Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Nigeria : Pulka, où l'eau est source de vie et de maladies graves


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 22 Mars 2021


© ClaudiaWollesen/Pixabay
© ClaudiaWollesen/Pixabay
La violence qui s'est propagée dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, a contraint des personnes comme Adama à quitter leur foyer. Adama vit désormais dans un camp de personnes déplacées à Pulka, une petite ville de garnison située à 115 kilomètres au sud-ouest de Maiduguri, la capitale de l'État. Elle n'est qu'une des quelque 37 000 personnes déplacées qui tentent de survivre ici.

"Nous devons être reconnaissants d'avoir maintenant de l'eau, mais nous n'en avons généralement pas assez lorsque nous entrons dans la saison sèche et chaude", déclare Adama.

La saison sèche et chaude dans la partie de l'Afrique occidentale connue sous le nom de Sahel dure généralement de novembre à mai. Pas une seule goutte de pluie ne touche la terre craquelée pendant près de sept mois, tandis que l'Harmattan, un vent sec venant du désert du Sahara, apporte du sable et de l'air chaud le jour et de l'air froid la nuit.

Le manque d'eau entraîne un manque de ressources et des maladies.

La température peut passer de 9 à 35 degrés Celsius en une journée. Ce climat extrême était un défi pour les agriculteurs locaux avant même le début du conflit armé à Borno. Aujourd'hui, après dix ans de violence, la situation s'est aggravée en raison du nombre élevé de personnes déplacées, de la limitation des terres agricoles et de l'eau potable, et du manque d'autres ressources et moyens de base pour produire de la nourriture.

Même si les gens parviennent à produire de la nourriture, ils doivent souvent l'échanger contre de l'eau. Dans certains endroits, des groupes gagnent de l'argent en vendant de l'eau provenant de points d'eau préexistants ou construits par des organisations humanitaires, aux personnes déplacées, parfois par des chefs de communauté. Souvent, la seule eau que les gens peuvent obtenir est polluée ou n'est pas correctement traitée au chlore, ce qui peut causer des problèmes de santé, en particulier chez les enfants qui constituent l'un des groupes les plus vulnérables.

Les organisations chargées de l'eau et de l'assainissement dans la région ont récemment construit un lac artificiel, ou un "étang" comme l'appellent les habitants. Cependant, en raison d'une unité de traitement au chlore qui ne fonctionne pas et de l'absence de connexion au système de pompage, l'étang n'a eu que peu d'impact, et est surtout utilisé par les gens pour faire la lessive ou abreuver leur bétail.

"Le problème du manque d'eau est très grave", déclare Fati, une autre personne déplacée qui s'est installée à Pulka. "Quand nous avons de l'argent, nous achetons de l'eau au puits, mais si nous n'en avons pas, nous devons aller la chercher dans l'étang et cela rend nos enfants malades."

Le transport de l'eau par camion a également été introduit par différentes organisations d'eau et d'assainissement comme solution temporaire. Cependant, les problèmes logistiques dus aux fréquentes fermetures de la route principale menant à Maiduguri font que cette option n'est pas fiable, laissant les habitants de Pulka sans autre choix que d'utiliser l'étang. Même lorsqu'il y a suffisamment d'eau, le problème le plus important est la qualité de cette ressource essentielle.

Les gens essaient de trouver un moyen de joindre les deux bouts
La plupart des gens ne disposent pas de terres arables ou d'eau pour cultiver des aliments dans les camps de personnes déplacées, car il n'y a pas assez d'espace ; la situation à l'extérieur des camps est également trop dangereuse. Les terres agricoles sont situées à la périphérie de Pulka, en dehors des tranchées et des clôtures qui rendent la ville plus résistante aux attaques et aux intrus, mais qui coupent aussi les gens du monde extérieur. Dans de telles conditions, il faut s'attendre à du stress, des tensions, voire des conflits, entre les gens.

"Ceux d'entre nous qui ont quatre ou cinq jerricans doivent généralement attendre que les propriétaires de charrettes de la communauté aillent chercher de l'eau avant de pouvoir en obtenir", explique Maryam, une autre résidente du camp. "Il y a des hommes qui contrôlent les points d'eau ; ce sont eux qui nous disent généralement d'attendre notre tour dans la file d'attente."

"Mais en général, nous n'attendons pas", poursuit Maryam. "Nous forçons notre chemin pour obtenir de l'eau dès que la personne au point d'eau a eu son tour. Et cela, dans la plupart des cas, conduit à des bagarres et à des blessures."

L'eau polluée ou non traitée affecte gravement les enfants

Médecins Sans Frontières (MSF) gère un hôpital de 97 lits à Pulka, qui offre gratuitement des soins généraux et spécialisés à tous les résidents, y compris les personnes déplacées. Environ 58 000 patients ont été traités dans le service de consultations externes de l'hôpital en 2020 ; les infections des voies respiratoires et les maladies dues à l'eau polluée constituent la grande majorité des maladies traitées. MSF mène également une éducation sanitaire régulière dans les camps de déplacés sur l'importance de l'eau potable, surtout lorsque l'eau est une ressource rare et très précieuse.

Cecilia est venue à l'hôpital parce que son bébé avait la diarrhée.

"Il a des douleurs abdominales et le nez qui coule. Les douleurs abdominales lui font faire des selles liquides", explique Cecilia. "Nous nous approvisionnons habituellement en eau potable au forage solaire le matin. Si nous n'y allions pas le matin, nous n'aurions pas d'eau".

"Nous buvons parfois l'eau de l'étang local, mais seulement si nous avons les produits chimiques pour la traiter", poursuit Cecilia. "Mais pour l'instant, nous ne buvons pas l'eau de l'étang parce que les enfants y jouent et s'y baignent."

Mohammed, un autre patient de l'hôpital, a appelé les fournisseurs d'eau et d'assainissement à prendre des mesures sérieuses pour améliorer les conditions actuelles.

"Nous obtenons notre eau de l'étang. Mais l'eau contient beaucoup de saletés ; elle n'est pas traitée et c'est pourquoi nous avons constamment des problèmes abdominaux et des maladies connexes", explique Mohammed. "Notre principal problème ici à Pulka est l'eau, car elle nous donne des douleurs abdominales. Depuis environ deux semaines, je ne me sens pas bien. Nous lançons un appel aux responsables pour qu'ils réparent nos forages, car certains d'entre eux ne fonctionnent pas."

"Il y a un manque évident de coordination et de communication entre les différentes organisations d'eau et d'assainissement ici, ce qui a un impact sur la situation", explique Siham Hajaj, chef de mission MSF au Nigeria. "La population de Pulka a besoin d'une action immédiate des organisations humanitaires, qui doivent améliorer à la fois l'accès à l'eau potable et sa qualité. Si les organisations chargées de l'eau et de l'assainissement à Pulka n'agissent pas dès maintenant, nous assisterons à encore plus de souffrances de la part des habitants."