Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Que dire (2) : pourquoi nous devons être solidaires avec Abdellah Bakkali


Alwihda Info | Par OBSISLAM - 9 Mars 2016

Kamal Znidar - Nous devons nous mettre d'accords sur un point : le fait d'être membre du Parti de l'Istiqlal ne fait pas de la personne un être mauvais, opportuniste ou corrompu. Les membres de ce parti ne sont pas tous des diables. Pareil pour leurs détracteurs… ils sont loin d'être tous des anges.


Que dire (2) : pourquoi nous devons être solidaires avec Abdellah Bakkali
Le bien et le mal sont partout présents. On les trouve du coté des membres du Parti de l'Istiqlal et leurs partisans comme on les trouve du coté de leurs détracteurs qu'ils soient membres du Parti de la Justice et du Développement ou autres.

Avec Abdellah Bakkali, toutes les lectures les plus idylliques et les plus méphitiques sont possibles donc. Il peut être exemple de la droiture et l'honnêteté comme il peut être un de ces opportunistes et ces corrompus qui souillent l'image du Parti de l'Istiqlal et du reste de nos partis politiques.

Cet homme, tant que je n'ai jamais eu l'occasion de le connaître, tant que je n'ai jamais scruté ses pas pour avoir une idée claire sur ce qu'il fait et ce qu'il ne fait pas, je serai donc très mal-placé pour juger sa personne et me prononcer sur ce qu'il est ou ce qu'il ne l'est pas.

Ce qui m'intéresse dans l'affaire d'Abdellah Bakkali est pourquoi il est poursuivi par la justice marocaine, pourquoi le ministère de l'Intérieur a porté plainte contre lui. S'il était poursuivi pour pillage de fonds publics, je ne vais ni le soutenir ni s'attaquer à lui. Mais qu'il soit poursuivi à cause d'un article dénonçant la corruption, je ne peux que prendre sa défense.

Sur la forme, ça va être perçu comme si je suis en train de défendre un membre du Parti de l'Istiqlal. Des uns peuvent même commencer à croire que je suis membre ou partisan de ce parti. Mais sur le fond, c'est ma propre personne, ma propre pensée et ma propre liberté d'expression que je défends et pas Abdellah Bakkali.

Cet homme n'est pas le seul concerné par cette poursuite judiciaire. Cette affaire est un message qui a été adressé par le ministère de l'Intérieur à toutes les plumes, ces épines inextricables dans la gorge du régime, qui dénoncent la corruption. A travers ce message, les mafieux de notre système nous disent "soit vous gardez le silence, soit on vous emprisonne".

Si on ne réagit pas, si on fait semblant de n'avoir rien vu et on les laisse libres de maltraiter Abdellah Bakkali, cet acte déviant cessera d'être déviant et deviendra norme. On fera des pas en arrière, un retour aux années de plomb. Ce scénario se répétera encore et encore… Et qui sait ?! Peut-être que la prochaine victime sera toi ou un de tes proches !



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !