSF de onze (11) milliards de FCFA à repartir comme suit 51 315 bénéficiaires AGRISEF, 31 271 bénéficiaires APSEF, 3 357 bénéficiaires AJSEF.

En rappel, le 24 Avril 2016 à Blue Zone à Lomé, le Chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé a lancé le Programme Assurance du FNFI, avec pour finalités d’assurer la pérennité des activités génératrices de revenus des différents bénéficiaires des produits FNFI en cas de survenance d’évènements malheureux.