Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Le cinéma tchadien se fraye un chemin


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 1 Février 2019 modifié le 1 Février 2019 - 19:12



© Thermofilm
© Thermofilm
Deux courts métrages du groupe de production audiovisuel tchadien Thermofilm ont été sélectionnés pour le festival du cinema court-métrage de l'Afrique centrale. 

Le premier, ''Un fantôme en liberté'', est une pure fiction en 80 épisodes de 5 minutes chacune. Ce film moralise la société. "On imagine que si toute les personnes qui ôtent la vie aux autres pour des intérêts égoïstes, si le fantôme de leur victime devrait se venger, comment serait le monde. Donc, pour dire ''ne faire pas à autrui ce qu'on aimerait pas qu'on nous fasse''. La phrase illustrative, c'est ''qui tue par l'épée périra par l'épée''", explique Aldjim Banyo Martial, responsable du groupe de cinéma tchadien Thermofilm. 

Le deuxième s'intitule ''Deneram, la mariée malheureuse''. Il évoque le mariage des enfants et la protection de l'environnement. Une jeune villageoise veut aller à l'école pour revenir apprendre aux siennes comment cuisiner sans brûler du bois. Son attitude sera considérée comme de la rébellion et elle sera donnée de force en mariage. Elle mourra sous les coups de son époux.

Révolutionner le cinéma africain

Dans une vision purement futuriste, le « Thermofilm » se veut révolutionnaire du cinéma africain en commençant par le Tchad, pays d’origine des fondateurs qui reste jusqu’à présent un petit pays de cinéma.

Les membres sont conscients qu’il faudrait relever le niveau des productions en quantité et en qualité. Ils entendent mener plusieurs activités pour impulser un changement positif. Dans la mouvance de ce qui se fait déjà dans d’autres pays du continent, le Thermo Film veut réécrire l’histoire du cinéma tchadien et développer son économie.

Plusieurs réalisations à son actif

En trois années d'existence, trois long métrages ont été produits : "Un nouveau monde sur le chemin des études", lancé le 8 août 2016 à la maison de la culture de Moundou par le préfet du département du lac Wey ; "Les go Android" lancé le 22 Septembre 2017 au cinéma Normandie de N'Djamena ; et "Un péché Universitaire", lancé le 3 mars 2018 à l'Université de Ngaoundéré.

Deux courts métrages ont également été réalisés : "Un fantôme en liberté" et Kidotoloum". Une série télévisée''Tarkôdji'' de 20 épisodes a été réalisée mais n'a pas encore été lancée.

Les différents films traitent de plusieurs thématiques, à savoir les dangers du modernisme, les difficultés des études à l'étranger, l'unité nationale, la paix et le développement, le mariage des enfants et les violences basées sur le genre ou encore la protection de l'environnement.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)