Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Proposition d’idée, d'un Djiboutien, vivant en europe, pour sa patrie


Alwihda Info | Par Abdillahi Omar Djama - 17 Janvier 2016 modifié le 17 Janvier 2016 - 18:03

Chers honorables préfets des 5 régions de la république de Djibouti et du maire de la ville. J'ai l'honneur, de vous soumettre un projet, de grande envergure, qui permettra , de créer des emplois, d'embellir la ville de Djibouti, sur la voix du développement durable.


Proposition d’idée, d'un Djiboutien, vivant en europe, pour sa patrie
Propositions d'idées aux préfets des régions de Djibouti et au maire de la ville.

Chers honorables préfets des 5 régions de la république de Djibouti et du maire de la ville. J'ai l'honneur, de vous soumettre un projet, de grande envergure, qui permettra , de créer des emplois, d'embellir la ville de Djibouti, sur la voix du développement durable.

Permettez moi , de me présenter, je m'appelle Abdillahi Omar Djama, né le 21 novembre 1989 à Djibouti, de nationalité djiboutienne, étudiant en droit à l'université de Lille 2,résidant en ce moment, au royaume de la Belgique.

Chers préfets , également , Natif de la région d'Arta sis wea , juriste de formation, ayant eu, des expériences, en matière de la lutte contre la corruption, pour la promotion de la société civile, pour l'épanouissement de la jeunesse etc.
Chers préfets et maire de la ville , si aujourd'hui, je me permet , de vous proposer, l'idée que je développerai, ci-dessous, il en est de la déduction d'une réflexion que j'ai jugé utile pour plusieurs raisons à savoir : la création d'emplois, pour la durabilité du développement de nos routes qui se situent dans les quartiers populaires de la capitale, pour l'embellissement de la ville de Djibouti etc .

Avec plus-value , veuillez prendre en considération cette proposition qui est la suivante :

Comme la capitale djiboutienne, se situe, sur une zone littorale de terre pleine , des côtes maritimes, ainsi que la position géostratégique de notre pays, il y va de notre responsabilité, de lutter contre les pluies stagnantes, les dégradations des routes.

En outre, je tiens à féliciter, le préfet de la région de Tadjourah, qui , sur cette voix , a réalisé, une " mini-corniche" au bord de la plage de cette province.

En ce sens, pour lutter efficacement, contre ces fléaux, je vous propose, de mettre en place, un service pour "tailler les pierres ", et un autre qui réalise la déposition de ces pierres taillées , dans toutes les zones de la capitale, en mettant en évidence , une stratégie de planification et de coordination, commune après commune.

Par ailleurs, les préfectures, peuvent acquérir des machines, pour y réaliser ce projet.

Mettre en place , ses pavés, est à la fois , en norme sur la voix du développement durable à l'échelle internationale et pour l'embellissement de la ville.

Chers préfets des régions, maire de la ville de Djibouti, présidents des communes, ministère du travail, ministère de l'intérieur.

Vu, la quantité gigantesque et impressionnante des pierres dans les régions et ses montagnes.

Vu , le chômage des jeunes, et de moins jeunes.

Vu, les besoins d'éradiquer les pluies et d'autres eaux usées stagnantes.

Une question est cruciale, à se demander. ce questionnement, est celui de savoir sur les retombées économiques, sociales, et pour le développement durable de notre chère Nation.

Comment procéder ce projet ?

Chers préfets, en listant, les jeunes chômeurs et moins jeunes pour tailler les pierres, et les personnes pour déposer ces pierres taillées, dans la capitale djiboutienne, cette dernière, n'aurait quasiment plus des boues, des eaux usées, des pluies stagnantes et autres.

Un autre point , est essentiel, celui de la formation, pour que ces jeunes puissent, apprendre et à réaliser ces tâches. Dans ce cas, des ouvriers, peuvent être recrutés, pour former ces jeunes.

En revanche, cette action, aurait, en même temps, embellir la capitale, et diminuer les coûts des routes construites, après leurs dégradations, pour cause des eaux versées par les citadins,habitants et des ménages djiboutiens.

Chers préfets, si, chaque région met en place ces deux services, avec la concertation du Ministère de l'intérieur, les élus locaux, ce projet, créerait plus de milles trois cents ( 1300) emplois directs et indirects.

Par ailleurs, ce projet créerait, des emplois comme : chauffeurs, ouvrier, des maçons , chauffeurs des engins, formateurs, pointeurs, "tailleurs des pierres " etc.

Pour en finir, chers responsables, si j'ai proposé, ledit projet, c'est pour en apporter ma contribution au développement de mon pays, celui qui m'a fait naître, celui qui m'a éduqué, celui qui m'a fait grandir, celui a qui je suis reconnaissant.

Chers responsables, ce projet , nécessiterait, une durée d'exécution de 14 mois.

Une création de plus de 1300 emplois directs et indirects.

Le coût de ce projet serait approximativement 910 millions fr djib

Ce projet , permettrait, de circuler sur des pavés, sur les ruelles des quartiers de la ville.

De ne plus , voir des eaux usées , des pluies stagnantes.

Chers responsables, dans l'espoir de voir, la réalisation de ce projet, dans mon pays, serait une véritable, joie , pour ma pars, d'avoir été utile ,pour ma Patrie.

D'autres, propositions, sont en cours de finalisation, et qui , traitent plusieurs domaines, de la vie de nos concitoyens.
Par conséquent, mes salutations, respectueuse et cordiales.

Vive la patrie
Vive Djibouti

Dans la mesure de la possible validation, dudit projet, et d'apporter des détails plus appropriés, je serais disponible , à l'adresse et contacts suivants.

Abdillahi Omar Djama
Rue l'olivier 1, étage 1, boîte 2 , 1030 Bruxelles, Belgique.
Abdillahiomardjama@gmail.com



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 05:52 Réflexion sur le système sanitaire du Tchad