Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

RCA : Redessiner la carte politique de la Centrafrique


- 27 Janvier 2014 modifié le 27 Janvier 2014 - 10:22


Par Simon Koitoua.

Redessiner la nouvelle carte politique de la Centrafrique de la région d’Afrique Centrale est un scandale historique, une lâcheté sans limite, une trahison impardonnable des traitres et les politiciens de ventre.
 
La Centrafrique est, forte et clairvoyante pour éviter le chaos si les vieux de la politique Centrafricaine partent tous en retraite. Notre classe politique doit comprendre cette évidence. Elle doit céder le pouvoir par des mécanismes transparents à la génération consciente et nouvelle plus patriotique.
 
Selon nous, aucune classe politique n’a survécu à cette faillite. Cette nouvelle donne acculerait l’opposition le FARE 2011 à revoir toute la stratégie de transition démocratique Centrafricaine qui est seule issue pour la paix et la réconciliation nationale.
 
Une évaluation objective des actions prises durant les mois à venir s’impose pour ne plus reproduire les mêmes erreurs. Vouloir coûte que coûte réaliser des élections médiocres sur des bases fausses dans le but d’installer une légitimité fragile, (quoiqu’on dise), provoquera fatalement un mécontentement général.
 
En préalable à des élections, il faudrait définir le type de gouvernance à installer le centralisme a fait faillite en Centrafrique. Seul le renforcement progressif du pouvoir des communes pour aboutir in fine au pouvoir local constituerait un cadre novateur pour résoudre l’équation Centrafricaine en ouvrant des perspectives par l’implication des citoyens et citoyennes. Optons résolument pour une démocratie participative et citoyenne. Que la Centrafrique soit une fois de plus à l’avant-garde !
 
A notre avis et en tenant compte de ce qui précède, des élections justes pourraient se tenir d’ici 2 /3 ans, le temps d’effectuer correctement le recensement général des populations, l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine et de ses Etats généraux sur les questions-clés (le rétablissement de la sécurité , décentralisation du pouvoir, éducation nationale, bases d’un nouveau schéma national d’aménagement du territoire, etc.).
 
Les femmes et les hommes compétents, patriotes, capables de redresser le pays sur une base démocratique ne manquent pas ! Les vieux routards de la politique Centrafricaine doivent comprendre cette donnée essentielle, sinon, la loi devrait écarter ces gens assoiffés de pouvoir et des avantages inhérents. Une consultation populaire sous la forme d’un référendum pourrait régler cette question. Le peuple Centrafricain est fatigué d’attendre et de voir les mêmes têtes avec les mêmes divagations idéologiques depuis des années la jeunesse veut s’associer dans le gouvernement à la gestion des affaires publiques. Cette fois- ci nous ferons partie de l’histoire de la Centrafrique. Nous exhortons les Centrafricains à cultiver la paix gage de développement de notre cher et beau pays. C’est pourquoi nous les appelons avec force à mettre fin à toute violence vis-à-vis des populations civiles musulmanes dont l’intégrité physique doit être protégée.
 
SIMON -KOITOUA



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 05:52 Réflexion sur le système sanitaire du Tchad