Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Le procureur de la CPI suit de 'très près' les crimes commis en RDC


Alwihda Info | Par Mohamed KEBIR - 4 Novembre 2008

LA HAYE - Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé mardi qu'il "suivait de très près" la situation dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre de combats entre les rebelles de Laurent Nkunda et l'armée congolaise.


Le procureur de la CPI suit de 'très près' les crimes commis en RDC
LA HAYE - Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé mardi qu'il "suivait de très près" la situation dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre de combats entre les rebelles de Laurent Nkunda et l'armée congolaise.

"Luis Moreno-Ocampo, procureur de la CPI, a exprimé son inquiétude sur la situation dans les Kivus et rappelé aujourd'hui que son bureau suivait de très près les informations convergentes sur des attaques menées contre la population civile", selon un communiqué de la CPI.

Le procureur dénonce notamment "le déplacement forcé de populations, les meurtres, les viols et les pillages perpétrés lors des affrontements armés récents dans la province du Nord-Kivu".

La CPI avait émis en août 2006 un mandat d'arrêt contre le chef d'état-major du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, Bosco Ntaganda.

"Les crimes doivent cesser. La population des deux provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu n'a que trop souffert. Les viols et les déplacements forcés sont des crimes graves qui ne sauraient rester impunis", a affirmé le procureur.

Plus d'un million de personnes ont été déplacées en raison des violences opposant la rébellion de Laurent Nkunda à l'armée régulière, selon différentes organisations humanitaires.

Unicef et Amnesty international ont aussi dénoncé le recrutement d'enfants-soldats, pour certains récemment démobilisés, par les parties en conflit.

Selon le communiqué, le procureur de la CPI s'est déjà penché sur "des crimes qui auraient été commis dans les deux provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ces dernières années" par toutes les parties belligérantes. Il va annoncer "très prochainement l'orientation de son enquête", ajoute le communiqué.

Quatre Congolais sont actuellement détenus par la CPI. Les chefs de milices Thomas Lubanga, Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo sont accusés pour leur rôle dans le conflit ayant déchiré l'Ituri, une région voisine des Kivus, depuis 2002.

L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, arrêté en mai à Bruxelles, est inculpé pour des crimes commis par sa milice, le Mouvement de libération du Congo (MLC), en République centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003.

Entrée en vigueur en juillet 2002, la CPI est le seul tribunal permanent chargé de juger les auteurs de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.

©AFP