Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Les technologies de l’information peuvent-elles contribuer à booster le développement en Afrique ?


- 6 Septembre 2017 modifié le 6 Septembre 2017 - 22:28

L’ATAF organise son Congrès de l’ATRN à Madagascar !


Les technologies de l’information peuvent-elles contribuer à booster le développement en Afrique ?
Le Réseau africain de recherche en fiscalité (ATRN) créé par le Forum sur l’administration fiscale africaine (ATAF), tiendra son Congrès annuel du 4 au 6 septembre 2017, à Antananarivo, Madagascar. Abritée par la Direction générale des impôts de Madagascar, en partenariat avec l’Institut nationale des sciences comptables et de l’administration d’entreprise (INSCAE), l’édition de cette année a pour thème : « Un système fiscal moderne et efficace pour la mobilisation des ressources intérieures en Afrique : Le rôle des technologies de l’information et de l’échange des renseignements fiscaux ».

Les récents progrès dans le domaine de la technologie ont un impact transformatif important sur nos économies et affectent considérablement la conduite des affaires et la prestation des services aussi bien dans le secteur privé qu’au sein des agences gouvernementales. Aussi, il primordial pour l’Afrique de se doter des capacités qui lui permettront de s’adapter à ces changements. Les innovations dans le secteur informatique présentent en effet pour les pays africains, des opportunités de décisions importantes sur les meilleures façons de tirer avantage de cette essor technologique.

Organisé autour de panels de discussions et de sessions de recherche parallèles, le Congrès de l’ATRN se focalisera essentiellement sur l’exploitation des technologies de l’information au profit du développement de la fiscalité en Afrique. Les débats s’axeront également sur la contribution que peuvent apporter les technologies de l’information à l’économie réelle et à la production de statistiques qui serviront de bases aux politiques macroéconomiques au niveau des pays.

L’ATRN, à travers ce congrès, entend lancer un appel vigoureux aux chercheurs et universitaires africains à se réunir à Madagascar afin d’échanger avec leurs homologues sur la technologie moderne et l’impact qu’elle peut avoir sur la transformation des administrations fiscales. Selon la Directrice de la recherche de l’ATAF et présidente de l’ATRN, Dr Nara Monkam, « Le travail de l’ATRN est d’inciter continuellement les chercheurs et universitaires africains à contribuer au corps de connaissances du continent sur la fiscalité et à produire des informations qui lui permettront de relever les défis de notre époque ».

Une perspective qu’elle partage avec le Secrétaire exécutif de l’ATAF, Mr Logan Wort, qui renchérit en déclarant que « le temps est venu pour nous, africains, de développer un leadership africain en matière de réflexion sur la fiscalité, d’écrire notre propre histoire et d’encourager les africains à développer leurs propres solutions aux défis du continent. C’est là le but et l’essence fondamentaux de l’ATRN. »

Pour l’ATRN, ce congrès et les évènements similaires offrent une opportunité singulière de sensibiliser le public sur le caractère crucial de la recherche sur la fiscalité en Afrique. Le Réseau a la conviction que la recherche est nécessaire au maintien de la responsabilité des gouvernements, à la croissance de l’assiette fiscale, au soutien et à la promotion de l’apprentissage par les pairs et à la facilitation de l’évaluation des réformes fiscales. Un évènement de cette nature contribue à la croissance d’une nouvelle vague de chercheurs et universitaires, car il crée un environnement de recherche favorable en offrant aux chercheurs une plateforme pour la présentation et la publication de leurs recherches, mettant ainsi la barre haute en matière d’excellence et leur accordant la reconnaissance et la crédibilité qu’ils méritent.

L’Afrique ne connaitra des réformes véritables et significatives que si elle s’inspire de recherches factuelles, crédibles et reconnues. La recherche efficace est un outil d’édifice de la connaissance et d’apprentissage efficace sur la politique et l’administration fiscales. Cela signifie également comprendre les différentes questions, une façon de prouver l’hypothèse et trouver des moyens d’étayer les faits. Au final, elle permet d’identifier, d’évaluer et de saisir les opportunités offertes au continent.

Le processus est tel que tous les articles devant être présentés au Congrès sont évalués par les pairs dans un processus d’évaluation à double insu, avant d’être acceptés pour présentation au Congrès, pour publication dans la série des documents de travail de l’ATRN et les Notes stratégiques, et enfin pour publication dans le journal pluridisciplinaire africain sur la fiscalité. L’ATRN a la conviction que la rigueur et la discipline académiques sont nécessaires pour changer la narrative africaine. La création d’un corps de connaissances académiques fiables doit devenir une nouvelle culture pour les pays africains animés du désir sincère de changer le cours de leurs économies.