Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Les armées camerounaises et nigerianes doivent cesser leurs communiqués fantaisites


Alwihda Info | Par Adil Abou - 3 Octobre 2014

Ce qui est certain, le chef de Book Haram serait un jour ou l'autre abattu, si ce n'est pas par l'armée nigériane, c'est par un des missiles d'une dizaine de drones qui suivent ses mouvements.


L'apparition du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, dans une vidéo, atteste une fois de plus que tous les communiqués des armées camerounaise et nigériane sont fantaisistes. Toutes les déclarations des deux armées concernant leurs victoires sur Book Haram, la récupération d'arsenal d'armes et de minutions, les défections des centaines de combattants de Book Haram, la mort du chef de Book Haram, les arrestations des commandants de la secte islamiste... toutes ces déclarations n'étaient pas crédibles et elles visent seulement à remonter le moral de ces armées corrompues, responsables des graves violations des droits de l'homme. Pire, les deux armées, chacune de son côté a multiplié les déclarations sur la mort du chef de Boko Haram en s'attribuant cette victoire. L'armée nigériane a même montré l'image d'un "Book Haramiste" en jurant que c'était bien le chef de Book Haram. Ne croyant pas aux communiqués fantaisistes de son armée, le président nigérian, n'a pas voulu confirmer la nouvelle, à ses pairs, lors de son séjour, à New York. C'est ainsi que le président François Hollande, interrogé par la presse, a dit: " le président nigérian ne me l'a pas confirmée". Les États unis d'Amérique, ont, eux aussi, contredit l'information diffusée par l'armée nigériane.

L'apparition du chef terroriste de Boko Haram, Abubakar Shekau, jeudi, dans une vidéo est un coup dur porté aux deux armées africaines. Le chef de la secte terroriste a affirmé être toujours en vie. « Je ne mourrai que le jour où Allah m’ôtera le souffle », a-t-il précisé. Il a affirmé, dans une vidéo de 36 minutes, avoir établi un « califat islamique » dans les villes sous son contrôle. Le chef sanguinaire de la nébuleuse Boko Haram y appliquerait les châtiments prévus par la charia dans le nord du pays.

Ce qui est certain, le chef de Book Haram serait un jour ou l'autre abattu, si ce n'est pas par l'armée nigériane, c'est par un des missiles d'une dizaine de drones qui suivent ses mouvements. L'occident décide quand, où et comment on va l'avoir. En entendant, le cirque continue. Boko Haram et les deux armées n'arrêtent pas de commettre des massacres et diffuser des fausses informations pour séduire un peuple absent mais paie un lourd tribut.
Abou Adil