Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Le général Qassem Soleimani, beaucoup de sang sur les mains ?


Alwihda Info | Par Sh.A - 7 Janvier 2020


Le général Qassem Soleimani (au centre), le chef de la force d’élite Al-Qods de l’Iran, assiste à une réunion le 18 septembre 2016 à Téhéran. (© Office of the Iranian Supreme Leader/AP Images)
Le général Qassem Soleimani (au centre), le chef de la force d’élite Al-Qods de l’Iran, assiste à une réunion le 18 septembre 2016 à Téhéran. (© Office of the Iranian Supreme Leader/AP Images)
Le général militaire iranien Qassem Soleimani, qui a été tué lors d’une attaque au drone menée par les États-Unis le 2 janvier, a exporté le terrorisme et alimenté la violence sectaire pendant des dizaines d’années : il a causé la mort de milliers de personnes, y compris de civils.

Depuis 1998, il commandait la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), supervisant la planification et l’exécution d’attentats ainsi que la livraison d’armes aux combattants qui sont les relais du régime iranien en Irak, en Syrie, au Liban, à Bahreïn, au Yémen et en Afghanistan.

Pendant plus de dix ans, Soleimani a personnellement dirigé et fourni des armes aux terroristes soutenus par l’Iran en Irak. Au nombre de ses dernières actions figurent des attaques contre les forces américaines de la coalition en Irak, notamment l’attaque du 31 décembre contre l’ambassade des États-Unis. « Soleimani est notre chef », les miliciens ont-ils écrit sur un mur. Avec le soutien de Soleimani et les moyens meurtriers qu’il mettait à sa disposition, la force Al-Qods du CGRI a pris pour cible et tué plus de 600 Américains entre 2003 et 2011.
 
« Il s’affairait activement à mener des actions dans la région — une action d’envergure, pour parler comme lui — qui auraient mis en danger des dizaines, voire des centaines, de vies américaines », a déclaré le secrétaire d’État américain Michael R. Pompeo sur CNN * le 3 janvier. « Nous savons que c’était imminent. »

Les États-Unis ont inscrit Soleimani sur la liste des terroristes mondiaux en 2011. En avril 2019, les États-Unis ont pris la mesure sans précédent de désigner la force Al-Qods du CGRI  comme une organisation terroriste étrangère. Aucun élément d’un gouvernement n’avait jamais fait l’objet d’une telle mesure.

Le général Qassem Soleimani a tué ou grièvement blessé des milliers d’Américains sur une longue période de temps et il projetait d’en tuer encore bien plus… mais il s’est fait prendre ! Il a été directement et indirectement responsable de la mort de millions de personnes…

Pendant plus de dix ans, Soleimani a entraîné et armé des terroristes irakiens qui portent atteinte à la souveraineté du gouvernement irakien et prive ses citoyens d’un environnement stable. Depuis octobre, des milliers de manifestants irakiens  descendent dans la rue et dénoncent l’influence de l’Iran dans leur pays.

Selon département américain de la Défense *, Soleimani « avait orchestré des attaques contre des bases de la coalition en Irak ces derniers mois — y compris l’attaque du 27 décembre — et qui ont abouti à des morts et des blessés en plus parmi le personnel américain et irakien ».

« Le général Soleimani a également approuvé les attaques contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad qui ont eu lieu cette semaine », précise le communiqué.

Les récents déplacements de Soleimani en Irak, en Syrie et au Liban pour diriger les attaques de groupes relais de l’Iran qui tuent régulièrement des civils enfreignaient une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU lui interdisant de se rendre à l’étranger.

« Le général Qassem Soleimani a tué ou grièvement blessé des milliers d’Américains sur une longue période de temps et il projetait d’en tuer encore bien plus », a déclaré le président Trump dans un tweet. « L’Iran ne sera jamais capable de l’admettre comme il convient, mais Soleimani était haï et craint dans le pays. »