Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Présidence de la CIRGL : Denis Sassou N'Guesso déterminé à accélerer le règlement des conflits


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 19 Octobre 2017 modifié le 19 Octobre 2017 - 18:05

Après deux mandats successifs passés à la tête de la CIRGL, l’Angola a cédé le témoin au Congo, à l’ouverture du 7ème sommet ordinaire de cette institution qui s’est ouvert, ce 19 octobre 2017, au centre international de conférence de Kintélé, à une dizaine de Kilomètres de Brazzaville, en présence des chefs d’Etat du Congo, du Rwanda, de la Zambie, de l’Angola, de la RDC et de la RCA. D’autres personnalités comme l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs et le président de la Commission de l’Union Africaine ont rehaussé de leur présence le rendez-vous de Brazzaville


Présidence de la CIRGL : Denis Sassou N'Guesso déterminé à accélerer le règlement des conflits.
Présidence de la CIRGL : Denis Sassou N'Guesso déterminé à accélerer le règlement des conflits.
Tous les projecteurs de l’actualité africaine sont braqués au centre international de conférence de Kintélé qui abrite les assises du 7 ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la conférence internationale sur la Région des Grands Lacs ‘CIRGL) et la 8 ème réunion de haut niveau du mécanisme de suivi de l’Accord-Cadre pour la paix ; la sécurité et la Coopération pour la république démocratique du Congo(RDC).

Après la passation de pouvoir entre le présent angolais ; João Manuel Gonçalves Lourenço, président sortant de la CIRGL et le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, président entrant de la CIRGL, le nouveau promu a dégagé sa vision après avoir pris son bâton de commandement. Il entend promouvoir »une véritable intégration régionale qui profite à chaque pays membres de la Conférence »

A l’ouverture des travaux, Dénis Sassou N’Guesso a salué les efforts des Nations Unies qui « ont déployé des missions de maintien de la paix » face à la multiplication des conflits notamment en RCA, en RDC, au Soudan du Sud et au Soudan et de poursuivre « Notre reconnaissance s’adresse aux nations Unies, à l’Union Africaine et à nos partenaires au développement qui ne ménagent aucun effort pour soutenir les initiatives de paix dans notre zones. »

Devant ses pairs africains et responsables des Nations Unies et de l’Union Africaine, le nouveau président de la CIRGL a rappelé le message du Congo lors de la 7ème session ordinaire de l’assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier à New-York. Sa déclaration, selon lui, évoquait « les inquiétudes et la persistance des violences dans la Région des Grands Lacs. »

Face à la recrudescence de la violence en RDC, Denis Sassou N’Guesso a souligné que « …seules des actions concertées et transfrontalières peuvent promouvoir, de manière durable, la paix, dans ce pays frère » tout en indiquant que « le processus de retour à la paix suit son cours normal en RCA » même si « des menaces subsistent encore et requièrent une attention soutenue des acteurs. » Il a parlé aussi de la situation du Burundi qui connait encore une situation fragile, en dépit de quelques progrès réalisés.

Au sujet de son mandat, le président de la CIRGL a dit que « c’est dans la confiance renouvelée et réciproque ainsi que le soutien inestimable de tous que j’assumerai cette nouvelle responsabilité. » Déclinant sa vision à la tête de cette institution, le président congolais recommande aux pays membres de transcender leurs différences et « les transformer en leviers de progrès » par des actions multiformes, notamment la libre circulation des biens et des personnes. Il entend, à ce titre « promouvoir une véritable intégration régionale qui profite à chaque pays membres de la conférence. »

Pour sa part, le président angolais, président sortant de la CIRCL a fait le bilan des actions menées à la tête de cette institution au cours des deux mandats de son pays. Il a parlé de huit missions en Afrique et Cinq dans la région des Grands Lacs parmi laquelle la mission de la RDC, la plus grande mission de maintien de paix au monde, la Monusco, avec un effectif de 21607 éléments.

A noter que, l’intervention du président angolais a été précédée de celles du secrétaire exécutif de la CIRGL, , Zacharie Muburi-Muita, du président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la Région des grands Lacs, représentant le secrétaire général des Nations Unies, Said Djinnit.