Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Monde : Journal TV (avec rediffusion)


Alwihda Info | Par Abou-Adil Ahmat - 11 Janvier 2009 modifié le 8 Août 2013 - 23:00

La secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme Rama Yade a déclaré dimanche sur radio J qu'il fallait mettre un terme à la ''martyrisation de Gaza''


Monde : Journal TV (avec rediffusion)

L'Egypte et Hamas refusent tout déploiement militaire
 

Accusé de faciliter le transit par son territoire des armes pour Hamas, le ministre des Affaires étrangères égyptien a catégoriquement démenti les informations selon lesquelles le Hamas introduisait des armes à partir de l'Egypte. Par ailleurs, l'Egypte et le Hamas refusent tout déploiement d'une force internationale.           
 

Gaza – Israël : Hamas et Israël ignorent la résolution de l’Onu appelant à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza
 

Israël et le Hamas ont décidé de poursuivre les combats, ignorant la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza où au moins un millier de Palestiniens ont péri. Washington n’a pas jugé nécessaire d’imposer son veto qui risque de fâcher les pays arabes qui le critiquaient pour son soutien à Israël. Washington s’est contenté de s’abstenir lors du vote de la résolution contraignante qui appelle à l’arrêt des hostilités dans la bande de Gaza.   Le bilan militaire, politique et diplomatique montre que le conflit risque de durer, voire de s’étendre, selon Guy Senbel.

 

Chacune des deux parties en conflit pose ses conditions. Israël exige une force d’interposition capable d’empêcher le Hamas de s’armer alors que le Hamas exige trois voire quatre conditions, selon Khaled Machaal, le chef du bureau politique du Hamas à Damas. Il s’agit de l'arrêt de l'opération israélienne, le retrait de Tsahal de Gaza, la levée du blocus et l'ouverture de tous les points de passage frontaliers.  Le chef du bureau politique du Hamas à Damas a précisé que la résistance a essuyé un coup les premiers jours de l'offensive à Gaza, mais contrôle la situation maintenant.

France - Israël: Rama Yade reconnaît à Israël le droit de se défendre contre les terroristes de Hamas
 

La secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme Rama Yade a déclaré dimanche sur radio J qu'il fallait mettre un terme à la ''martyrisation de Gaza'' et sa ''situation humanitaire désastreuse'' dont le Hamas est ''en grande partie responsable'' en raison de son ''comportement criminel''.

Elle a dénoncé l'insuffisance de la trêve humanitaire accordée par Israël, mais a reconné à Israël "le droit de se défendre face à des actes terroristes, face à des terroristes qui ne renoncent absolument à rien".

Les femmes tchadiennes protestent contre la violence des époux
 

Poignardées, humiliées, torturées et certaines même tuées par des maris. C’est contre la violence qu’elles subissent par des maris irresponsables que des femmes tchadiennes  ont organisé une manifestation à Guilendeng, au Sud du de la capitale tchadienne.
Au cours des huit derniers mois, au moins deux femmes ont été tuées par leurs époux à Guelendeng, selon les manifestantes. A la même période, ont-elles indiqué, de nombreuses femmes ont été gravement blessées par leurs maris dans la région. A N’Djamena, en novembre, un homme a tué son épouse et sa belle-mère, selon l’agence IRIN. Des lois ont été adoptées qui interdisent la violence domestique au Tchad, mais malheureusement, elles ne sont pas appliquées », a déploré Larnem Marie, coordinatrice de l’Association tchadienne des libertés fondamentales, qui a participé à la manifestation, à Guelendeng. Une des raisons de la violence, les mariages forcés et précoces. Les manifestantes ont notamment rapporté l’histoire d’une fillette de 12 ans, qui avait tenté de se suicider, dernièrement, à Guelendeng, ayant supplié en vain sa famille de ne pas la marier de force à un homme de 60 ans.
La lutte contre la violence domestique au Tchad se heurte à des conventions sociales vieilles de plusieurs siècles selon lesquelles la violence envers les femmes, les mariages forcés et les mutilations génitales/féminines sont acceptables, d’après les représentants de certains organismes de défense des droits humains et du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), qui participe à des campagnes de sensibilisation menées dans le pays en vue d’éliminer les coutumes préjudiciables.
« Aucune valeur culturelle ne supporte l’oppression », a déclaré Suzanne Maïga Konaté, représentante de l’UNFPA au Sénégal, à l’occasion du lancement du rapport, le 19 décembre, à Dakar, la capitale sénégalaise.
 

