Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Les dirigeants africains appelés à intensifier leurs efforts contre les changements anticonstitutionnels


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 29 Mai 2022

La résurgence des changements anticonstitutionnels de gouvernement ; la menace croissante du terrorisme et de l'extrémisme violent à travers le continent, y compris l'afflux de combattants terroristes étrangers, de sociétés militaires privées et de mercenaires, la prolifération des groupes armés, ainsi que la criminalité transnationale organisée, continuent d'avoir un impact négatif sur la paix, la sécurité, la souveraineté et l'intégrité territoriale des États africains.


Les dirigeants africains appelés à intensifier leurs efforts contre les changements anticonstitutionnels. © UA
Les dirigeants africains appelés à intensifier leurs efforts contre les changements anticonstitutionnels. © UA
Pour endiguer la recrudescence de cette situation de plus en plus préoccupante, les chefs d'État et de gouvernement africains ont convoqué un Sommet extraordinaire sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels en Afrique le 28 mai 2022, à Malabo. Ils ont évalué les menaces persistantes et les mécanismes de réponse actuels, tout en cherchant à renforcer la sécurité collective des États membres confrontés au terrorisme et à l'extrémisme violent, ainsi qu'aux changements anticonstitutionnels de gouvernements.

Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a noté que le terrorisme a augmenté sur le continent à partir de 2011, avec la crise libyenne. Celle-ci a ouvert la voie à l'arrivée de mercenaires étrangers au Sahel et à un afflux d'organisations terroristes vaincues au Moyen-Orient. Le terrorisme s'est depuis étendu à d'autres régions du continent. De la Libye au Mozambique, en passant par le Mali, le golfe de Guinée en Afrique de l'Ouest, la Somalie, le Sahel, le bassin du lac Tchad et l'est de la RDC, la contagion terroriste ne cesse de croître.

Mais l'Afrique n'a pas attendu pour réagir. L'Union africaine a mis en place des forces conjointes pour lutter contre le terrorisme, comme l'AMISOM/ATMIS en Somalie, la Force multinationale mixte dans le bassin du lac Tchad, la Force conjointe du G5 Sahel, la mission de la SADC au Mozambique (SAMIM) et des initiatives bilatérales au Mozambique.

L'Union a également réactivé les instruments juridiques de lutte contre le terrorisme, tels que le plan d'action sur la prévention et la lutte contre le terrorisme adopté en 2002, le cadre opérationnel de la convention de l'OUA sur la lutte contre le terrorisme adoptée en 1999 et son protocole adopté en 2004, la déclaration de Johannesburg sur l'initiative visant à faire taire les armes, et la feuille de route de l'UA sur les mesures pratiques visant à faire taire les armes en Afrique d'ici 2030.

Moussa Faki, a noté que malgré ces initiatives, le terrorisme a continué à prospérer, en raison du manque de solidarité interafricaine avec les pays qui luttent contre le terrorisme, et "parce que nous ne respectons pas nos propres engagements". Il a donné l'exemple de la Force africaine en attente qui n'est pas encore devenue opérationnelle depuis sa création, et a ajouté que la fourniture des moyens nécessaires aux armées existantes, entre autres, permettrait à l'Afrique de ne pas dépendre de forces étrangères pour lutter contre le terrorisme. Le président a également observé que la communauté internationale applique deux poids deux mesures pour faire face aux défis du terrorisme en Afrique par rapport à d'autres régions du monde.

Tout en soulignant le lien entre le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement, le Président a fait observer : "Nous avons tous récemment assisté avec consternation et inquiétude au retour en force des coups d'État militaires dans certains de nos États membres. Nous assistons à la résurgence d'une pratique que nous pensions disparue à jamais avec l'avènement d'une nouvelle ère, qui promettait une ère démocratique... La stabilité des institutions démocratiques est une garantie pour le développement économique et social. A l'inverse, les ruptures des processus démocratiques sont à l'origine des problèmes du continent. Par conséquent, nous devons analyser les causes de la résurgence de l'usurpation militaire du pouvoir et déterminer la thérapie appropriée."

Selon le Centre africain d'étude et de recherche sur le terrorisme (CAERT) de l'Union africaine, basé à Alger, entre 2012 et 2020, les attaques terroristes sur le continent ont été multipliées par quatre, alors qu'il y a eu 508 frappes terroristes sur le continent en 2012 qui ont fait 2 563 victimes. Le nombre d'attaques est passé à 2 034 en 2020, entraînant 8 631 décès, ce qui représente des hausses respectives de 400 % et 237 % des attaques et des décès. Les femmes, les enfants et les jeunes subissent souvent les conséquences des attaques terroristes, en tant que victimes et parfois en tant qu'auteurs.

Les recherches du CAERT montrent également que plusieurs facteurs structurels sont responsables de la propagation de la menace. Il s'agit principalement du crime organisé transnational et du financement du terrorisme, de la prolifération des armes, de la résurgence du rôle des combattants étrangers et des mercenaires, de l'instabilité politique, des déficits chroniques de gouvernance et de l'aggravation de la pauvreté et des inégalités qui en résulte, de l'interprétation et de la représentation erronées de la religion, ainsi que de la faiblesse des capacités de défense et d'application de la loi.








TRIBUNE & DEBATS