Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Promotion des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire : Une stèle pour sensibiliser le monde éducatif


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 12 Décembre 2017


L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture en Côte d’Ivoire (Acat-CI) veut promouvoir le respect des droits humains dans le milieu éducatif, en ciblant particulièrement, les élèves, les étudiants et le personnel d’encadrement.

Ainsi, avec le concours de la Fédération internationale des Acat (Fiacat) et le soutien financier de l’Union européenne (Ue), cette Ong chrétienne a posé une stèle en l’honneur des droits de l’homme, au Centre de bureautique, de communication et de gestion (Cbcg) d’Abidjan-Cocody.

C’était ce mardi 12 décembre, à l’occasion de la commémoration de la 69e Journée internationale des droits de l’homme. C’est autour du thème : « Les droits de l’homme, une affaire de tous », que cette célébration a réuni des représentants des groupes institutionnels, des missions diplomatiques, la société civile, des élèves, étudiants et enseignants, etc. Une communication a été dite pour situer les uns et les autres sur l’importance du respect des droits de l’homme par tous.

La stèle dévoilée renfermant les 30 articles de la déclaration universelle des droits de l’homme adoptée le 10 décembre 1948 par les Etats du monde se dresse dans la cour de l’établissement.

Le président de l’Acat-CI, Eugène Bilé Kangah a affirmé : « les droits de l’homme sont non-négociables. Nous avons posé cet acte fort, pour faire la promotion et la vulgarisation de la déclaration universelle des droits de l’homme ». Avant d’ajouter : « Nous voulons emboîter le pas aux autorités, afin que les droits de l’homme soient connus de tous ».

Le président de l’Acat-CI a expliqué que la jeunesse constitue principalement la cible de cette sensibilisation au respect des droits de l’homme, parce qu’elle est « l’avenir de demain ».

« Si la jeunesse d’aujourd’hui s’approprie les notions de droits de l’homme, cela va contribuer dans un proche avenir à faire de la Côte d’Ivoire un Etat de droit », a-t-il déclaré.

Parlant de la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, Eugène Bilé Kangah a salué les autorités et les Ivoiriens dans leurs ensembles, pour leurs actions concourantes aux respects des droits humains. « Même, si des efforts restent à faire d’ici peu, pour que la Côte d’ivoire atteigne les standards, en termes de respect des droits de l’homme », a-t-il signifié.

Pour sa part, David Pascual Badenes, chargé de programmes gouvernance-coopération à la Délégation de l’Ue en Côte d’Ivoire, a indiqué que cette stèle symbolise la valeur des droits de l’homme. Selon lui, l’interprétation des droits de l’homme ne doivent pas être restrictive, ni limitée. Mais, plutôt « vue, comprise et appliquée dans un sens extensif à toutes les catégories de populations, indépendamment de la race, du sexe, de la religion et de l’idéologie ». David Pascual Badenes s’est dit favorable pour l’intégration des droits de l’homme dans les cycles d’enseignement.

Le président du conseil scolaire du Cbcg, Konaté Daniel a encouragé ses camarades à s’approprier les notions de droits de l’homme, pour une jeunesse apaisée et dynamique.