Geneviève Nakiri, directrice de la Cellule de liaison des associations féminines du Tchad (CELIAF), a pour sa part déclaré à IRIN que la violence envers les femmes était en grande partie due au « poids des normes socioculturelles au Tchad ».
Mme Alhascari a rapporté à IRIN que deux jours après la manifestation de Guelendeng, un homme dont la femme avait manifesté l’avait fait arrêter par un chef traditionnel.

L'Amérique mépriserait-elle les vies africaines ? s’interroge TAPA Joseph
 

Le fils du chef de guerre Charles Taylor incarcéré dans le cadre d’un procès pour crime de guerre en Sierra-Leone et ancien dictateur du Libéria (1997-2003), son
 

Charles McArthur Emmanuel Taylor le fils du chef de guerre Charles Taylor qui a fait l’objet d’une condamnation par la justice américaine suscite des interrogations.

Charles McArthur Emmanuel Taylor plus connu sous le nom de "Chuckie" (31 ans) née aux Usa et de nationalité américaine a été arrêté en mars 2006 et conduit devant la justice pour avoir dissimulé l’identité de son père lors d’un renouvellement de passeport au profit d’une affiliation à son grand père maternelle sous l’appellation de Roy M. Belfast. A la faveur d’une loi fédérale américaine votée en 1994 qui autorise à juger les faits de tortures et autres crimes commis par les citoyens américains à l’étranger, des associations ont saisi la justice pour les crimes perpétués par ce dernier au Libéria au cours du règne de son père entre avril 1999 et juillet 2003. Parmi les chefs d’accusation : Tortures au moyen de chocs électriques, d'eau bouillante ou d'un fer à repasser, assassinat sommairement des personnes arrêtées à des barrages routiers. Assassinat des personnes à l’aide de baïonnette de fusil de guerre. Assassinat par immolation de personnes vivantes Etc…Pour ces crimes aussi graves, la juge fédérale Cecilia Altonaga lui donne 97 ans de prison. Le Directeur d’Afrique Vision Mr. TAPA Joseph qualifie le jugement d’ironie blessante et insultante à l’égard de la vie africaine. Il estime que la cour fédérale Floride du sud-est fait partie des 36 Etats américains appliquant la peine de mort rétablie depuis 1977 pour des faits de criminels d’une particulière gravité. Il est vrai qu’en subtilité juridique (distinctement d’autres tribunaux de cet Etat) cette compétence (condamnation à mort) à l’égard des cours fédérales ne serait applicable que pour certains crimes fédéraux. Hum !!!! L’histoire est sauve, simple applicabilité de compétence. Alors quelle consternation de compréhension, qu’un américain auteur d’un homicide, voire involontaire à l’égard d’un autre américain peut être conduit au célèbre couloir de la mort. Et que dans le cadre de crimes crapuleux à d'étrangers à l’Etat et reconnus par les institutions et institutionnels (à l’instar de la déclaration du juge Altonaga), il n’encourt que la simple privation de liberté. Cela amuserait peut être moins, si la première application de cette loi se portait sur un non Africain.
 

Attention à la scie ! Un homme d'affaires pakistanais aux Emirats arabes unis se plaignant de difficultés financières s’est tranché la gorge à l’aide d’une scie électrique. Le Pakistanais, 60 ans, à la tête de plusieurs sociétés de bâtiment, a été retrouvé mercredi au domicile familial, baignant dans son sang et la tête quasiment coupée du reste du corps par une scie électrique encore en marche, a précisé le quotidien Al-Ittihad citant la police de Sharjah.


 

France - Tchad: Torturé par la police de Lyon, un réfugié tchadien demande 1,5 million d'€uro de réparation
Réfugié politique en Norvège, Jacques Kossadoum-Naodinane de passage en France a été arrêté et torturé selon ses dires, par la police de Lyon. Jacques porte plainte mais elle a été classée sans suite par le procureur de la Républque du Tribunal de Garnde Instance. Jacques proteste et exige de revoir le dossier. A suivre l’explication de Jacques en direction de Norvège dans les prochains jours.