Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Procès Martin Mbemba à Brazzaville : La défense rassurée par la sérénité de la cour criminelle


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 29 Mai 2018 modifié le 29 Mai 2018 - 22:53

La cour criminelle a poursuivi l’instruction des co-accusés dans le procès de Jean Martin Mbemba, ce 29 mai 2018, au palais de justice de Brazzaville. Après cinq jours, la défense se dit optimiste quant à la sérénité avec laquelle, le président Christian Oba mène la police des débats.


Maître Bondo, Avocat de la défense dans l'affaire Mbemba.
Maître Bondo, Avocat de la défense dans l'affaire Mbemba.
Avec la déposition, ce 30 mai 2018, de Mahoungou Tekanima, cité nommément par les co-accusés, le procès Jean Martin Mbemba connaitra un tournant décisif. En effet Martin Mbemba, ancien ministre de la fonction publique et de la reforme de l'Etat, jugé par contumace est poursuivi pour atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Au cinquième jour du procès, qui a eu lieu ce 29 mai 2018, les avocats de la défense sont demeurés plus qu’optimistes quant à la police des débats menée avec brio et maestria par le président de la cour criminelle, Christian Oba.

L’un des avocats, Maître Bondo, n’a pas manqué d’apprécier favorablement la sérénité de la cour. « Je suis optimiste, la sérénité de la cour est tellement rassurante, nous, de la défense, gardons également notre sérénité », a soutenu Maître Bondo, avant de stigmatiser « le déficit dans le chef de l’accusation par rapport au manque des scellés, car il s’agit des infractions matérielles. »

Il a indiqué que, c’est au cours des plaidoiries de la défense que l’opinion sera fixée sur la vacuité du dossier tout en assurant que l’arrêt de la cour ne sera rendu que lorsque l’instruction arrivera à son terme.

A cette phase d’instruction, La cour se comporte comme le chef au milieu du village. « Posez des questions qui sont en rapport avec les faits » n’a cessé de rappeler Christian Oba, président de la cour criminelle de Brazzaville, à la défense et la partie civile lors des dépositions des co-accusés et des temoins.

A noter qu’au cours de l’audience de ce 29 mai, la cour criminelle a poursuivi avec l’instruction. Et l’un des points forts de la journée a été marqué par le témoignage à décharge de la fille de Tekanima Mahoungou, âgée de 42 ans et médecin de formation.