Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Les économies avancées assumeront près de 50% des coûts engendrés par la pandémie (rapport)


Alwihda Info | Par Aetos Wire - 6 Mai 2021


Illustration © DR
Illustration © DR
Un rapport fondamental lancé par l’Organisation du Sommet Mondial des Gouvernements, qui met en évidence 21 priorités essentielles dans cinq domaines d'intervention, offre une source d'orientation pour les gouvernements qui s’attaquent au retracement post-pandémique.

Selon le rapport, les économies plus riches assumeront près de la moitié des de la crise du COVID-19, qui pourraient atteindre jusqu'à 3,8 billions de dollars américains en 2021. Et ce, même si les économies développées seront capables de vacciner toute leur population et les économies en développement peuvent atteindre un taux de vaccination de 50%.

Le rapport indique que le bien-être de la santé mentale, le changement climatique et l’autonomisation des femmes représentent des préoccupations primordiales qui s’exacerberont si les gouvernements ne se reconstruisent pas de manière holistique et proactive.

Mohammed Abdullah Al Gergawi, ministre des Affaires du Cabinet des Émirats Arabes Unis et Président de l’Organisation  du Sommet Mondial des Gouvernements, a déclaré : "L'année 2020 marquera l'histoire comme l'année des grands bouleversements. Alors que le monde n'était malheureusement pas préparé à la voracité du virus, 2021 doit être l'année qui définit l'avenir de l'humanité et remodèle les sociétés afin qu'elles deviennent plus fortes et plus résilientes".

"Un grand changement s'accompagne de grandes opportunités. Des leçons précieuses se sont dégagées au cours de l’année écoulée, dont nous devons tenir compte alors que nous nous remettons. Nos actions individuelles et collectives en tant que nations ont des conséquences importantes non seulement sur nous, mais sur nos enfants et les nombreuses générations à venir après eux : nous devons tous nous tenir responsables envers nous-mêmes et les uns envers les autres", a-t-il ajouté.

Le rapport mentionne également qu'avec l’attention des gouvernements sur la pandémie au cours des 18 derniers mois, les problèmes sociétaux sous-jacents tels que la santé mentale et les crises climatiques se sont exacerbés et pourraient devenir aussi problématiques que l’urgence de santé publique si les dirigeants n’adaptent pas leur réflexion.