Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Les chiffres du chômage en octobre "très mauvais" selon Wauquiez


Alwihda Info | Par Abdel Ahmat - 25 Novembre 2008 modifié le 25 Novembre 2008 - 20:30

Le chômage partiel n'évitera pas les licenciements. Pour le secrétaire d'État à l'Emploi Laurent Wauquiez, la tendance s'annonce "très mauvaise" pour les chiffres du chômage en octobre, qui seront publiés jeudi par l'ANPE. "La dégradation est nette, proche de celle du mois d'août, qui avait enregistré 42.200 chômeurs supplémentaires", a-t-il déclaré mardi sur le site de Paris Match . Fin septembre


Les chiffres du chômage en octobre "très mauvais" selon Wauquiez
Le chômage partiel n'évitera pas les licenciements. Pour le secrétaire d'État à l'Emploi Laurent Wauquiez, la tendance s'annonce "très mauvaise" pour les chiffres du chômage en octobre, qui seront publiés jeudi par l'ANPE. "La dégradation est nette, proche de celle du mois d'août, qui avait enregistré 42.200 chômeurs supplémentaires", a-t-il déclaré mardi sur le site de Paris Match . Fin septembre 2008, 1.957.600 demandeurs d'emploi étaient inscrits à l'ANPE. Une dégradation légèrement supérieure à celle d'août pourrait donc faire repasser la France au-dessus de la barre des 2 millions de chômeurs... D'autant plus qu' à l'instar du secteur automobile, l'immobilier s'enfonce dans la crise . Avec une chute spectaculaire des mises en chantier et des ventes de logements neufs, la Fédération française du bâtiment exprime sa crainte de perdre 25.000 à 30.000 emplois en 2009.

En déplacement à Valenciennes, le chef de l'État a dévoilé des mesures prévues pour accompagner les entreprises face à la crise, qui modifient les règles du chômage partiel. Même si ce chômage partiel est difficile à vivre, "c'est préférable au licenciement économique". Ainsi, le plafond des heures de chômage partiel sera augmenté de 600 "à 800 voire à 1.000 dans les secteurs les plus exposés" et les salariés pourront être contraints d'interrompre leur travail jusqu'à six semaines consécutives, contre quatre actuellement. En contrepartie, le montant de l'indemnisation doit être relevé et porté au niveau du smic. Pour l'heure, le chômage partiel est indemnisé à hauteur de 50 % du salaire normal.

Pour aider les licenciés économiques à retrouver du travail, le contrat de transition professionnel (CTP) doit être généralisé et plus accessible selon le chef de l'État. Ce CTP permet aux salariés victimes d'un licenciement économique de combiner recherche d'emploi, formation et périodes de travail tout en touchant 80 % de leur salaire brut antérieur pendant un an. Ce contrat doit être étendu de sept à vingt-cinq bassins d'emploi "en difficulté" et il pourra aussi être proposé aux salariés de la Camif et ceux de l'usine de Renault à Sandouville (Seine-Maritime) alors que le CTP ne concerne normalement que les entreprises de moins de 1.000 salariés.

Source:
http://www.lepoint.fr/