Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Retour sur les faits marquants de l’actualité au Togo du 17 au 23 février 2020


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Février 2020

L’actualité a été essentiellement dominée au cours de la semaine par l’élection présidentielle du samedi 22 février. Une élection qui a conduit à la réélection dès le premier tour du président sortant, Faure GNASSINGBE. Retour dans cette chronique, sur la semaine électorale et bien d’autres sujets qui ont marqué la vie de la nation Togolaise durant ces sept derniers jours.


La ville de Lomé. Illustration. © DR
La ville de Lomé. Illustration. © DR
Le président Faure GNASSINGBE réélu dès le premier tour de la présidentielle avec 72,36% des suffrages

Avec 24h d’avance sur ce qui avait été précédemment annoncé, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié au soir du dimanche 23 février 2020, les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 février. Le Chef de l’Etat sortant, Faure Essozimna GNASSINGBE est arrivé largement en tête, avec 1 938 889 voix, soit 72,36% des suffrages exprimés, devant Messan Kodjo AGBEYOME du MPDD (18,37%) et Jean-Pierre FABRE de l’ANC (04,35%). Le candidat du parti Union pour la République (Unir) est ainsi élu dès le premier tour de l’élection. « Merci pour la confiance renouvelée », a sobrement commenté Faure GNASSINGBE quelques instants après la proclamation des résultats officiels. Quant aux taux de participation à cette élection, elle s’élève à 76,63% selon les chiffres communiqués par la CENI. Ces résultats provisoires seront transmis à la Cour Constitutionnelle qui dispose d’un délai d’une semaine pour proclamer les résultats définitifs. Suffrages obtenus par les autres candidats : Aimé Gogué : 2,38% ; Wolou Komi : 1,14% ; Georges Kouessan : 0,77% ; Tchassona Traoré : 0,63%.   

Rappelons que samedi, plus de 3 millions de Togolais en âge de voter étaient aux urnes pour élire leur prochain Président de la République. L’élection s’est déroulée globalement dans le calme sur toute l’étendue du territoire national.  9389 bureaux de vote ont été mobilisés pour la circonstance sur toute l’étendue du territoire et 06 à l’étranger (Abuja, Libreville, Kinshasa, Rabat, Paris et Washington DC) pour les opérations de vote. L’élection a été précédée par deux semaines de campagne électorale qui s’est achevée le jeudi 20 février. La campagne qui s’est également déroulée dans le calme et sous la protection des éléments de la FOSEP (Force sécurité élection présidentielle) a permis aux sept candidats de sillonner tout le pays pour présenter leurs programmes de société aux électeurs. La veille, les forces de sécurité et de défense ont voté par anticipation. Une disposition prévue par le Code électorale et qui vise à rendre disponible les éléments de la Force de sécurité afin qu’il puisse sécuriser l’élection et le territoire national.

Le même jour, c’est-à-dire le mercredi 19 février, le ministre des affaires étrangères et de l'intégration Africaine, Prof Robert DUSSEY a échangé avec les observateurs internationaux accrédités par le gouvernement Togolais pour la couverture de l’élection présidentielle. Occasion pour le chef de la diplomatie togolaise de présenter aux observateurs, les dispositions encadrant le scrutin présidentiel avec pour souhait qu'il soit sans violence, sans heurts et accepté par tous. Le ministre des affaires étrangères et l'intégration africaine a rappelé aux délégués internationaux, les principes et règles qu'ils doivent respecter durant leur présence au Togo. « Il faut un respect scrupuleux des lois et règlements en vigueur, être en tenue correcte et réglementaire, être ferme, courtois et disponible, garder son calme en tout temps, quelles que soient les circonstances, éviter toutes formes de compromission, observer une stricte neutralité vis-à-vis des partis, regroupements de partis et sensibilités politiques, sont entre autres quelques-unes des règles auxquelles doivent se soumettre les observateurs », a-t-il recommandé. Notons qu’en plus des 79 observateurs de la CEDEAO, conduits par Ernest Bai KOROMA, s’ajoutent 45 de l’Union africaine dirigés par l’ancien président malgache Hery RAJOANARIMANPIANINA, 10 du Conseil de l’Entente, 17 de la CEN-SAD et 14 des Nations unies. 115 autres observateurs ont été accrédités par les différentes missions diplomatiques (USA, France, UE, Allemagne, Italie, Espagne, Nigéria, Angola, Corée du Sud, Groupe Africain des Ambassadeurs …). Au plan national, ils sont plus 2000 observateurs à avoir reçu l’accréditation pour couvrir le scrutin.

