Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Remaniement gouvernemental au Congo: Clément Mouamba premier ministre et Firmin Ayessa, vice premier ministre


Alwihda Info | Par Christ Exaucé Marsala - 23 Août 2017 modifié le 23 Août 2017 - 18:37

L’une des innovations de la nouvelle équipe gouvernementale de Clément Mouamba publiée, le 22 août 2017, dans la capitale congolaise est la création du poste de vice premier ministre que va occuper désormais, l’ancien ministre d’Etat, directeur de cabinet du chef de l’Etat, Firmin Ayessa, cumulant les portefeuilles ministériels de la fonction publique, de la reforme de l’Etat et de la sécurité sociale.


Firmin Ayessa, vice premier ministre
Firmin Ayessa, vice premier ministre
De 38, la nouvelle équipe gouvernementale est passée à 35 avec quelques innovations. La plus importante demeure la création du poste de vice premier ministre occupé par l’ancien ministre d’Etat, directeur de cabinet du chef de l’Etat, Firmin Ayessa, qui cumulera en outre les portefeuilles de la fonction publique, de la reforme de l’Etat et de la sécurité sociale.

Pour plus d’efficacité dans l’action, beaucoup de ministères se sont vus ajouter ou retirer d’autres attributions. Le ministère de l’économie, de l’industrie s’est vu ajouter le portefeuille public après s’être débarrassé de la promotion du secteur privé qui n’a été confié à aucun ministère. Le ministre d’Etat, Gilbert Ondongo, a été reconduit à ce poste tout comme Jean Jacques Bouya qui, s’est vu affecté l’équipement, en dehors de l’aménagement du territoire et des grands travaux.

Le ministère des finances et du budget encore aux mains de Calixte Ganongo perd le portefeuille public; l’économie forestière avec le ministre sortant Rosalie Matondo est démembrée du développement durable et de l’environnement ainsi que le département du tourisme qui se prive des loisirs et du ministère des affaires sociales et de l’action humanitaire qui ne gérera plus la solidarité affectée nulle part. Le tourisme qui perd les loisirs récupère l’environnement avec la ministre Soudant Nonault et les postes et télécommunications, occupés toujours par Léon Juste Ibombo, s’enrichissent de l’économie numérique.

On note également quelques nouvelles figures dans cette nouvelle équipe gouvernementale. Il s’agit de Fidèle Dimou, ancien préfet du département du Kouilou qui devient le locataire du ministère des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, en remplacement de Gilbert Mokoki nommé aux zones économiques spéciales (ZES) préalablement tenues par Alain Akoualat débarqué du gouvernement. Ce tableau est complété par Hugues Ngouélondélé, ancien maire de Brazzaville nommé au sport et à l’éducation physique et Dieudonné Mouyongo, ancien commissaire du festival panafricain de musique (FESPAM) qui devient le nouveau ministre de la culture de des arts.

De nombreux anciens ministres ont changé de portefeuilles . C’est le cas le cas du ministre d’Etat, Claude Alphonse Nsilou qui quitte la construction et l’urbanisme de la ville et du cadre de vie pour s’occuper du commerce, des approvisionnements et de la consommation ; de Parfait Aimé Coussoud –Mavoungou qui devient le patron de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, après avoir cédé les affaires foncières et le domaine public à Pierre Mabiala qui cumule, en outre le portefeuille des relations avec le parlement. Hier à l’équipement et à l’entretien routier, Josué Rodrigues Ngouonimba est affecté à la construction, à l’urbanisme et à l’habitat.

Ce nouveau gouvernement dirigé par Clément Mouamba, reconduit après sa démission, comporte un seul ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur et de la décentralisation, chargé de la décentralisation. Parmi, les grands départs figurent Alain Akoualat, Landry Kolelas et Hellot Matson Mampouya. Les deux derniers, candidats malheureux aux législatives de 2017 occupaient respectivement les postes du commerce extérieur et de la consommation puis de la recherche scientifique et de l’innovation technologique. De ces ministres battus au scrutin législatif, un seul est sorti du lot. Il s’agit d’Emile Ouosso désormais en charge de l’équipement et de l’entretien routier après avoir quitté le travail et la sécurité sociale.

A noter que toutes les 8 femmes du gouvernement sortant ont été reconduites et les postes stratégiques ont gardé troujours leurs occupants respectifs. C’est le cas de l’intérieur et de la décentralisation avec Zephyrin Mboulou ; de Pierre Oba avec les mines et la géologie ; de Jean Marc Thystère Tchikaya avec les hydrocarbures ; de Jean Claude Gakosso avec les affaires étrangères, la coopération et les congolais de l’étranger ; de Charles Richard Mondjo avec la défense nationale.