Notons enfin pour clore ce chapitre de la présidentielle que le mardi 18 février 2020, la CENI a organisé une conférence de presse à son siège à Lomé. La rencontre a permis au président de cette institution, Tchambakou AYASSOR, de faire le point aux journalistes de la presse nationale et internationale sur l’état des préparatifs du scrutin. Selon le président AYASSOR, les résultats du chronogramme sur le processus a mis- parcours ont été satisfaisants. Il s’est prononcé également sur la campagne électorale qui dans son ensemble s’est déroulé dans un climat apaisé. Il a salué le travail de sécurisation des 10 000 agents de la Force sécurité élection présidentielle (FOSEP/2020). Tchambakou AYASSOR s’est par ailleurs réjouit de la paix et du calme qui a régné dans le déroulement du processus électoral et a invité les acteurs politiques à tout mettre en œuvre pour un meilleur aboutissement de l’élection.

Vers la mise en place d’un jardin botanique dans l’espace CEDEAO pour la préservation des plantes médicinales

L’atelier de formation des formateurs pour la conservation des plantes médicinales dans l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ouvert le mardi dernier a pris fin jeudi à Lomé. La rencontre de trois (03) jours organisée par le point focal de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) au Togo, avait réuni des praticiens de la médecine traditionnelle et conventionnelle, des biologistes, botanistes et pharmaciens, venus des 15 pays membres de la CEDEAO. Les participants ont eu à réfléchir sur la mise en place d’un jardin botanique au sein de l’espace ouest africaine, développer des stratégies sur comment l’entretenir pour la préservation des plantes médicinales en voie de disparition.  A l’issu des travaux, les différents pays se sont mis d’accord sur la création d’un jardin botanique. Une feuille de route, définissant le budget, le recrutement et le renforcement du personnel, la mise en place des infrastructures, le choix des espèces et la mise en œuvre du plan de gestion de ce jardin sera élaborée. Un comité a été mis sur pied à cet effet. « Les problèmes liés au changement climatique, à la transhumance, à l’agriculture et au développement entrainent la disparition progressive de ces plantes, qui constituent une matière première dans la médecine traditionnelle. Il s’agit de trouver des solutions à court moyen et long terme pour préserver et sauvegarder ces espèces », a indiqué Wadagni SOSSAH, point focal OOAS Togo.  Ces jardins botaniques constitueront des aires protégées au sein duquel des espèces (plantes médicinales) en voie de disparition seront reconstituées pour servir à la production des semences ailleurs, à l’enseignement et à la recherche.

Le Togo a rendu un hommage à l’artiste de la chanson OMAR B décédé

L’artiste de la chanson Togolaise, Omar AHIANGBAN plus connu sous le nom d’OMAR B est décédé jeudi à Lomé, des suites d’une courte maladie. Le talentueux artiste, auteur de plusieurs albums et de nombreux tubes tels que « Ma préférée », « Crois-en toi », « Togo Awake », était l’une des valeurs sûres de la musique Togolaise et du show-biz en particulier. Quelques heures après l’officialisation de la triste nouvelle, les réactions et les hommages se sont multipliés. Dans un Tweet, le Président de la République, Faure GNASSINGBE a exprimé toute la tristesse de la nation : « Omar AHIANGBA est parti. Adieu l’artiste. Omar B nous aura tous marqués. Ses chansons démontraient à suffisance son patriotisme », a déclaré le n°1 togolais. Et de poursuivre : « Au nom du peuple togolais et en mon nom propre, je présente à sa famille, à ses proches et fans, toutes les condoléances de la nation togolaise ». Un sentiment partagé par sa Directrice de cabinet, Victoire TOMEGAH-DOGBE. « Un talent unique, une inspiration pour ses pairs. Que son âme repose en paix », a-t-elle posté, elle aussi sur le réseau social Twitter. OMAR B faut-il le souligner est également, auteur, compositeur, arrangeur et directeur du studio d’enregistrement « OB Connexion ». En décembre dernier, il lançait son dernier album intitulé « ME MY SELF AND I ».  Un album qu’il n’aura pas le temps de récolter les fruits puisque le sort en a décidé autrement. Le Roi du RnB Togolais a été inhumé le vendredi 21 février au cimetière d’Adétikopé (15 km au nord de la capitale) après une prière musulmane à la mosquée de Forever en présence de ses fans et de ses collègues artistes qui ont fait nombreux le déplacement pour lui rendre un dernier hommage. Que la terre lui soit légère.